22/11/2015

The Heading Dog who Split in Half de Mat Tait et Michael Brown



Dans le genre chronique inutile, je pense que je vais battre tous les records aujourd'hui en vous parlant d'une BD que j'ai achetée en Nouvelle-Zélande et dont je soupçonne fort qu'elle ne jouisse d'aucune distribution internationale. Et pourtant, j'ai pris un grand plaisir à la lire, et après tout, pour moi, Hu-Mu sert avant tout à partager des coups de coeur.

The Heading Dog who Split in Half (le Chien de Berger qui se Sépara en Deux) est sous-titré Legends and Tall Tales from New Zealand, ce qu'on pourrait traduire par Légendes et Contes Improbables de Nouvelle-Zélande. Il y a là cinq contes folkloriques, plutôt d'origine coloniale que Maori, même si les deux se superposent dans au moins deux des histoires. Il ne s'agit pas nécessairement d'histoires où le fantastique joue un rôle essentiel, mais plutôt de contes de village un peu improbables, bizarres ou inquiétants.

Les histoires sont chouettes, réminiscences d'une vie plus rurale faites de moutons et des paysages incroyables de la Nouvelle-Zélande. Il y a de l'humour, de l'amour et des ivrognes, et si je ne connais pas assez bien le pays et ses habitants pour juger s'ils se reconnaitraient dans cette tranche de nostalgie, j'ai eu beaucoup de plaisir à les lire.

Il faut dire que le trait de Mat Tait, simple mais subtil, avec ces grands aplats de noir qui me font penser à du Charles Burns ou du David B. a une grande force d'évocation. Le grand format du livre rend l'immersion facile, et c'est vraiment une grande joie à la lecture.



Je suis bien conscient que le sujet et la difficulté à se procurer le livre feront que peu d'entre nos lecteurs ont une chance un jour de jeter un oeil sur ces pages. Si d'aventure vos pas vous emmènent en Aotearoa, toutefois, c'est une lecture qui pourrait vous donner un regard un peu différent sur ce pays si attachant. Mais si le sujet vous passionne, vous pouvez toujours acheter la chose ici, frais de port non compris.

6 commentaires:

  1. Hello Benoit, my name is Mat Tait, the artist of this book, and I was wondering if I could post an english translation of your review on our website (https://oldweirdnewzealand.wordpress.com/) ? I'm not sure if you speak english (in which case this comment may go very astray!) but if you do, and don't mind contacting me at mattait44@gmail.com, then I have a translation which I'd like to run by you for accuracy.
    Thanks very much for the review!
    Regards, Mat.

    RépondreSupprimer
  2. Charles Burns (tu as touché sur l'un des auteurs que j'adore) c'est un peu différent. Burns, il ne pose pas des aplats, il creuse carrement sa matière dans les noirs. Mais il y a un petit quelque chose dans le trait en effet peut être.

    Tu as bien attisé ma curiosité en tout cas. Dommage que les frais de port soient un peu dissuasifs. Je vais voir si je trouve d'autres productions locales pour agréger un peu les couts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apologies for replying in english but my french is almost non-existent. If you are looking for other recent graphic novel works from New Zealand, I would recommend 'The Dharma Punks' by Ant Sang, 'Sam Zabel and the Magic Pen' or 'Incomplete Works' by Dylan Horrocks (though Horrock's work may be available in french), and 'From Earth's End: the Best of New Zealand Comics' which is both a substantial history and anthology of NZ comics work.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. No need to apology, it's great you provided those recommandations, thank you ! I'll look for them.

      PS: silly me! I've just understood that the website provided by Benoit is NZ, so the prices are NZ dollars :) Far cheaper than US$, and shipping price is really fair to send taht accross the globe!

      Supprimer
    4. Side note : The Dharma Punks has been translated in French. Editions Presque Lune. http://www.bedetheque.com/serie-49495-BD-Dharma-Punks.html

      Supprimer