19/03/2020

Civilizations de Laurent Binet


En guise de préambule, Laurent Binet était un pote de mon meilleur ami quand j'avais 18 ans. A l'époque je le trouvais agaçant, une sorte de je sais tout doté d'un humour cruel. 30 ans plus tard, je découvre qu'il a publié plusieurs romans primés, dont le dernier, Civilizations. Civilizations est une uchronie dans laquelle des Vikings s'installent en Amérique centrale, apportant le fer, le cheval et les germes avec eux (et les immunités qui leur sont associées). Quand Christophe Colomb arrive aux Caraibes, les peuples indigènes ainsi protégés et armés ne se laissent pas dominer et capturent et tuent les Espagnols et les Portugais. Quelques décennies plus tard, un prince Inca et son entourage découvrent les navires abandonnés des Espagnols et font le voyage dans l'autre sens. Ils atterrissent à Lisbonne après un tremblement de terre qui a dévasté la ville.

Civilizations raconte la manière dont les Incas se taillent leur part dans ce Nouveau Monde (de leur point de vue). Laurent Binet a clairement une plume acérée et facile, son style est prenant (je devrais dire ces styles puisque chaque étape de l'Uchronie est racontée dans un style différent). La lecture est donc plaisante malgré la richesse historique sur laquelle le roman est bâtie (c'est le paradoxe des uchronies). Il a clairement toujours de l'humour, acerbe bien que plus subtil qu'il y a 30 ans à l'oral. Le bouquin est truffé de clins d'oeil (y compris au jeu vidéo Civilization pour qui sait les trouver) et une ironie lourde sur le sens de l'histoire.

On peut peut-être reprocher à Civilizations un manque de "sens", l'absence d'un message clair, mais je n'ai pas l'impression que c'était son intention. Un élément toutefois qui émerge sans pour autant être forcément mis en avant, c'est la notion d'égalité des Incas, tellement antagoniste de celle des Européens. C'est ça d'ailleurs qui leur permet d'influer la destinée de l'Europe. Je n'en dirais pas plus pour éviter les spoilers. Comme beaucoup d'uchronies, Civlisations n'a pas vraiment de fin, l'histoire se termine juste quand elle se termine. Malgré cela, j'ai beaucoup apprécié cette lecture et je la recommande vivement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire