09/05/2008

Fulgrim


Fulgrim est un roman qui se déroule dans le passé mythique de Warhammer 40.000, à une époque où les choses sont plus grandes, plus belles, plus flamboyantes. Fulgrim est un Primarque, le chef surhumain d'une légion de Space Marines nommée les Emperor's Children. Des soldats obnubilés par la perfection, mais capable de détruire une planète sur l'ordre de l'Empereur. Le hic, c'est que Fulgrim se laisse séduire par les chants des sirènes de l'espaaace. De preux parmi les preux, il devient galeux et captieux. Le roman raconte donc la chute d'un Grand, la lente et inexorable corruption d'une légende. Le tout avec des bolters fumants, des aliens squameux et une virilité martiale surdosée en testostérone.

Fulgrim fait partie d'un cycle plus vaste (l'hérésie d'Horus) qui narre la trahison du Maître de Guerre, le bras armé de l'Empereur, qui va immanquablement tenté un putsh contre son seigneur et maître. L'histoire de Fulgrim n'est qu'un des aspects de cette grande trahison, mais elle est assez archétypale dans son genre, puisqu'elle raconte comment des frères en viennent à s'affronter pour des histoires de puissance et gloire. À cette intrigue dramatique s'adjoint de solides scènes de guerre dans la grande tradition de Warhammer 40,000, avec des Space Marines beaux et bodybuildés qui vident leurs chargeurs ou manient leur épée-tronçonneuse tout en discutant fidélité, aspiration morale ou sédition. Mais bien que ce roman ne soit qu'un épisode dans la narration de la trahison d'Horus, il est compréhensible en lecture isolée.

Alors non, ce n'est pas un roman qui fait dans la dentelle. Ça viande, ça conspire, ça découpe du xenos à tour de pages. Mais le tout avec un élan mythologique qui fleure bon l'exagération historique : les morts sont innombrables car c'est un temps de légende. On se croirait dans une version futuriste du film 300, les Space Marines remplaçant les Spartiates, les aliens les envahisseurs antiques.

3 commentaires:

  1. Je suis content de trouver d'autres blogueurs littéraires SFFF chroniquant des ouvrages de la BL, je me sentais un peu seul.

    Si je peux glisser un lien vers ma propre chronique pour ma part :

    http://www.traqueur-stellaire.net/2009/11/fulgrim-graham-mcneill/

    RépondreSupprimer
  2. Hello Guillaume,

    J'ai édité le billet de Cédric pour ajouter le lien vers ta chronique.

    Je t'ai également ajouté à notre blogroll : quelqu'un qui aime Le Congrès de Futurologie et Spin ne peut pas être infréquentable.

    Je me suis aussi abonné à ton blog, que je ne connaissais pas, honte à moi.

    RépondreSupprimer
  3. Merci à toi, on peut faire un échange de liens si tu veux, je te rajoute dans ma blogroll.

    RépondreSupprimer