23/11/2018

Whispers of Shadow & Steel - roman Legend of the Five Rings

Whispers of Shadow & Steel
Et donc voici le deuxième (et actuel dernier) roman dont l'action se déroule dans le Rokugan de FFG. Si le premier m'avait laissé plutôt froid, celui-ci est nettement mieux écrit mais a lui aussi du mal à tenir la route si on essaie de regarder plus loin que le carton-pâte du décor. J'y reviendrai.

On suit donc les aventures Bayushi Yojiro. Lors du tournoi d'Emeraude, le "Scorpion Honnête" a donné un indice à Akodo Toturi sur le plan que ses collègues de clan avaient prévu pour faire gagner leur poulain. Toturi a pigé l'indice et est devenu ainsi Champion d'Emeraude, l'équivalent Rokugani du ministre de l'intérieur. Yojiro, magistrat d'Emeraude lui-même, s'est fait remonter les bretelles par Bayushi Kachiko, conseillère de l'Empereur et second plus haut membre du clan du Scorpion.
Puisqu'il est magistrat, on l'envoie enquêter sur la mort d'un dignitaire Dragon mineur des mains de Bayushi Aramoro, dont on peut dire qu'il est dans les 5 plus hauts placés du clan Scorpion.

Au-dessous de tout soupçon, évidemment
(Décidément, tout ça tourne autour d'un minuscule cast de célébrités)

Une bonne tête d'innocent
Yojiro a bien pigé le message : Aramoro doit en sortir l'honneur sauf. Tout autre résultat sera innaceptable. Et l'enquête se déroule à Ryoko Owari Toshi, la bien connue Cité des Mensonges, aux mains de son propre clan, et plaque tournante du trafic d'opium dans l'Empire.

L'innocent, notre héros
Arrivé dans la basse-fosse qu'est cette ville, Yojiro va donc commencer son enquête. Le représentant impérial local a complètement fondu un plomb et estime qu'il y a des ninja partout. Rappelons que, dans L5R, les ninja sont une histoire qu'on raconte aux enfants pour leur faire manger la soupe. Par contre, la samurai qui seconde ce représentant impérial, elle, va enquêter aux côtés de Yojiro et apprendre à lui faire confiance, peu à peu. Yojiro se retrouve alors pris entre ses devoirs envers son clan et l'amitié qu'il porte à l'honnête et droite samuraï qui l'aide dans son enquête.

Au final, c'est pas mal écrit et les deux personnages principaux sont intéressants, torturés par le devoir et l'honneur. On est bien dans le registre de la fiction de samurai que le jeu cherche à émuler. Il y a aussi quelques scènes bien chouettes, comme la rencontre avec la gouverneur de la ville, Shosuro Hyobu. Alors quoi ? Alors ce roman a un problème de trop peu. On sent que l'auteure en avait encore sous le pied. Nombre d'éléments sont introduits sans vraiment être développés et c'est dommage, parce que, au final, on est laissés avec un squelette de roman, qui va trop vite à ses conclusions mais dont la construction sur pilotis n'est pas bien solide. Surtout ne pas regarder de trop près : il est dangereux de s'y pencher.

On voit pas bien ce que le chef de gang décrit revient faire dans l'histoire. La Thunder Guard est abordée mais quasiment pas expliquée (je suis pas sûr que quelqu'un qui ne connaît pas l'univers sache de quoi il retourne). La ville elle-même, haut lieu d'aventure dans le Rokugan, n'est guère qu'esquissée. Et, surtout, l'importance sur le fonctionnement des clans et de l'Empire qu'ont les révélations faites à Yojiro ne sont pas tant abordées. Ou alors tout le monde fait bien trop semblant de ne pas savoir.

En effet, un point avec lequel L5R a toujours eu du mal, c'est cette histoire du "les ninja sont une grosse blague". Ou plutôt, j'ai du mal à croire la manière dont ce point est établi dans L5R.
Le roman essaie d'expliquer, ainsi qu'avec les pages de fluff des dix dernières pages destinées au jdr et aux amateurs, pourquoi Shinobi oui et Ninja non. Pourquoi pas ? En gros, les Shinobi sont des outils aux mains des clans pour les tâches nécessitant discrétion, subtilité et tromperie mais qui ne sont pas dénués d'honneur. Le ninja, lui, est une créature déshonorée et à son propre service, dotée de pouvoirs magiques.
Soit. Mais pourquoi alors, les magistrats ne seraient pas à la poursuite de Shinobi, au lieu de rejeter l'idée même ? Et ce même si les clans jurent tous ne pas en avoir / s'en servir. Le clan du Scorpion est tellement un cliché sur pattes que, bien évidemment, si ça n'existait pas ils le fabriqueraient...

Bref, tout ça pour dire que ce roman, pour de la game fiction, est très lisible, agréablement écrit mais trop court et qu'il faut pas regarder trop les détails, juste se laisser porter.

Whispers of Shadow & Steel, par Mari Murdock
Contient le roman, dix pages de fluff sur les Shinobi et trois exemplaires des cartes Bayushi Yojiro et Infiltrator avec des dessins spéciaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire