31/01/2009

The Last Templar


Parce que, des fois, il faut blogger sur des trucs nazes.

J'avais un a priori bienveillant vis-à-vis du téléfilm The Last Templar car une grande partie du tournage a été réalisée à Montréal et je suis très intime avec une lectrice du roman de Raymond Khoury qui avait adoré sa lecture. Je me suis donc installé devant ma télévision avec la promesse d'une sorte de Da Vinci Code édulcoré. Je n'ai pas été déçu.

Lors d'une exposition archéologique à New York, 4 templiers en grande tenue de cérémonie débarquent à cheval dans le musée, cassent tout, kidnappent la femme du maire et volent différents artefacts religieux après avoir décapité un flic à l'épée. Mais heureusement, une belle héroïne archéologue et un beau gosse agent du FBI vont se mettre sur les traces de ces sauvageons pour décrouvrir que... suspens... les objets volés permettent de localiser le trésor des templiers.

The Last Templar est un festival de clichés : assassin mystérieux, Elle est athée/Il est croyant, histoire d'amour téléguidée, course au trésor minable, flashbacks indignes de Highlander, explications fumeuses... La lectrice du roman qui était à mes côtés hurlaient à la mort devant les coupes sauvages dans le scénario : sans ses explications, la moitié de l'intrigue (le mot est fort) m'aurait échappé tant les ellipses sont nombreuses. Le coup de grâce est intervenu avec l'apparition en guest star d'Omar Sharif (Le tiercé, c'est mon dada...) qui incarne un gentil musulman qui donne la leçon morale de la fin.

Je conçois aisément que l'on puisse apprécier un roman d'été tel que Le Dernier Templier quand on est lascivement allongé sur la plage avec la ferme intention de ne penser à rien. Je suis assez mal placé avec mes lectures de fantasy de gare pour faire la morale aux lecteurs de Raymond Khoury. Mais arriver à réaliser un aussi mauvais téléfilm, c'est de l'art. En regardant la fiche IMDB du réalisateur (Paolo Barzman), on comprend mieux le problème : il est coupable de plusieurs épisodes d'Highlander, d'une tripotée de bouzes pour TF1 et surtout de Sydney Fox l'aventurière. Avec un casier pareil, je propose de l'inculper pour récidive.

Bref, à moins de d'avoir une vie conjugale avec une fan de Raymond Khoury et de vouloir absolument sauver son couple, il ne faut pas, mais alors surtout pas regarder The Last Templar. À moins d'aimer les scénarios débiles où le Vatican ourdie des machinations peu crédibles et où l'on peut prédire à l'avance chaque rebondissement malgré les incohérences omniprésentes.

Ceci dit, la bande-annonce était annonciatrice de mon supplice.

Vous ne pourrez pas dire que Hugin & Munin ne vous avaient pas prévenu...

14 commentaires:

  1. Lordsamael1/2/09

    Merci Monsieur Ferrand de nous montré qu'a l'autre bout du monde on peut aussi passer des soirées télé a ch... :)

    Et puis je te trouve dur avec ce telefilm parce que quand même les chevaux jouent vachement bien ... ;)

    RépondreSupprimer
  2. C'est ce que j'aime avec la mondialisation : il y a une certaine universalité dans les soirées télé de merde...

    J'ai pour ma part trouvé que les chevaux surjouaient beaucoup.

    Vivement l'adaptation du prochain roman à succès : "Le 4ème secret des évangiles interdits du synode apocryphe des francs-maçons de Copernic". Avec Will Smith dans le rôle titre (et un chien pour attendrir les enfants et les mères de famille).

    RépondreSupprimer
  3. Lordsamael2/2/09

    Donc promis ça ne te servira pas d'inspi pour UA voir Blanc Seing ? c'est juré ! hein !?

    RépondreSupprimer
  4. Je comprends plus, là !? Will Smith, il joue le chien ou un cheval dans cette série ?

    RépondreSupprimer
  5. Lordsamael > Il n'a pas dit ça. :)

    RépondreSupprimer
  6. en tout cas, merci Kedrik, grâce à toi (ou plutôt à ta douce de lectrice) j'ai mon synopsis pour mon one-shot Shadow of the Century (avec des PJ à la Ligue des Gentlemen Extraordinaires) du mois prochain.

    Des templiers, un artefact improbable, Omar Shariff, ça marche toujours. Et si en plusje recadre ça dans les années 30, Pulpissime !!!

    RépondreSupprimer
  7. Alors comme ça, tu as le temps de monter un SotC mais pas de boire un coup avec les bobos binouzeurs de Montréal ?

    SPOILER ALERT

    Bon, je te le dis Udo, dans The Last Templar, le méga secret qui compose le secret des templiers c'est... l'évangile de Jésus. Du coup, paf, l'Église est construite sur un vaste mensonge, et c'est pour ça qu'elle envoie un assassin sur la trace des PJ. Mais bon, le gentil agent du FBI, il est croyant, alors la gentille archéologue, elle ose pas lui dire la vérité, parce que bon, ils sont amoureux. Heureusement pour tous, Omar Sharif débarque et démontre à la gentille archéologue que même basée sur un mensonge, la religion, c'est trop bien, ça rend les gens bons comme le bon pain. Du coup, paf, elle ne dit rien au gentil agent du FBI. Générique.

    RépondreSupprimer
  8. haaaaaaaaaaaaaan... OK... c'est beaucoup trop complexe pour du SotC tout ça, on dirait de l'Umberto Ecco. Je vais garder le pitch de base (en gros les 4 templiers à cheval qui volent l'artefact) et on verra bien.

    D'ailleurs 4 cavaliers... oh, ça me dit quelque chose, ça. Plus c'est gros, plus ça passe.

    Comme quoi je prépare mes séances JdR en 3 min, pause-pipi et lavage subséquent de mains inclus. Non mais...

    RépondreSupprimer
  9. Je me sens magnanime, je vais laisser passer l'attaque sur Eco. Fais quand même gaffe à tes rotules...

    RépondreSupprimer
  10. Je l'ai lu l'an dernier...
    C'est la première fois que je lisais un roman post Da VInci Code (que je n'ai pas li, heureusement!) et c'est aussi la dernière.
    Du cou pje me demande s'il y a des romans sympas dans le genre.

    RépondreSupprimer
  11. Trickster, je conseille "Le pendule de Foucault" d'Umberto Eco, si tu ne l'as pas déjà lu. C'est LE roman ultime sur les trésors cachés, la théorie du complot et l'existence de sociétés secrètes qui dominent le monde.

    RépondreSupprimer
  12. Faut juste supporter le 1er chapitre aux Arts & Métiers, quitte à le sauter pour le lire juste à la fin.

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  14. Je l'ai lu et effectivement la remarque de Munin est pertinente !
    Par contre je n'ai jamais trouvé de romans aussi sympas sur le sujet depuis.

    RépondreSupprimer