18/02/2018

Babylon Berlin


Babylon Berlin est une série télévisée allemande. Ahah, oui, je sais, Derrick, Der Clown, la Clinique de la Forêt noire, Tatort... D'expérience, la production télévisuelle allemande n'est pas fameuse. Mais si ça se trouve, quand on dit série télé française à un allemand, il pense imméaditament Louis la Brocante, Angélique Ange-gardien, Plus belle la vie. C'est facile de se moquer.

Babylon Berlin se déroule à Berlin en 1929, soit en pleine république de Weimar. Berlin est pauvre, exubérante, politisée, corrompue, fiévreuse, pornographique, polarisée. La ville est tout et son contraire. Et dans cette ambiance folle, on va suivre plusieurs personnages dans un récit chorale :
- Gereon Rath, un policier de Cologne en mission spéciale à la demande des notables de sa ville
- Charlotte Ritter, une garçonne qui se prostitue à l'occasion et qui désespérément devenir policière
- Bruno Volter, un flic à l'ancienne tout en nuances de gris
- August Benda, le chef de la police politique, aussi social-démocrate que juif
- Greta, amie de Charlotte et domestique chez August Benda
- une comtesse russe en goguette
- des hauts gradés allemands en train de comploter
- des russes anti-staliniens primaires 
- des russes staliniens tout aussi primaires
- un fabriquant d'armes
- des mafieux armémiens
- un docteur hypnologue
- j'en passe et des Meyer (comme on dit en Allemagne).

Et tout ce petit monde grenouille, enquête, ment, fait la fête et essaye de vivre avec ses petits secrets. Gereon a besoin de drogue pour surmonter son syndrome post-traumatique, Charlotte doit jongler entre sa vie de débauche et ses aspirations professionnelles, Bruno n'est franchement pas net, Benda doit composer avec les pressions politiques de son poste, Greta est connement amoureuse... Les intrigues se croisent dans tous les sens, c'est véritablement un tableau complexe qui se dessine au cours des 16 épiodes de cette première saison.

La série a bénéficié d'un budget de 40 millions d'Euros, et pour une fois, ça se voit. 80% du budget n'a pas servi à payer Gérard Depardieu, du coup les décors sont sublimes, les costumes sont d'époque, il y a des numéros de cabaret qui en jettent, du numérique pour recréer des lieux iconiques de 1929... Il y a du sexe, des manifestations réprimées dans le sang, du cassage de gueule dans une ruelle, des rêves louches avec un cheval qui porte un masque à gaz... Toute la vielle court à sa perte, fonce droit dans le mur (de Berlin), on sait bien que Tonton Adolph est sur le point de siffler la fin de la récréation, mais on veut en profiter une dernière fois avant que ça ne s'arrête. Une dernière coupe de champagne, quoi.

Berlin en 1929 est un décor génial pour du JdR. Tout semble possible scénaristiquement. On pense bien évidemment à l'Appel de Cthulhu, même si la série ne verse jamais dans le fantastique. Mais ça sent quand même l'investigateur à plein nez tout du long. Les personnages sont intéresants, chaque sous-intrigue est recyclable. Il y a des twists très bien vus. Mais même sans vouloir s'en servir comme source d'inspiration rôlistique, Babylon Berlin est une vraie belle série bien pensée, bien réalisée, bien jouée. Elle donne également envie de lire les romans dont elle est l'adaptation. Et puis en plus, ça fait du bien d'entendre des gens parler allemand à longueur d'épisode.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire