07/05/2007

The Day Watch


Après The Night Watch, voici donc la suite de la trilogie russe à base de vampires, de soigneurs, de démons et autres sorcières. Si le premier volume se concentrait sur un membre particulier du Night Watch (qui est, rappelons-le, composé d'Autres de la Lumière qui surveillent les activités des Autres des Ténèbres), et bien ce second opus n'est absolument pas un équivalent ténébreux. Certes, au cours des 3 enquêtes que contient The Day Watch, Sergei Lukyanenko prend parfois comme protagoniste principal un Autre des Ténèbres, mais une fois de plus les points de vue sur le petit monde magique de Moscou sont variés et dépassent très largement l'apparent manichéïsme du propos. Ce second livre répond à une antique question, chère à Alan Moore : "Who watch the watchmen ?" Et bien sur l'échiquier russe, la réponse est l'Inquisition, composée d'Autres des deux camps. Mais comme toujours, rien n'est tout à fait noir ou blanc.

Les évènements du premier volume continuent d'avoir un impact sur l'intrigue principale, et c'est tant mieux. Tout comme les héros de ces trois nouvelles histoires faussement indépendantes, le lecteur est obligé d'avoir une vue globale sur la suite logique des causes et des effets pour comprendre qui manipule ce petit monde occulte et pour en tirer quels avantages. Car les deux (ou plutôt 3) camps, en dépit de leur opposition sur la forme et le fond, agissent avec des plans imbriqués dans d'autres plans qui cachent des motivations torves et inavouables. Il faudra attendre le troisième volume, The Twilight Watch (qui sortira en anglais en juillet 2007) pour avoir des réponses à cet écheveau échevelé.

2 commentaires:

  1. C'est mieux qu'Underworld, alors, comme inspi pour le Monde des Ténèbres ? :)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, c'est un peu plus fin qu'Underworld ou Blade (je conseille d'ailleurs Blade : the Series aux amateurs de mauvais goût vampirique avec de la testostérone). Mais ça ne vaudra jamais Kindred : the Embraced, l'ultime soap vampirique.

    RépondreSupprimer