15/09/2015

Lectures de vacances

Mes vacances se sont achevées et elles étaient bien. J'avais emmené Le Sentiment du fer, de JP Jaworski, que j'ai échangé après l'avoir terminé contre Le Journal du Che dans une auberge au fin fond du Brésil. Journal en VO que j'ai du mal à lire. Et puis j'ai fini Rivers of London, dont Benoît vous avait parlé .

Commençons par River of London, de Ben Aaronovitch, vu que vous venez de relire le billet de Benoît en même temps que moi. J'adhère à son billet et je pense que je lirai les romans suivants (un par an depuis 2011) mais j'ajouterais deux choses. La première, c'est que l'auteur du roman débutait sur ce livre et donne clairement un début assez incohérent qui m'a d'abord rebuté. Les personnages sont en carton pâte, les décisions et choix qu'ils font sont parfois étranges. L'auteur met environ un tiers de roman pour corriger le tir, le temps que l'intrigue prenne le pas sur l'exposition et que le lecteur arrête enfin de se poser des "mais pourquoi ?" à chaque fin de paragraphe (c'est comme Harry Potter, faut pas trop se poser des questions sur la cohérence globale). La seconde, c'est que quand on écrit un roman, il ne faut pas trop se laisser à ses lubies. L'auteur est clairement un passionné de bagnoles. Ce qui fait que, sans raison particulière, le personnage principal et narrateur tend à donner bien trop de détails sur les voitures qu'il voit ou qu'il prend. Mais que les bagnoles. On va savoir que c'est une "Jaguar 1971 WTF à injection sous-cutanée modifiée 1974". Par contre, ce sera "un téléphone portable" et non un "Samsung BOHICA v5 avec OS alternatif v3.12". Ca sonne bizarre. Mais ça se calme à la moitié du bouquin environ.
Le reste, c'est une enquête assez sympathique avec un humour bien amené, exploitable directement en jdr. Petit bonus : le personnage principal est un enfant de l'immigration, ce qui lui donne parfois un point de vue intéressant sur la société dont il fait partie. Ça change de la majorité des personnages principaux de la SF-Fantasy au sens large. N'en déplaise aux "puppies", moi je voudrais plus de personnages comme ça.

Ensuite, le dernier Jaworski. Chez lui, c'est clairement la série sur le Vieux Royaume qui me plaît. Contrairement à d'autres, la saga Même pas mort m'est tombée des mains très rapidement. J'avais aimé Janua Vera et adoré Gagner la guerre donc quand j'ai découvert l'existence du Sentiment du fer, j'ai foncé chez mon libraire pour le commander. Evidemment, Copacabana n'est pas l'endroit pour se sentir le mieux dans l'ambiance huileuse de Ciudalia mais baste. Je l'ai lu quasi d'une traite.



Le Sentiment du fer est un recueil de 5 nouvelles se déroulant dans le Vieux Royaume, paru sous le label Helios, qui me semble être la gamme "poche" des Moutons Électriques. Les 5 nouvelles se passent pendant la guerre civile, qui reste au final un décor de fond qui ne sera jamais abordé, et proposent personnages et situations variés. On y rencontre un conteur elfe aux mains d'une bande de soudards, un chuchoteur engagé pour un braquage ou encore une humaine initiée par les elfes (qui restent lointains et mystérieux). Les nouvelles sont globalement de bonnes qualité, ma préférée allant, bien évidemment, à celle qui se passe dans Ciudalia alors même que je pense qu'il s'agit de la plus faible du recueil. Je n'ai pas le talent de Tristan pour résumer chaque nouvelle alors je vais faire simple : ça se lit très vite, c'est de la bonne came et c'est pas cher. Foncez. 

Un bémol : je soupçonne que les nouvelles ici présentées prennent plus d'ampleur si on est déjà familier avec le Vieux Royaume. A vérifier cependant.

7 commentaires:

  1. + 1 sur " Même pas mort m'est tombée des mains très rapidement"

    RépondreSupprimer
  2. Helios est la collection poche des Indés de l'imaginaire, regroupement dont font partie les Moutons.

    RépondreSupprimer
  3. Pour Ben Aaronovitch, dans le suivant de la série, c'est l'obsession pour le Jazz qui remplace celle sur les voitures. Et on y parle toujours autant de rues, ce qui est légèrement déroutant quand on ne connaît Londres que par un voyage scolaire vieux de 25 ans.

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas lu encore Même pas mort enfin si j'ai essayé les premières pages et je n'ai pas trop accroché mais je me suis dit que je n'étais pas dans la bonne période pour lire ceci, c'est la première fois que je lis un avis tel que le tien, cela me rassurera si je ne parviens pas à le reprendre. D'autant que comme toi j'ai dévoré Gagner la guerre et Manua Vera, du coup tu donnes très très très envie avec Le sentiment du fer ^^

    RépondreSupprimer
  5. Ah, c'est clair que Aaronovitch sans la moindre connaissance de Londres, ses rues et ses rivières, ça le fait beaucoup moins. J'ai perso beaucoup aimé, surtout les volumes suivants. ^^;

    RépondreSupprimer
  6. Celui sur l'architecture (le 4) est le meilleur à ce jour, avec une vraie évolution des personnages comme on en voit rarement dans ce genre de romans à épisodes.

    RépondreSupprimer
  7. Je lirai les suivants mais j'ai trop de fers au feu.

    RépondreSupprimer