13/05/2006

Biblio #1 : Hawk & Fisher

Simon R. Green, auteur britannique principalement connu en France pour la série de space-opera Traquemort, publiée par l'Atalante, est également l'auteur d'une série de fantasy policière dont les héros sont deux gardes, mari et femme, nommés Hawk & Fisher. Nous avons découvert la série après avoir mis en branle notre chantier de JdR medfan policier, mais la série de Green est par moments tellement proche de ce que l'on veut faire qu'il est logique qu'elle figure en tête de notre bibliographie.
Cet article est donc le premier d'une série, dont le but sera de faire le tour de façon aussi exhaustive que possible des sources d'inspiration, proches ou lointaines, de notre projet. De celui-ci, nous ne révélons aujourd'hui que le nom : Blanc-seing. Mais il vous suffira de lire nos "fiches de lecture" pour voir où nous voulons en venir. Nous en dirons davantage quand le projet sera plus avancé, et à terme, nous prévoyons de le tester avec tous ceux d'entre vous qui se seront manifestés via l'outil de Newsletter du blog. En attendant, revenons à Hawk & Fisher.
Hawk & Fisher, guerriers redoutés et mari et femme, sont peut-être les seuls gardes honnêtes de la ville de Haven, une cité portuaire des Bas Royaumes connue pour sa corruption et sa criminalité. Ils sont réputés aussi violents qu'incorruptibles, et la série qui leur est consacrée met en scène des enquêtes policières brèves et intenses. En effet, aucune des histoires ne se déroule sur une période plus longue que 24h, et pour résoudre les intrigues la hache de Hawk et l'épée de Fisher leur sont aussi utiles que leurs méninges. Ca se lit donc vite, et plutôt agréablement : le style de Green est enlevé, avec des dialogues dont le côté stéréotypé n'a pas l'effet usant que les multiples copier/coller lui donnent dans la série Traquemort (écrite plus tard). De plus, Green est plus à l'aise dans le cadre restreint d'une ville et d'une poignée de personnages récurrents, qu'avec la démesure du space-opera.


Hawk & Fisher



Premier opus de la série, ce roman est un "whodunit" en huis-clos hommage à la tradition du genre (Agatha Christie & autres), si ce n'est qu'il se déroule dans un environnement medfan et que la magie est très présente. Le sorcier Gaunt organise une petite soirée intime, à laquelle se rendent des membres importants de la société, triés sur le volet : un homme politique, un célèbre héros, etc. La maison est magiquement isolée pour la nuit, et Hawk & Fisher chargés de la sécurité. Mais les invités sont mystérieusement assassinés les uns après les autres. Les phases de l'enquête, nous le disions, sont celles d'un huis-clos classique : interrogatoires menés séparément, recoupement des emplois du temps chacun, soupçons, nouveau décès, nouvelles théories, etc., jusqu'au dénouement final. La lecture est plaisante, mais les personnages stéréotypés, le décor minimaliste, et l'intrigue assez convenue, font que ce roman est sûrement le moins inspiré de la série. D'un point de vue pratique pour notre projet, il n'y a pas grand-chose à reprendre : les héros pourraient aussi bien être des détectives appointés que des gardes, et l'univers semble très classique : tous les clichés du fantastique semblent présents. Bref, plus un pastiche de polar qu'un véritable mélange de genres. Ceci dit, ça se lit quand même facilement, et on a envie de lire la suite de la série.

