19/03/2011

Mulan


Hua Mulan est une héroïne historique chinoise classique. Connaisseuse des arts martiaux, elle prend la place de son père trop vieux pour partir à la guerre et se fait passer pour un homme. Sur le front, elle devient rapidement officier tant son art de la guerre est développé. Dans la légende, elle fait la guerre 12 ans sans que personne ne perce son stratagème. L'empereur finit par apprendre sa véritable nature et insiste pour en faire sa concubine. Elle refuse, il insiste et elle finit par s'éventrer sur sa propre épée. Ce n'est pas tout à fait l'histoire que nous raconte Disney (qui avait aussi oublié de nous dire que Pocahontas était morte de tuberculose).

Dans cette adaptation cinématographique, le tension est surtout sexuelle : alors qu'elle est devenue général, Mulan tombe amoureuse d'un autre officier et est partagée entre devoir et sentiments (un classique de la dramaturgie chinoise). Les scènes de bataille sont comme toujours impressionnantes, il y a légèrement plus de moyens techniques et de figurants que dans les reconstructions historiques produites par France 3.

Le problème, c'est l'actrice principale, Zhao Wei. Ce n'est pas qu'elle joue mal, c'est qu'elle n'est pas crédible deux secondes dans le rôle de la fille qui se fait passer pour un garçon. Toute l'intrigue tourne autour de ce subterfuge, hors le spectateur ne voit aucune transformation dans le physique de l'actrice. Elle parle comme une fille, bouge comme une fille et son corps clame haut et fort sa féminité. Tout l'argument du film se casse la gueule dès le départ. On a envie de baffer ses soldats qui ne comprennent pas qu'ils sont menés à la boucherie par une gonzesse.

Pour le reste, un peu de kung-fu, des sentiments déchirés, des grandes envolées sur le sens du sacrifice et l'esprit de corps. Et du bleu de partout. L'un dans l'autre, pas une grande réussite.

2 commentaires:

  1. D'où sors-tu ces films dont je n'entends jamais parler ? Bon, je suis pas très attentif au cinéma asiatique, mais quand même...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai un secret : quand je passe par Chinatown, je m'arrête devant la vitrine d'un vendeur de DVD. Je regarde les affiches (qui sont toutes en Chinois sans que le titre anglais n'apparaisse) puis je vais sur http://hkmdbnews.com/ pour retrouver le film et apprendre son titre international. À partir de là, je ne donne pas la suite de ma méthode car c'est illégal.

    RépondreSupprimer