11/11/2013

[Oltrée!] Chroniques Batraciennes - Episode 2

Episode 2: Le Tombeau de Graccus

(Voir l'Amorce)
(Voir l'Episode 1)

Le lendemain matin, Sajjabi se sent de nouveau mal. Une nouvelle patrouilleuse, Cybèle, et ses quelques serviteurs, arrivent au camp. Cybèle a été informée trop tard par la Patrouille de leur départ et les suit depuis plusieurs jours. Au vu de la santé de Sajjabi, il est décidé que plutôt que d'explorer les souterrains de l'ancien fortin, les patrouilleurs vont tenter de sécuriser la zone autour du fortin et d'amasser quelques provisions et autres ressources.

La matinée se passe sans encombres: la zone semble plus calme qu'on aurait pu le supposer (Exploration/RAS), et les patrouilleurs trouvent même une colline qui semble infestée de lapins qui se méfient fort peu des hommes (Exploration Chasse/RAS: 11 points de ressource avec l'usage de deux cartes RAS). En début d'après-midi, Donatien aperçoit au loin un tumulus qui ne lui semble pas naturel. En effet, en s'approchant les trois patrouilleurs s'aperçoivent qu'il y a une entrée au côté de laquelle se tient une stèle. Sur la stèle est gravée une inscription en Impérial:

"Ci-gît Graccus, Grand Pourfendeur du Peuple Batracien.
Qu'il Repose dans la Paix de Ceux qui n'Ont pas Connu la Malédiction".

Kottarr aperçoit quelque chose au pied de la stèle et dégage les plantes pour lire une nouvelle inscription: "Khanatham Amlatarna!" Il sent alors qu'une volonté étrangère à la sienne tente de contrôler ses décisions, mais il parvient sans encombre à y résister. Ses deux compagnons par contre se ruent dans le souterrain au mépris de toute prudence (Persécution).

Kottarr court derrière eux en grognant "Attendez, vous n'êtes pas dans votre état normal!", mais ils ne l'écoutent pas. Donatien avance le premier, sans se méfier aucunement. Il sait qu'il faut qu'il se rende "là-bas", et le plus rapidement possible. Cybèle le suit de près. Tout d'un coup, Donatien entend un claquement sec alors que la dalle sur laquelle il vient de marcher s'enfonce légèrement dans le sol. De longues piques métalliques jaillissent des deux murs du couloir dans lequel ils s'enfoncent. Donatien fait un bond en arrière. Une pique lui perce superficiellement l'épaule, mais il n'est pas grièvement blessé, bien que ça se soit joué à peu.

Le danger évité de justesse semble refroidir un peu les ardeurs exploratrices de Donatien et Cybèle. Ils ont toujours envie d'aller de l'avant, mais plus de manière aussi aveugle. Kottarr a beau leur expliquer qu'ils sont ensorcelés, ils ne veulent rien entendre, mais le Nez-de-Cuir est au moins rassuré sur leur prudence retrouvée. Donatien avance maintenant en tapant le sol devant lui de la hampe de sa lance. Le corridor s'enfonce de plus en plus profondément, si bien que les patrouilleurs soupçonnent qu'ils ne sont déjà plus sous le tumulus. La roche autour d'eux a été taillée, de toute évidence, mais impossible de savoir si c'est de l'ouvrage Impériale.

La lance de Donatien déclenche un nouveau piège, une profonde trappe au fond de laquelle les trois compagnons aperçoivent plusieurs squelettes humanoïdes. Il y un léger rebord sur les côtés du couloir qui leur permet de prudemment se glisser au-delà de la trappe. Un peu plus tard, les patrouilleurs arrivent à un gouffre qui de toute évidence n'était pas là lorsque le corridor a été creusé. Le gouffre semble profond, et large de quatre mètres environ. Donatien décide de sauter, attaché par ses compagnons au cas où il raterait son atterrissage. Mais il parvient sans encombre de l'autre côté.

Kottarr puis Cybèle suivent alors, sécurisés depuis l'autre côté. En franchissant le gouffre, Cybèle semble entendre dans le lointain des cris étranges, un babil qu'elle n'identifie pas mais qui fait penser à un langage primitif. Les autres n'entendant rien toutefois, les patrouilleurs décident d'aller de l'avant, laissant quand même une corde fixée de l'autre côté du gouffre.

Le couloir descend encore, mais après un moment Donatien qui est toujours en tête semble apercevoir devant une lueur verdâtre. Le couloir finit par s'évaser en une pièce ornée de sculptures au centre de laquelle se trouve un sarcophage. Deux statues au faciès démoniaque bordent l'entrée. Donatien et Cybèle avancent prudemment vers le sarcophage tandis que Kottarr reste au niveau des statues, hache en mains. C'est à ce moment là qu'il entend à son tour le babil hystérique dont a parlé Cybèle. Cela semble se rapprocher doucement. Il se retourne vers le couloir, et ne remarque pas qu'une des statues a bougé...