ISBN : 2-914370-70-9


Les Jeux sont faits



C'est avec ce deuxième volume que la série prend véritablement son sens. Les élections approchent, et dans le district que patrouillent Hawk & Fisher, une véritable bataille électorale se prépare entre le conseiller sortant, un conservateur corrompu, et son challenger, un réformiste idéaliste. La liesse électorale n'étant pas loin, à Haven, de la révolte populaire, Hawk & Fisher sont chargés de protéger le challenger jusqu'au vote et à la proclamation des résultats. Ils vont donc être impliqués dans toutes les manoeuvres et coups-fourrés entre les deux politiciens. Chacun a à son service un sorcier, une milice, et l'intention de s'en servir. A cela s'ajoute les intérêts économiques des lobbies, les autres candidats, et la pression populaire - sans compter le retour d'un dieu maléfique malencontreusement invoqué.
Les personnages de Hawk & Fisher et le duo qu'ils forment donnent toute leur mesure, et le lecteur a un meilleur aperçu de la ville d'Haven : ses habitants, son régime politique, ses quartiers, ses strates sociales - dont la rivalité entre la Qualité, le nom de la noblesse locale, et la bourgeoisie montante.
Il faudra cependant attendre encore un peu pour en savoir plus sur l'organisation de la Garde elle-même, car en dehors du message mental que reçoivent les deux héros au début de l'histoire, on en sait pas plus sur le corps auquel ils appartiennent.

ISBN : 2-914370-91-1


Le Tueur de dieux



Du point du vue de la magie, la série Hawk & Fisher est assez "high-fantasy" : la magie est fréquente, les sorciers démesurément puissants par rapport aux profanes, et les créatures fantastiques (vampires, liches, garous) pullulent. Mais c'est dans le 3e tome que cet aspect est le présent, puisque Hawk & Fisher sont affectés en renfort de la Brigade des Dieux, un trio dont le rôle est de faire respecter l'ordre dans la Rue des Dieux. Cette rue non-euclidienne, dont la longueur et la géographie varie selon les besoins, rassemblent tous les cultes de dieux ou d'êtres que comptent les Bas Royaumes. Le rôle de la Brigade des Dieux est de juguler les catastrophes surnaturelles et les guerres divines, mais en matière d'investigation, leur puissance ne leur sert pas à grand-chose. D'où l'arrivée en renfort de Hawk & Fisher, quand des dieux commencent à se faire assassiner les uns après les autres...
Au niveau intrigue, le Tueur de dieux n'est pas le meilleur de la série : Hawk & Fisher ne font guère qu'attendre le rebondissement suivant, et ce n'est que vers la fin qu'ils commencent à vraiment agir. Par contre, ce roman permet à Green de mettre en scène sa Rue des Dieux, à mi-chemin entre Lankhmar et Ank-Morpork. Du coup, ce tome est le plus délirant de la série. Côté background, la scène d'ouverture présente enfin une scène ordinaire de la vie d'un garde : découverte d'un cadavre, étude de la scène de crime, interrogatoires du voisinage... mais version medfan : le légiste est un magicien.

ISBN : 2-915549-12-5


Le Loup dans la bergerie



On retrouve dans ce quatrième opus une trame analogue au premier épisode : un huis-clos de 24h avec une série de personnages, et un meurtre à résoudre. Mais le contexte est celui de la lecture du testament d'un noble de la Qualité, à laquelle Hawk & Fisher se sont invités en se faisant passer pour des cousins éloignés de la famille. Leur but est de retrouver, parmi les invités, un espion dont ils ne connaissent pas l'apparence. Mais leur mission se complique, par la révélation de la malédiction qui hante la famille du noble défunt...
C'est avec ce tome que Green commence à véritablement lier les tomes entre eux : on retrouve un personnage venant du 2e tome de la série, le thème récurrent de la guerre frontalière entre Outremer et les Bas-Royaumes est mis en place pour les tomes suivants, et des allusions sont faites au passé de Hawk & Fisher - dont on découvre qu'ils peuvent facilement se faire passer pour des gens de la noblesse, même si leur véritable caractère ne tarde pas à se manifester. Enfin, le récit commence par le briefing quotidien des gardes, et on découvre enfin à quoi ressemble leur quartier général.
Côté intrigue, l'histoire est finalement très simple, et l'énigme assez rapidement dénouée. Il y a bien sûr quelques rebondissements, mais le récit repose davantage sur les relations entre les protagonistes que dans les précédents tomes. Peut-être parce que les deux gardes ont dû délaisser leurs armes avant de s'introduire dans le manoir ?

