16/06/2010

Entrevue avec Patrice Larcenet

Pour vous faire patienter en attendant la publication du verset 12 de Jacobius et de la version intégrale du texte, Patrice Larcenet a accepté de répondre à quelques questions pour faire le point sur cette expérience éditoriale. Tout copinage serait purement fortuit.

Hugin & Munin : Qu’est-ce qui t’as donné l’idée de l'histoire de Jacobius ?

Patrice Larcenet : Le monde est tiré d'un JdR papier créé il y a bien longtemps et qui s'est bonifié avec les années. Je crois que tout vient d'un endroit de Mayenne où je passais mes vacances, enfant, et où se trouvait une chapelle médiévale toujours fréquentée. J'en avais peur et en même temps elle m'attirait : elle sentait l'Histoire avec un grand H. Je n'étais, au début, pas intéressé par la religion mais plutôt par ce que je pouvais imaginer des temps passés.


Hu&Mu : Tu as évoqué l’idée d’un jeu de rôles basé sur cet univers. Est-ce toujours d’actualité ?

PL : Je mentirais en disant oui. Je ne joue plus que très peu et à un autre jeu de mon cru que tu as eu l'esprit de qualifier de Corpocculte. Ce projet là serait beaucoup plus d'actualité et réalisable car plus court. Inquisition (le nom du JdR) me demanderait trop de temps car l'écriture est pour moi difficile. J'ai du mal à produire plus qu'une page par jour, et encore je passe encore pas mal de temps à la relire après. Alors un pavé de 420 pages, je n'y pense plus.

Hu&Mu : Jacobius est-il le révélateur de ton rapport à la religion ?

PL : Peut être. Je n'ai jamais compris la religiosité ni le besoin d'avoir un très haut tout puissant qui te garantit un futur après la mort. Je trouve plus de poésie à me dire que mon corps retournera à la terre lorsqu'il sera temps et qu'avec un peu de chance il pourra faire pousser un ou deux trucs utiles. Jacobius lui vit dans un monde où la foi n'est pas une option : c'est une obligation. Il doit faire avec et sans cesse comparer son idée des Textes avec l'interprétation des religieux qui est forcément divergente de la sienne tout en conservant cette foi. Moi, la foi je ne l'ai pas et ne la comprends pas. Mais la bible est le tout premier roman de fantasy mondialement connu, un best seller traduit en plein de langues avec un bon SAV et donc il touche à l'imaginaire et au merveilleux. C'est cette partie là qui m'intéresse avant tout car elle cause des aspirations, des peurs et des désirs à l'homme.


Hu&Mu : Tu précises que ces 12 versets ne sont qu’une première partie. Que prévois-tu pour la suite ?

PL : Le plan est fait pour la suite, ne me reste plus que l'écriture (cf ci dessus pour la difficulté d'écrire). Jacobius va devenir inquisiteur tout en essayant de conserver en mémoire les enseignements de son maître pour ne pas sombrer dans l'intégrisme. Il rencontrera des personnages qui viendront ébranler ses certitudes mais affrontera aussi la vindicte des institutions religieuses, peu intéressées par le libre arbitre en matière de religion.


Hu&Mu : Tu exigeais un certain nombre de commentaires pour publier le verset suivant. Que retires-tu de cette expérience de diffusion ?

PL : La motivation : je n'aurais sûrement jamais produit la fin de ce premier livre sans cela. Même si je n'ai que douze lecteurs, même si on trouve ça verbeux ou grotesque, ça me donne l'envie de continuer à faire découvrir ce monde qui vit maintenant depuis plus de vingt années. Et je tiens à les remercier de leur patience et de leur assiduité. Sincèrement, je ne pensais pas dépasser les trois premiers versets.


Hu&Mu : Vas-tu procéder de la même manière pour la suite ?

PL : Oui, même si le rythme sera différent : ce premier livre était écrit sur onze versets, je n'avais donc qu'à préparer le fichier pour le lundi suivant quand les commentaires étaient suffisants. Là, je devrais m'astreindre à être régulier dans la production, ce que j'ai du mal à faire. Et si ça devient trop mauvais, je le saurai rapidement, m'évitant tout effort inutile. Je pense pouvoir livrer sans trop me faire violence un verset toutes les deux semaines.


Hu&Mu : Souhaites-tu démarcher un éditeur papier avec ton histoire ?

PL : Non, je n'y pense pas. À l'origine, Jacobius était un premier jet pour une énième tentative de coucher sur papier le JdR (un texte d'illustration en somme). La qualité n'est pas à la hauteur d'une édition papier, à mon avis. De plus je n'ai pas le courage de subir des refus ni de me casser à présenter ça à un éditeur. J'ai déjà assez de mal avec mes scénarios de BD. Non, c'est plutôt une bonne cours de récréation pour moi.


Hu&Mu : La gratuité est-elle un cheval de bataille pour toi ?

PL : Pas plus que le payant. Je serais rémunéré pour ça je ne dirais pas non. Cependant la gratuité est, pour Jacobius, le seul moyen que j'ai trouvé d'être lu par d'autres personnes que mes proches, et je me voyais mal demander de l'argent pour ça.


Hu&Mu : As-tu d’autres projets du même gabarit ?

PL : Bin.... C'est délicat.... Oui, j'ai une envie mais cela demanderait à un ami proche de tenter l'aventure avec moi, un mec qui tient un blog et qui n'a jamais de temps pour faire le con à écrire avec moi. Si tu rajoutes à ça qu'il vient d'être père, tu comprends que ce n'est pas demain la veille.
Par contre j'adorerais, lorsque j'aurai terminé Jacobius, partir sur du Livre Dont Vous Êtes Le Héros à suivre avec le même principe de "rançon".
J'aimerais aussi (et ça je le ferai, je pense) sortir mon jeu Corpocculte par épisodes, à la manière d'une série TV, toujours avec un minimum de retour pour fournir la suite. C'est un bon moyen de savoir si ça vaut la peine de continuer ou non. Mais là, en plus, il faudrait que le jeu soit joué.

5 commentaires:

  1. Et il faut combien de commentaires pour avoir la suite de l'entretien ?
    ;-)

    RépondreSupprimer
  2. J'en profite pour remercier Patrice d'utiliser Hu&Mu pour nous faire profiter de son récit, et je l'encourage à continuer dans son travail - roman, BD, LDVELH, JdR ou autre.

    RépondreSupprimer
  3. Pffffiou, dis donc, ça reparle jeux de rôles sur Hu-Mu !

    Allez pas quand même vous faire un claquage, hein ? ;-!

    Tout cela est très prometteur en tout cas.

    RépondreSupprimer
  4. Chassez le naturel, il revient au galop !

    RépondreSupprimer
  5. Et si je vous disais que ça y est, il est fini et qu'il n'attend que le bon vouloir de Cédric pour être en ligne ? En tout merci à tous ceux qui ont participé à l'expérience, car sans vous la fin du livre 1 n'aurait jamais vu le jour et la motivation pour le livre deux n'aurait jamais existée. Et au fait, une surprise à venir pour l'intégrale. Mais je n'en dis pas plus, je laisse à Cédric le soin d'en faire la pub...

    RépondreSupprimer