18/02/2008

Roman blood


Depuis que j'ai vu la série télévisée Rome, je crois que je fais une petite romanite aiguë. Et au lieu de lire des livres historiques insipides, quoi de mieux qu'un roman policier pour en apprendre plus sur la vie quotidienne romaine ? C'est pourquoi je me suis jeté sur Roman blood, le 1er roman d'une série.

Gordianus the Finder est un citoyen de Rome assez débrouillard. De nos jours, nous dirions que c'est un détective privé. Disons qu'il n'hésite pas à mettre le nez et les mains dans la fange de Rome... s'il est bien payé. Il vit dans une maison décatie avec Bethesda, son unique esclave égyptienne avec laquelle il vit une union assez maritale. Les ennuis débutent quand un jeune orateur peu connu qui répond au nom grotesque de Cicéron lui demande de mener une enquête. Le rhéthoricien souhaite en effet défendre en justice un homme qui est accusé du pire des crimes : le parricide. Cicéron engage donc Gordianus pour trouver des indices qui lui permettront d'étayer sa plaidoirie.

Steven Saylor a construit son roman autour de vrais documents écrits par Cicéron, ce qui donne à son roman un réalisme intéressant. Son héros, Gordianus, est intéressant pour le lecteur ignare que je suis car c'est un enquêteur qui navigue aussi bien dans les ruelles boueuses remplies de prostituées, de mendiantes et d'assassins que dans les maisons nobles où la violence et la corruption sont bien plus raffinés. Du coup, en suivant Gordianus mener son enquête, nous obtenons une sorte de coupe transversale de la société romaine. Sa relation avec les esclaves, ses contacts avec les politiciens de la cité, ses accointances avec la plèbe, son travail qui l'oblige à interroger un large panel d'habitants de Rome... tout cela construit au final un tableau assez large de Rome qui permet d'avoir différents points de vue sur le décor.

Le livre souffre de quelques longueurs, mais l'enquête est intéressante car elle met en avant la proscription, cette pratique politique qui consiste à rendre légale la mise à mort d'un ennemi de la République et la saisie de tous ses biens. De plus, l'enquête prend place à la toute fin du règne de Sylla, ce qui évite les grands poncifs habituels sur César. Différentes enquêtes composent la série :

Roman Blood
The House of the Vestals
Arms of Nemesis
Catilina's riddle
The Venus throw
A murder on the appian way
Rubicon
Last seen in Massilia
Mist of prophecies
The judgment of Caesar
A gladiator dies only once

4 commentaires:

  1. En excellents romans historiques sur la Rome impériale, je conseille notamment :
    -Neropolis (Monteilhet)
    -Le Royaume des Mécréants (Burgess)
    Ca fourmille moins de scénarios prêts-à-l'emploi, mais quelle immersion !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour les références, Philippe, je note ça pour mes prochains achats.

    RépondreSupprimer
  3. Dans les lectures romaines, je peux te conseiller aussi La maison Germanicus de Jeanne Champion.
    C'est un livre multiforme, mêlant récit, correspondance épistolaire, théâtre, etc. Une expérience de lecture que j'ai trouvée passionnante. :-)

    Xaramis

    RépondreSupprimer
  4. Arachnee12/8/08

    Je conseille aussi la série de polar historique se passant au début de l'empire, de Danila Comastri Montanari, dont le premier se nomme "Cave Canem" (c'est surtout mieux écrit)

    RépondreSupprimer