19/01/2017

Monstress: Awakening de Marjorie Liu et Sana Takeda



C'est en furetant dans les classements des meilleurs romans graphiques des sites des magazines Américains que je suis tombé sur plusieurs références à Monstress. Je ne savais pas franchement à quoi m'attendre, sinon qu'il s'agissait de quelque chose d'inspiration asiatique et que la qualité graphique était décrite comme "exceptionnelle". J'aime autant les belles planches graphiques que tout un chacun, mais ça ne me suffit pas si l'histoire ne suit pas. Heureusement pour moi, après un peu d'inquiétude lors des premières pages, j'ai rapidement été happé par le récit.

Le personnage central de Monstress c'est Maika. Maika est de la race des Arcaniques, des créature disons féériques, faute d'un terme plus adapté, qui sont en guerre contre les hommes. On comprend au fil de ce premier tome qu'il n'en a pas toujours été ainsi, et qu'une sorte de trève fragile est en place. On comprend également que certaines factions chez les hommes ont un intérêt économique et politique certain à ce conflit. Maika toutefois n'est pas n'importe quelle Arcanique. Elle a un passé, et surtout un passif hérité de sa mère, et elle veut, ou plutôt elle doit découvrir ce passé pour comprendre ce qu'il lui arrive et quel rôle elle joue dans ce conflit ancestral.

Il y a mélange de "mignon" et d'"horrible" qui est assez commun dans les productions Japonaises mais ne marche pratiquement jamais dans les BD occidentales. C'est exactement ce que nous propose Monstress, le tout agrémenté d'un écrin graphique qui reprend certains codes Asiatiques (bien qu'il faille plus regarder du côté des Studios Ghibli que du Manga) rehaussés d'une grosse louche Art Déco. Et oui, c'est superbe.

Je ne sais pas s'il y a une filiation assumée dans le thème et le traitement avec Princesse Mononoke de Miyazaki (et, dans une moindre mesure avec Le Voyage de Chihiro), mais il est difficile de ne pas voir certains parallèles. Sur un seul tome toutefois, difficile de savoir si c'est juste une influence (auquel cas, on a vu pire influence) ou si ça va plus loin (auquel cas le soufflet risque de retomber).

Tout cela fait de Monstress un premier tome à la fois atypique et intriguant. Je n'irais pas jusqu'à prétendre être accro, mais la lecture de ce tome violent, poétique et mystérieux à la fois m'a donné envie de suivre la suite quand elle sortira. C'est déjà pas mal du tout!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire