05/08/2016

Poulets grillés


Je ne connaissais pas Sophie Hénaff, mais en lisant sa bio dans ce bouquin chez un libraire, j’ai vu qu’elle avait été pigiste chez Cosmopolitan, fait du café-théâtre et même ouvert un bar de jeux cartes et jeux de société. Un CV qui n’a rien à voir avec le polar, ce qui est tout sauf un défaut à une époque où la noirceur systématique des Olivier Marchal de ce milieu a fini par rendre ce genre trop glauque avec ses flics dépressifs qui snifent et boivent et ont toujours des comportements bordeline.

Or donc, Anne Capestan, commissaire de police, est aux arrêts depuis plusieurs mois pour avoir fait usage de son arme de service dans des circonstances contestables. Ses patrons du 36 Quai des Orfèvres ne peuvent pas la remettre en circulation comme si de rien n’était. Ces princes de la statistiques ont une idée de génie : fonder une nouvelle brigade qui rassemblera tous les mauvais flics. Cette brigade aura les pires chiffres mais au moins les autres auront un taux de succès éclatant. On file donc à Capestan des locaux en ruine, une bagnole bonne pour la casse et des flics à la ramasse :
- le mec de l’IGS qui l’a cuisiné pendant des jours pour la faire tomber
- un flic qui porte la poisse à tous ses partenaires
- une nana qui a fait fortune en devenant auteure de polar à succès et qui a besoin de retrouver son ancien métier
- un pochtron mondain
- un informaticien pas dégourdi
- une tête brulée qui se prend pour Rémy Julienne
Et on file à ces bras-cassés de vieilles archives contenant des affaires non-résolues. Et oui, ces branquignoles vont partir du mauvais pied mais tranquillement former une vraie brigade en apprenant à se connaître et à s’accepter. Ben oui, parce que c’est une famille, même si elle n’est composée que de cousins congénitaux.


C’est écrit avec beaucoup d’humour, l’enquête est torchée en 300 pages, ça sent bon l’été dès la couverture colorée, et l’adaptation télévisée est pour dans bientôt. Et il y aura d’autres volumes, c’est moi qui vous le dis. Et tant mieux, parce qu’il en faut, des polars légers qui ironisent sur ce milieu.

1 commentaire:

  1. Je confirme, c'est très bien fait, avec un dosage humour-enquête tip-top, et ça se lit vite et bien. Parfait pour lire sur la plage ou dans les transports en commun :)

    RépondreSupprimer