20/12/2008

Wallander


J'aime Kenneth Branagh car c'est lui qui m'a initié à plusieurs pièces de Guillaume Branlelance. C'est un acteur et réalisateur assez complet dans le sens où il fait aussi bien du Shakespeare que du Marvel (puisqu'il réalise en ce moment une adaptation de Thor). Comme grand écart stylistique, on fait difficilement mieux.

Par ailleurs, j'apprécie (modérément) les polars suédois de Henning Mankell. C'est très éloigné de mes standards habituels en matière de roman policier, c'est très froid et plat, comme l'image que je me fais de la Suède. Disons que je fais une filiation de genre entre Derrick et Wallander pour la molesse de la narration. Attention, je ne dis pas que tous les polars du monde doivent mener l'action à 200 Km/H, pied au plancher, avec des explosions et des fusillades toutes les 10 pages, mais je me lasse facilement des héros contemplatifs. Mais la psychologie de Wallander est intéressante, du coup je sais apprécier l'écriture de Mankell.

Et bien, paf, la BBC a produit 3 épisodes de 1h30 chacun avec Kenneth Branagh dans le rôle titre. Alors, oubliez immédiatement le Branagh pimpant d'Hamlet : sa composition pour incarner Wallander est tout le contraire. J'ai eu l'impression par moment de voir le Daniel Auteuil alcoolo et dépressif de MR73 (note pour plus tard : faire un billet sur Olivier Marchal).

Pas d'intrigue extraordinaire, juste des enquêtes simples où l'accent est mis sur la psychologie intime. Et l'été suèdois qui est juste magnifique. Alors oui, des personnages suédois incarnés par des acteurs Grands Bretons, ça fait étrange. J'avoue que j'ai peiné avec certains accents, mais je me suis accroché. J'ai retrouvé exactement le même sentiment qui me saisit quand je lis les romans de Mankell : cette lenteur qui semble vouloir résister à l'hyperactivité ambiante de nos vies, ce pays réellement étrange, ce personnage attachant qu'est Wallander...

Bref, au lieu de perdre son temps en regardant Day Watch (alors que j'avais prévenu), prenez le temps d'admirer la Suède vue par les gens de la perfide Albion. Pas besoin de faire ça en solitaire, en plus...

4 commentaires:

  1. C'est qui ce type, on dirait l'acteur qui joue Gilderoy Lockhart dans Harry Potter ?

    RépondreSupprimer
  2. Ahah just kidding. Je suis fan de Branagh, dont je viens de revoir récemment la performance en tant que fringant _Hamlet_ (je me permets de rectifier, malgré la flèche de Parthe plantée par Cédric ;-). Je l'apprécie autant en tant qu'acteur que réalisateur, et j'accepte de revenir sur l'impression mitigée que m'a laissé le premier et seul bouquin de Mankell que j'ai lu.

    Et je suis d'acc, faut parler d'Olivier Marchal et de son MR73 (Quai des Orfèvres m'avait moins plu).

    RépondreSupprimer
  3. Confondre Hamlet et Othello, la honte sur moi.

    RépondreSupprimer
  4. La honte finira par confondre ceux qui dissimulent leurs vices.

    RépondreSupprimer