23/07/2011

Moonlight Mile


Certains auteurs ont du mal à tuer leurs personnages. Enfin, c'est plutôt les lecteurs qui ont du mal à accepter qu'un auteur puisse ne plus rien avoir à dire sur un personnage. Je ne sais pas ce qui est le plus fort comme pression : un lectorat qui veut retrouver son héros de toujours ou bien un éditeur qui veut renouer avec les grosses ventes d'avant. Toujours est-il que Dennis Lehanne a eu longtemps une série populaire et vendeuse (voir mon billet Patrick Kenzie & Angie Gennaro) et qu'à un moment, il a eu le courage de finir son histoire sur une fin amère où son couple d'enquêteurs rompaient professionnellement et sentimentalement suite à une affaire vraiment marquante (Gone Baby gone, devenu un film réalisé par Ben Affleck). Et on ne peut pas dire que la suite de la carrière de Lehanne ait souffert d'un vide : Shutter Island et The Given day ont été deux belles réussites. Pourtant, avec Moonlight Mile, Dennis Lehanne remet le couvert avec son couple d'enquêteurs des débuts.

12 ans ont donc passé depuis que Patrick et Angie se soient déchirés en concluant une enquête d'enlèvement d'enfant. Patrick a fait un choix, Angie ne l'a pas supporté. Trois mandats présidentiels plus tard, le couple s'est reformé. Pire : ils ont une gamine. Angie a repris des études de sociologie appliquée, Patrick joue toujours les détectives, sans succès. C'est la crise. Ils se sont fait éjecter du clocher d'église qui leur servait de bureau. Il faut payer le crédit de la maison, les primes d'assurance, la bagnole… Boston en bave. Et blam, nouvelle disparition de la gamine retrouvée il y a 12 ans. Le couple a donc à nouveau le nez dans la fange qui a failli avoir raison de leur amour. Et le fait d'être parents change la donne. Évidemment, c'est bien plus qu'une histoire de fugue d'une adolescent mal dans sa peau.

Il y a un petit côté Millenium dans ce roman. Amanda, la gamine qui est revenue de tout, a un côté Lisbeth Salander, les tatouages, les piercings et les compétences de hacking en moins. C'est une survivante. Mais malgré ce personnage tout en résilience, le scénario est lui faible et bourré d'incohérences. La mafia russe. Des trafics divers. Finalement, la gamine de Patrick et Angie est pratiquement absente. Il y a bien une réflexion intéressante sur les conséquences des choix faits il y a 12 ans, mais elle camoufle mal une absence d'intrigue et des péripéties tirées par les cheveux. Oh, il se passe des choses, il y a bien une tension dramatique, mais c'est artificiel. Le livre est un prétexte pour allonger la sauce. Si j'étais mauvaise langue, je dirais que c'est un livre de commande. J'aurai préféré resté sur le final pessimiste de Gone Baby gone.

2 commentaires:

  1. Tout à fait d'accord : un livre décevant....

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme24/1/13

    Hello there, just bесаmе аlert to your blog through Google, аnԁ founԁ
    that it's truly informative. I am going to watch out for brussels. I'll be grateful іf уou continue this in
    future. A lot of peoρle ωіll be benefitеd from
    yοuг wгіting. Ϲheегs!


    my wеb-site - iphone repair selangor
    Check out my homepage :: iphone repair pj

    RépondreSupprimer