10/02/2014

Juge Bao de Patrick Marty et Chongrui Nie


Je vais faire une nouvelle dérogation à mon principe de ne chroniquer que des séries terminées. Un peu comme pour les Incidents de la Nuit, Juge Bao est une série que je croyais morte, les quatre premiers tomes étant sortis dans un intervalle très court vers 2011-2012 et puis plus rien. Hier j'ai découvert qu'un tome 5 était récemment sorti, du coup je me dis que donner un petit coup de pouce à une excellente série nous permettra peut-être de voir le sixième et dernier tome dans pas trop longtemps.

Ce qui frappe d'abord avec la série Juge Bao (note de Munin : déjà chroniquée en 2010) c'est le format: de petits fascicules à l'italienne au prix plus qu'abordable (autour de 9€), en noir et blanc et de bonne facture. Ce qui frappe ensuite c'est le graphisme très distinctif et très nerveux de Chongrui Nie. On a presque l'impression d'un papier gratté tellement le trait est hachuré, mais ça confère une dureté aux personnages qui est à la fois tout à fait distinctive et tout à fait adaptée à ces polars de la Chine Impériale.

Alors évidemment, quand vous entendez Polar et Chine Impériale, vous pensez immanquablement à l'excellent Juge Ti de Robert van Gulik. Et vous n'aurez pas tort: le personnage du Juge Ti est lui-même inspiré par le personnage historique du Juge Bao, ce que le scénariste (Français) de la série ne manque de nous rappeler dans chacune des préfaces des 5 tomes. Non pas que ça change grand chose: qu'il ait réellement existé ou non, le Jude Bao de la bande dessinée est un personnage éminemment romancé, ce qui fait que Bao est en fait un personnage aussi fictif que Ti sinon qu'il a un ancêtre bien réel.

Et puis après tout, qu'est-ce qu'on s'en fout! Ti et Bao (les oeuvres) puisent aux mêmes sources si bien que le lecteur assidu de Van Gulik retrouvera des situations, des personnages et même des crimes similaires, mais Bao a vraiment une atmosphère propre et très prenante. C'est suffisamment différent pour qu'on ait pas l'impression de lire une adaptation (et pour qu'on puisse sans déplaisir se replonger dans Ti également).

Pour ceux qui ne connaîtraient ni l'un ni l'autre, Juge Bao raconte quelques affaires d'un Juge Provincial de la Cour Impériale Chinoise. Bao est le personnage central, sévère mais sage, d'une loyauté indéfectible à l'Empire, et surtout suprèmement intelligent. Il est entouré de toute une palette de personnages secondaires récurrents qui sont ses assistants, gardes et disciples.

Cela crée des récits dynamiques qui ne se cantonnent pas à des aspects procéduraux ou à des réflexions en chambre façon Sherlock Holmes. A travers les aventures du Juge et de son entourage on découvre aussi la culture de la Chine Impériale, un décor éminemment exotique. Les criminels eux, sont très semblables aux nôtres, une sorte d'universalité de la bassesse qui transpire à travers les bouquins.

Brefs, c'est plutôt dans le haut du panier de la BD criminelle, avec des scénarios bien léchés (bien qu'occasionellement un peu confus, si je dois émettre une réserve) et des graphismes véritablement uniques et très très bons. Pour 9€ le coup d'essai, vous n'avez pas grand chose à perdre à vous essayer au premier tome...

2 commentaires:

  1. Je suis très amateur aussi.

    Et en terme d'épisodes, il n'en reste qu'un à venir si j'ai bien compris.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, tout à fait. Qui devrait se voir dénouer le petit bout de métaplot avec lequel on nous a teasé ;-)

    RépondreSupprimer