ISBN : 2-915549-28-1


Les Neiges du déshonneur



Ce cinquième tome est de loin le plus sombre de la série : Hawk & Fisher, en voulant arrêter un baron de la drogue responsable de la propagation d'un nouveau produit meurtrier, cause de terribles dommages collatéraux. Le criminel est, grâce à ses relations, relâché, et Hawk & Fisher sont blâmés par leurs supérieurs, qui séparent le tandem et leur confient à chacun une mission officieuse et dangereuse.
Hawk se retrouve associé à un capitaine vertueux qui remet en cause ses méthodes musclées, et Fisher chargée de la sécurité d'une réunion diplomatique secrète, en sachant qu'elle n'est là que pour servir de chair à canon. Et chacun d'entre eux va apprendre, par personnes interposées, les soupçons qui pèsent sur l'autre.
Par rapport aux autres tomes, il n'y a pas photo : c'est le meilleur. Les intrigues croisées, les références à des éléments récurrents, la mise en scène de la ville et du rôle de la Garde, les dilemmes moraux qui pèsent sur les héros... Tout se conjugue pour rendre la lecture vraiment intéressante. Il n'y a que le dénouement, un peu rapide, qui est un peu inférieur à la qualité de l'ensemble. Pour le reste, Green prend un plaisir sadique à renvoyer à ses héros l'image qu'ils donnet aux autres, et à les confronter à des situations inextricables - ce qui leur permet de donner leur pleine mesure de gardes incorruptibles.

ISBN : 2-915549-51-6


Les Squelettes de Haven



Ce sixième et dernier tome de la série est le plus atypique, dans la mesure où l'intrigue ne repose pas sur une énigme policière, et que Hawk & Fisher ne sont plus les seuls personnages suivis. Les rois des Bas Royaumes et d'Outremer ont choisi Haven pour y signer l'armistice entre leurs pays. Du coup, les autorités de la ville organisent un grand ménage pour vider les rues de toute la racaille. Conséquence, la prison de la ville, déjà bondée, devient surpeuplée au-delà des limites du tolérable et une émeute éclate. Hawk & Fisher reçoivent l'ordre de prêter main-forte au commando du SWAT - une belle brochette de gardes d'élite, qui n'a rien à envier à la Brigade des Dieux - pour empêcher que la révolte ne gagne l'aile où sont enfermés les sorciers et, surtout, les entités surnaturelles. Cette première mission sert à l'auteur pour poser ses personnages, et notamment celui de Wulf Saxon, sauvé d'une sorte de stase par l'intervention du SWAT.
Dans la deuxième partie de l'histoire, un commando terroriste envahit le palais où résident les deux rois, et le SWAT - avec Hawk & Fisher - et Wulf Saxon vont s'y trouver mêlés. L'action est narrée de trois points de vue différents : Saxon, le SWAT et le commando terroriste. Du coup, l'histoire est à la fois plus lente - puisqu'il faut présenter plus de personnages - et plus vite expédiée - puisque le roman fait la même longueur que d'habitude. Ces narrations croisées font penser à celles qu'on trouve dans la série Traquemort, et c'est sûrement pas la plus grande qualité de la série. De plus, le dénouement est, une fois de plus, un peu bâclé. On repose donc le livre en se disant que Green a bien fait de passer à autre chose, car il donne l'impression d'avoir tout dit dans les tomes précédents.

ISBN : 2-915549-76-1


Pour finir...


Des gardes dans une ville medfan... L'accroche de la série est tellement proche du concept de Blanc-seing que l'on peut se demander si cela ne serait pas plus facile de faire un Haven RPG que de détailler un univers original. Mais si les thèmes concordent, les traitements diffèrent : en dehors du 5e tome, la série de Green est plus légère que ce que l'on a en tête. Haven est tellement crasseuse et corrompue que même des PJ de Nightprowler n'en voudraient pas. Et le rôle que Green donne au surnaturel, trop souvent utilisé comme ficelle narrative, est différent de notre approche. Cependant, malgré ces divergences, il est normal que Hawk & Fisher soient cités en premier dans notre bibliographie, avant même le Cycle des épées de Fritz Leiber.
A noter que, en VO, le cycle de Hawk & Fisher fait partie du cycle "Darkwood", auquel appartient Blue Moon Rising dans lequel on découvre Hawk & Fisher jeunes, quand ils étaient le prince Rupert et la princesse Isabella. Le lecteur attentif trouvera nombre d'allusions à la jeunesse des gardes, même si la lecture peut se faire dans n'importe quel ordre.
Enfin, les lecteurs anglophones peuvent se procurer les versions omnibus de la série, Guards of Haven (0451457552) et Swords of Haven (0451457501).