D'un seul coup, Cybèle et Donatien sont frappés par l'arrière. Cybèle est légèrement blessée, mais l'armure de Donatien amortit les coups de griffe et de cornes des statues qui se sont animées. "Des Gargouilles!" s'exclame Cybèle. Donatien frappe une des statues animées de sa lance et se rend compte que malgré leur aspect pierreux, les gargouilles peuvent être blessées: leur corps semble s'effriter sous les coups.

Bientôt, sous les coups de Kottarr et de Donatien, une des gargouilles tombe en poussière. Cybèle elle, tente d'ensorceler la seconde, mais le stress de la situation l'empêche de se concentrer, et elle échoue à deux reprises. Le babil constant du couloir est maintenant de plus en plus fort. Kottarr parvient à blesser la gargouille survivante, mais celle-ci semble se battre avec une énergie hors du commun. Elle fonce vers Donatien, cornes en avant, et les deux morceaux de pierre acérés s'enfoncent dans son torse. Il s'écroule au sol, sauvé seulement par l'épaisseur de son armure.

La gargouille se retourne vers Kottarr et Cybèle, et se jette sur le nez-de-cuir, mais avant qu'elle ne puisse l'atteindre, Cybèle termine son incantation. La gargouille s'arrête sur le champ et la regarde, comme s'il la reconnaissait.

- "Mille pardons, maîtresse", dit-elle de sa voix de pierre. "Je ne vous avais pas reconnue."

"Je comprends, ce n'est pas grave", répond Cybèle.

Par terre, Donatien grogne de douleur.

"Pourquoi gardais-tu cette pièce?" demande la magicienne.

- "Cela fait longtemps que mon compagnon et moi ne la gardons plus. Les sortilèges d'asservissement qui nous imposaient cette mission se sont dissipés depuis des lustres. Mais nous aimions bien vivre ici. Quand je vous ai vus, j'ai cru que vous alliez nous réduire de nouveau en esclavage..."

- "Nous n'en avons aucune intention, et je suis heureux que vous soyez revenu à la raison", dit Cybèle qui constate pourtant au même moment que son sortilège de charme est bien plus efficace qu'il ne devrait l'être, sans doute en raison de l'ancien conditionnement de l'être magique.

Les cris qui proviennent du couloir sont maintenant très insistants. Kottarr se penche sur Donatien pour épancher ses blessures et le bander.

- "Que sont ces cris?"

- "C'est une colonie de Gobelins qui s'est installée là après le grand tremblement de terre".

- "Ils ont déjà exploré la tombe alors?"

- "Non. Mon compagnon et moi leur faisons peur. Ils ne sont jamais allés plus loin que le couloir."

Donatien est bandé, mais très faible. Cybèle et Kottarr délaissent quelques instants la gargouille et leur compagnon et poussent le couvercle du sarcophage. A l'intérieur, ils trouvent un squelette d'un homme visiblement grand et carré. Il tient dans ses mains osseuses le pommeau d'une épée qui luit de la même lueur verdâtre que la pièce. Kottarr se saisit de l'épée, craignant un peu que le squelette s'anime, mais il ne bouge pas. Cybèle quant à elle récupère diverses pièces, coupes, bijoux et autres objets de valeur.

La patrouille se prépare à faire le chemin en sens inverse. Donatien est faible, mais il peut marcher. Kottarr se penche au sol, là où se sont amoncelés les restes de la gargouille pulvérisée. Il sort un sac en toile de sa besace et y met quelques poignées de la poussière ainsi trouvée, et également les cornes de la Gargouille qui sont restées intactes.

- "Ami, serais-tu disposé à nous escorter jusqu'à la faille pour faire fuir les gobelins et nous aider à passer de l'autre côté?"

- "Bien sûr, amie Cybèle..." répond la gargouille. On sent dans sa voix une pointe de fierté d'avoir une si bonne amie...

Et c'est ainsi que la patrouille s'extirpe du tertre de Graccus. Donatien est blessé, mais une part de trésor a été amassée. Une fois rentrés au camp, Kottarr s'asseoit au sol, et avec la poudre de Gargouille ramassée, il prépare une décoction en grommelant dans la langue pierreuse des nains. Puis il avale la décoction.

- "Tu fais quoi?" demande Cybèle, toujours curieuse.

- "Ancien rituel Nez-de-Cuir lorsque l'on vainc un ennemi puissant..." (Exaltation)

***

Les Episodes Précédents: 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire