06/03/2015

Souviens-toi le scream de l'été dernier 27

Bon, les p'tits gars, c'est sympa de vouloir faire du comic "indhyi" mais après, le papier, faut le vendre, hein. Alors vos trucs torturés de dieux des rêves à la mords-moi-le-pelochon, vous oubliez. Non, moi j'vais vous dire ce que vous allez faire. Hier soir, j'étais avec ma rombière. On se bouffait des pizzas le Gros Rico en regardant Souviens-toi l'été dernier, alors je vous ai ficelé un scénario aux petits oignons. Déjà, faut un titre plein de mystère mystérieusement mystérieux. Attends... Le Secret. Ouais, c'est bien, ça. Ça fait mystérieux, Le Secret.



Toi, le dessineux, tu m'emmerdes pas : tu fais du bien scolaire, cases carrées, avec un découpage mal branlé. Pour que ça se vende aux bobos du Canal de l'Ourcq, tu me torches ça à l'aquarelle, genre John Bolton s'il s'était passé une main sous un rouleau compresseur : pas besoin de perdre du temps, ok ? Fais juste un effort sur la couv' histoire d'attirer le chaland.

Alors, pour le scénar, tu me prends une bande d'adolescents américains. Y'aura la promqueen, évidemment. Elle est pote avec les jocks de service. Et pis y'a le goth de service, que les jocks peuvent pas blairer et auquel le lecteur habituel de comics y va s'identifier. Oh putain, j'suis en forme, on va tout déboiser, là : la promqueen, elle sort déjà avec le geek. Et paf. A nous les Eisner Award, avec un truc pareil ! Et pis on va parler de trucs profonds, être moderne sur le sexe, histoire d'être cité dans les colonnes sérieuses de Télérama... Hm. Je sais : la mère de la promqueen, elle picole et se tape les amis de sa fille. Voilà. Tu me cales ça entre deux cases, pas besoin de s'étendre non plus, ça n'influera pas l'histoire.

Pour le reste du scénar, boah... Ils sont bourrés et appellent des gens au hasard pour leur dire "Je connais ton secret" sauf qu'ils vont tomber sur un tueur en série. Le mec, il enlève la promqueen. A la fin, le goth parvient à s'allier avec les jocks pour la retrouver mais y meurent tous. Sauf le goth, hein. Butes pas le lecteur, quand même ! Tu me torches ça en deux pages. Si on pige pas comment ils se font tous crever, c'est pas grave : y fait nuit. Avant ça, tu me colles bien la maison paumée en rase campagne avec des détails dégueulasses-mais-pas-trop : on veut que ça se vende, quand même. Et la fin, c'est là que c'est top : quand le lecteur pensent que c'est fini, le tueur y rappelle le goth pour lui dire "Je connais ton secret." et zou, fin. Tatssssiiiiin...

Allez, vous êtes partis pour 6 numéros là ! Comment ? Entre le début et la fin ? J'en sais rien moi. Le goth, il a pas perdu espoir et y cherche sa copine. Il voit des trucs mais personne ne le croit. J'en sais rien, bordel ! Tu remplis ! C'est ton boulot, ça, t'es bien scénariste, tu veux pas que je te fasse tout, quand même ? Déjà que j'te file une idée en OR !

Le Secret, chez Urban Comics

1 commentaire:

  1. Sacré Bob ! Cela faisait longtemps que je ne l'avait pas vu rôder par ici. C'est toujours un plaisir de l'écouter...

    RépondreSupprimer