Le cycle complet sur NooSFere

5 commentaires:

  1. J'ai bien évidemment découvert Hawk & Fisher sur les conseils de Philippe afin de partir sur les mêmes fiches de lecture que lui pour Blanc-seing. Mais la VF étant hors de prix (plus de 75$ pour la première trilogie en VF contre 10$ pour la VO en un volume) je lis les aventures de ces deux gardes bourrins en anglais. Le niveau de langue nécessaire est peu exigeant, c'est pas mal pour un rôliste qui souhaite pratiquer son anglais en lisant du medfan.

    Je n'ai lu que la première trilogie à ce jour (j'attaque la seconde dans quelques jours) mais les principaux reproches que je fais à Green est un abus de la magie dans ses intrigues (les sortilèges lui servent à résoudre des problèmes de narration et ça se voit trop, c'est grossier) et la non-description de la Garde en dehors des deux héros. Hawk & Fisher sont un peu trop souvent spectateurs des évènements, c'est parfois lassant de voir qu'ils ne prennent que trop rarement l'initiative. Je n'aime pas non plus la manière dont la magie remplace systématiquement les sciences forensic de notre quotidien, c'est trop facile.

    Maintenant Haven est un ville intéressante car Green parle de la politique de la cité (même si c'est très simple comme traitement) et c'est rare dans les romans medfan. Je prends plaisir à suivre ces deux gardes violents dans leur enquêtes car c'est frais comme roman, mais on est loin d'un Ed McBain medfan...

    RépondreSupprimer
  2. Désolé les gars, mais j'ai été vraiment consterné par ma lecture du tome 1 l'année dernière.

    C'est vraiment le pire du pire du sitcom. La narration est plate, les dialogues grotesques, la magie sert de deus ex machina, le sordide est aussi bien abordé que dans la chronique people du magazine Elle et les deux héros ne font que de la figuration.

    A la lecture du texte, j'ai cru comprendre que les tomes suivants étaient meilleurs, mais le premier m'a tellement désolé que je n'aurai jamais le courage de lire la suite.

    RépondreSupprimer
  3. C'est clair que c'est pas du grand cru, mais franchement, pour un roman medfan, je trouve le résultat pas si mal pour la première trilogie. C'est vrai que le premier volume n'est pas exaltant avec ce huis-clos artificiel et ses personnages très clichés, mais H&F c'est quand même un cran au-dessus des romans franchisés sur les univers de D&D (par exemple). C'est pas un livre que j'emporterais avec moi sur une île déserte, mais je prends plus mon pied à suivre les enquêtes de ces deux gardes belliqueux qu'à me tapper un roman des Royaumes Oubliés ou d'Eberron.

    RépondreSupprimer
  4. merci pour cette présentation.

    même s'il ne s'agit pas apparemment de grande littérature, cela me semble de bonnes sources d'inspi où il se trouve toujours quelque chose à picorer...

    je m'en vais essayer de mettre la main dessus.

    Quand à Blanc-Seing... ce qui se profile est :-)))

    cordialement
    Xain

    RépondreSupprimer
  5. Du point de vue de la qualité, Hawk & Fisher ne se compare pas aux "grands" cycles de fantasy (Tolkien, Martin, Erikson, Hobb, etc.) Mais c'est bien meilleur que du Gemmell, et mieux foutu que du Feist. Bref, il n'y a pas à avoir honte de les lire dans le métro. :-)

    Pour Blanc-seing... wait & see. Une fois Sovok bouclé, le projet avancera très vite. On est contents de ton intérêt, en tout cas !

    RépondreSupprimer