30/05/2017

The Dukes of Al Hazred

Ici, on ne fait pas souvent dans la chronique musicale. Pourtant, une partie de notre lectorat est pétrie de rôlisme et, de ceux-là, un bon paquet est fan de Cthulheries poulpiques (sinon Tristan ne serait pas la star internationalement reconnue qu'il est).

Dans la niche de la musique basée sur les nouvelles de Lovecraft, il y a étonnamment foule mais assez peu arrivent à sortir du lot. Evidemment, tout le monde a en tête The Call of Ktulu (sic) de Metallica. On en trouve quelques autres chez les métalleux mais aucun groupe n'a poussé autant le concept jusqu'à ses limites que The Darkest Of The Hillside Thickets, un groupe de Garage canadien, issu de Vancouver, dont le nom du groupe fait référence à une phrase discrète d'une nouvelle obscure (The Tomb, pour ceux que ça intéresse - ne faites pas semblant, je sais que vous êtes là).

Toutes leurs chansons et tous leurs albums, à une exception notable près, font référence aux histoires de ce vieil Howard-Philippe mais, en plus, ils se déguisent en monstres poulpeux lors de leurs concerts. Si si :

Alors c'est fait main, hein, mais ça reste un gimmick vraiment marrant. Leurs chansons sont teintées d'humour ("Color me green cos' it's the color of my god"), de pulp ou d'horreur. Leur musique c'est du rock garage bien saturé que j'affectionne énormément.

En tant que rôliste, vous avez plusieurs raisons d'avoir entendu parler d'eux : ils ont écrit ou illustré des ouvrages pour l'Appel de Cthulhu et/ou Delta Green, illustré le jeu de société Cults Crossing America, écrit le jeu de rôles Spaceship Zero (accompagné du concept album qui va avec, le seul non cthulien) et, enfin, produit une compil collector, Let Sleeping Gods Lie qui était donnée avec le tirage prestige de Call of Cthulhu D20 si ma mémoire ne me joue pas de tours. Vous avez pu aussi les entendre en concert dans des événements types Gen Con.

Le précédent album, The Shadow Out Of Tim, était un concept-album autour d'une expédition scientifique dans les années 20-30 qui tourne mal. Ca vous parle ? Oui, je me disais...

Je les avais interviewé vers 2002, où Toren Atkinson évoquait son désir de faire un morceau avec du violon à propos de la nouvelle Erich Zann. Eh bien ça y est ! Et si je vous écrit ce billet aujourd'hui, c'est parce que leur 5ème album studio est sorti :
Le nouvel album
The Dukes Of AlHazred (pour faire un jeu de mots avec Dukes of Hazzard, que vous connaissez sous le titre Shérif, Fais-Moi Peur!) est donc le cinquième album studio de TDotHT. Par rapport au précédent, il ne s'agit pas d'un concept-album. Il se compose de 13 chansons. Les fans seront heureux d'y trouver les introuvables Shh... et (Let's) Kill The Chupacabra Tonight, des promos quasiment impossibles à choper légalement. Au-delà de celle-ci, on y retrouve le style du groupe, avec la gratte nerveuse de W. Banks et la voix inimitable de T. Atkinson. Les compos sont plus travaillées qu'avant, avec des solos de guitare qui n'ont pas à rougir.
Bref, un très bon cru et j'espère franchement qu'ils vont nous en sortir d'autres, parce que du bon rock qui décrasse les oreilles avec de l'humour et du Cthulhu, j'en veux d'autre. Quelle pitié qu'ils ne font pas de tournée en Europe...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire