16/02/2012

Homeland



Lors d'une opération musclée en Irak dans une cache rebelle, les forces américaines tombent par hasard (encore que…) sur l'un des leurs : le sergent Nicholas Brody. Ça faisait 8 ans qu'il était prisonnier des terroristes. L'homme est méconnaissable, un mélange entre Robinson Crusoé et une endive qui n'a pas vu le jour depuis des années. Son corps est couvert de cicatrices qui montrent toutes les tortures qu'il a subies lors de sa détention dans les geôles terroristes. On ramène le bonhomme au pays sous les hourras. En voilà un symbole de l'Amérique qui ne lâche rien.  Car Brody est un Marine. Semper Fidelis, les gars. On ne laisse pas un frère d'armes dans la mouise. Le sergent Brody va devenir le nouveau poster boy des centres de recrutement. Sauf que.

De son côté, Carrie Mathison, agent de la CIA qui participe au débriefing de Brody, a une patate chaude entre les mains : une de ses sources lui a avoué qu'un soldat américain avait été retourné par Al Qaïda. Aussi pour Carrie, c'est clair, le sergent Brody est une bombe ambulante. Littéralement. Mais bien évidemment, ses supérieurs ne croient pas à cette théorie du complot. Alors Carrie se lance dans une surveillance illégale de Brody. Elle scrute le héros à la recherche d'une preuve de duplicité. Mais Carrie a des problèmes personnels. Du genre qui nécessitent de prendre des pilules sans en parler à sa hiérarchie. S'engage alors un duel au soleil entre ces deux fortes têtes.

Et Homeland est vraiment intéressant. C'est le chainon manquant entre 24 et Rubicon. Une belle histoire de faux-semblants avec ce qu'il faut de fausses pistes et de rebondissements pour vous faire avaler 12 épisodes d'une traite. Le choc post-traumatique de Brody, sa difficulté à se reconnecter avec sa femme et ses gamins, les flashbacks qui le ramènent en Irak, les manœuvres de la CIA, la course au renseignement, la propagande américaine… On embarque dans une histoire trouble de mensonges réciproques. Damian Lewis joue dans un registre très proche de son personnage tourmenté de flic qui sort de prison dans Life. Claire Danes incarne une femme brillante tout en force et faiblesse, c'est assez magistral. Un vrai beau moment de télé à suspens. On doute. On échafaude. On espère. C'est méchamment dans l'air du temps. Et on comprend pourquoi la série a gagné autant de prix.

MAIS

C'est une série télévisée. Si elle veut durer plusieurs saisons comme le souhaite la chaine qui la finance, elle doit faire des choix scénaristiques qui vont à l'encontre de l'intelligence de son scénario. La déception de l'épisode final est donc à la hauteur de la montée en puissance du récit. Un énorme pétard mouillé qui s'explique narrativement mais qui laisse le téléspectateur que je suis en furie devant la facilité du procédé. Mais bon, un personnage aimé du public qui porte une série à bout de bras doit être présent à la saison suivante (sauf s'il est incarné par Sean Bean, évidemment). Comme Dexter, comme Jack Bauer, ces personnages-là sont condamnés à une course en avant en dépit du bon sens. C'est le même syndrome que pour Breaking Bad où l'on annonce dès le départ que le héros est un mort en sursis tandis qu'insidieusement, le succès critique pousse le scénariste à renier ce postulat.

7 commentaires:

  1. La constitution devrait inscrire pour les hommes politiques comme pour les séries TV, la non-reconductibilité des mandats.

    RépondreSupprimer
  2. La course en avant en dépit du bon sens. Bonne analyse. Quel type d'histoire peut résister à cette pression ?

    RépondreSupprimer
  3. J'en viens à aimer les séries avortées à la première saison car elles n'ont pas encore basculées dans l'auto-parodie et la surenchère.
    Le problème, c'est le format. Tu ne peux pas vendre une histoire fermée à la télé US en disant "Y'a 12 épisodes, c'est tout".
    Étrangement, c'est possible en Angleterre, et ça marche très bien (Luther : 6 épisodes, merci bonsoir).

    Le plus gros risque d'une série, c'est qu'elle devienne populaire.

    Si The Wire avait eu de grosses audiences, on en serait à la 11e saison (McNulty contre les Triades).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis pas du mal de The Wire !
      ;)
      Mais apparemment, non : le projet proposé par David Simon était l'aboutissement de ses enquêtes, devenues ses livres, devenus ses documentaires. Et c'était dès le début prévu sur six saisons - comme la gamme Orpheus de White Wolf (mais je m'égare...).

      Supprimer
  4. Bonsoir, contrairement à toi j'ai trouvé très astucieux ce dernier épisode.

    Attention gâcheux possible :

    En outre il renvoie à des pratiques qui ont intéressé la CIA (voir à ce propos le livre de Naomi Klein La Stratégie du choc par exemple), du reste il est assez pervers puisque cette pratique a été envisagée en tant que "lavage de cerveau", et ce qui lui arrive et à rapprocher de ce qu'a vécu Brody (du moins dans l'esprit des agents de la CIA.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention, quand je dis que la fin m'a déçu, je parle de l'arc narratif que concerne Brody qui retombe comme un soufflé au fromage. Celui de Carrie est très bien mené, j'ai beaucoup aimé la dernière séquence.

      Supprimer