06/06/2020

Blood & Treasure


Nous vivons vraiment un âge d'or niveau série télé. Il existe tant de séries de qualité qu'il est impossible de tout suivre. Les plateformes se multiplient, les propositions se diversifient, on fait des reboots... Il devient donc de plus en plus difficile de faire le tri dans toutes cette production. Des prescripteurs de bonne série, il en existe treize à la douzaine, c'est pourquoi au lieu de vous parler d'une excellente série, je vais vous présenter une série un peu moisie. Parce que vous savez tous que The Expanse est génial, vous n'avez pas besoin d'un énième article faisant sa promotion. Alors que Blood & Treasure...

C'est l'histoire de Dany McNamara, un ancien agent du FBI qui travaille désormais pour retrouver des objets d'art volés. Financé par un richissime financier, Dany est sur la trace d'un trésor incroyable : le sarcophage de Cléopâtre. Il veut impérativement mettre la main dessus car un odieux personnage essaye de s'approprier cette relique : Karim Farouk, un terroriste qui n'hésite pas à faire exploser une pyramide d'Egypte dès le premier épisode. Pour réussir cette quête, Dany fait équipe avec son ex, Lexi Vaziri, une voleuse/arnaqueuse qui a des raisons très personnelles d'en vouloir à Farouk. Ensemble, ils vont passer l'essentiel des 13 épisodes de cette première saison à voyager de pays en pays pour remonter la piste de Cléopâtre. Car, surprise de dingue, le sarcophage a été volé en 1944 par des Nazis. On a donc le droit à des flashbacks qui racontent le périple du corps de la reine d'Egypte pendant la guerre tandis que nos deux héros repassent par les mêmes endroits plusieurs décennies plus tard.

Tous les clichés que vous pouvez imaginer pour une histoire de ce genre sont présents à l'écran : pour montrer que le terroriste est méchant, on le montre en train de fumer. L'officier nazi est forcément balafré (et lui aussi fumeur). Quand le couple déboule à Rome, il parle avec un restaurateur qui est bien évidemment membre de la mafia... Je ne vais pas vous faire la liste des détails qui vous feront lever les yeux au ciel car c'est un festival à chaque épisode.C'est même devenu un jeu avec ma femme quand on regarde un épisode : on fait des prédictions. Ils sont prisonniers dans un avion ? Je te parie qu'ils vont s'échapper en parachute mais qu'il n'y en aura qu'un seul pour deux. Dis donc, tu trouves pas ce PNJ pas super intéressant ? Je suis certaine qu'il fait partie de la société secrète. Ah oui, j'ai oublié de vous dire : Cléopâtre est protégé par une conspiration qui est très pratique pour le scénariste.

Le tout est filmé en décor naturel dans les rues de Rome ou autre, c'est vraiment digne d'un film d'aventure à grand déploiement. Par contre, toutes scène en intérieur sont en fait tournées à Montréal. Une grande scène supposée se dérouler à Genève a été tournée au bureau de ma femme. L'aéroport est en fait le stade olympique de Montréal. La vente d'objets volés sensée se passer à Rome se tient en fait dans le musée des beaux arts. C'est pas gênant, hein, mais c'est marrant de voir que la production est dépensière sur certains aspects mais qu'ils font des économies en venant tourner au Québec.

Bon, mais alors pourquoi vous parler d'une série américaine qui est la digne successeuse de Sidney Fox (la tension sexuelle en moins, même si bien évidemment Dany et Lexi jouent à je-t'aime-moi-non-plus) ? Tout simplement parce que malgré ses défauts, elle représente une bonne campagne de JdR. Il y a des énigmes (très simples), de l'action, du drama, des cliffhangers... On se retrouve vraiment avec tous les passages obligés du genre, et il faut avouer que c'est efficace. C'est forcément du déjà-vu, mais franchement ça vaut bien une partie de JdR.

La série essaye de faire des clins d'oeil à Indiana Jones ou Benjamin Gates pour montrer que les personnages sont conscients d'être dans une aventure s'appuyant sur un corpus d'oeuvres populaires, ce qui renforce à mes yeux l'aspect JdR où les joueurs et le MJ ne sont généralement pas dupes du fait qu'ils sont en territoire très balisé quand ils jouent une intrigue aussi codifiée qu'une chasse au trésor. Oui, les Nazis ont un plan occulte, forcément les membres de la société secrète sont fourbes, évidemment que l'ami des héros qui bosse au Vatican a accès à des savoirs interdits...

Bref, si pour vous Dan Brown ou Steve Berry sont d'agréables compagnons de lecture l'été sur la plage, Blood & Treasure peut être une parenthèse un peu légère entre deux séries plus cérébrales. Elle a bien des défauts, mais nos parties de JdR ne sont pas toujours plus brillantes que ce méli-mélo d'aventures pulp. Il y a même quelques recettes éculées qu'il est bon d'avoir en tête quand on aborde une chasse au trésor où l'action et les rebondissements comptent plus que la cohérence du récit.

Mais je vous préviens : c'est le genre de série où sur la carte de France, Lyon est à la place de Clermont-Ferrand.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire