31/12/2016

Dirk Gently's Holistic Detective Agency


Je n'avais pas lu les romans de Douglas Adams avant d'attaquer le visionnage de cette série. Pire, je savais qu'originellement, les idées d'Adams étaient destinées à la série Doctor Who (que je hais viscéralement) mais qu'après avoir été refusées, il les avait recyclées en les rendant autonomes. Et j'avais bien conscience que c'était une adaptation américaine d'une oeuvre éminemment anglaise et que donc ça risquait de heurter mon palais délicat. Et pour être tout à fait franc, j'ai regardé le pilote, j'ai bien ri mais je n'ai pas poursuivi. C'était trop délirant pour moi.

C'est donc l'histoire de Dirk Gently, un détective holistique, c'est-à-dire un tenant de l'idée que tout est connecté et que donc il ne faut pas chercher les indices puisque qu'ils lui tombent tout cuits dans le bec étant donné que l'univers/le destin/la causalité/l'entropie a fait de lui son pion. Bien qu'anglais, Gently débarque à Seattle dans la vie d'un groom d'hôtel pathétique dont il va faire son assistant (vous voyez le lien avec un certain docteur) pour mener une enquête hyper confuse pour retrouver la fille d'un gros richard qui vient justement de mourir dans des circonstances très étranges dans une suite de l'hôtel. Impossible de trop en dire car la série est bourrée ras la gueule de délires qui viennent relancer l'intrigue trois ou quatre fois par épisode en ajoutant une couche de n'importe quoi à une histoire pas croyable. Mais vraiment, c'est l'auberge espagnole du bizarre, le méchant est pas croyable, ses sbires sont iconoclastes, c'est une série qui abuse constamment.

Et c'est ça qui m'a désarçonné dès le pilote. Heureusement, un ami a insisté pour que je continue, et grand bien m'en a pris car les 8 épisodes de cette première saison (qui n'est en rien liée aux romans) forment un tout hyper cohérent dans son étrangeté. Rien n'est aussi gratuit qu'il n'y parait au premier abord. On est constamment amusé par l'intrigue, l'incongruité des situations, l'humour british et l’imbécillité des protagonnistes. C'est de la vraie belle télé : inventive, décalée, éclatée... Et le pitch est respecté à 243% : tout est effectivement dans tout.

C'est également du pain béni pour les rôlistes tant on suit une vraie équipe de PJ. C'est de l'or en barre si vous appréciez les jeux comme Conspirations/Over the Edge, Unknown Armies ou même TimeWatch. Le scénario tient debout tout du long, l'explication finale tient la route, la prochaine saison s'annonce cataclysmique, y'a une tonne de PNJ à recycler.

Passez outre la bouille énervante de Dirk Gently (c'est normal de vouloir le baffer, c'est humain) et suivez-le alors qu'il fait tout pour ne pas enquêter tout en cherchant à résoudre l'affaire. Prenez des notes sur le superbe outil scénaristique qu'être la méthode holistique. Et surtout rigolez comme un bossu quand ces machinations à deux balles foirent. Ce n'est pas pour rien que le Grand Tout met cette série sur votre chemin : vous êtes destinés à la regarder. Ce billet provoquera la nécessaire rencontre entre vous et cette histoire hors du commun, c'est obligé.

2 commentaires:

  1. Merci, je viens de m'avaler tout ça en moins de 48h, et c'est un fait rare pour un blasé des séries tv comme moi.

    Cette série est un régal.

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de commencer aussi, c'est très bon ! Merci de l'info !

    RépondreSupprimer