05/06/2009

La danseuse de Mao


J'avais déjà parlé des enquêtes de l'inspecteur Chen dans un billet précédent. Un nouveau roman de Qiu Xiaolong est disponible au format poche. Lire La danseuse de Mao a été ma manière à moi de fêter les 20 ans de Tien'anmen.

Chaque enquête de l'inspecteur Chen suit le même canevas : pression politique, aide désintéressée des proches de Chen, agonie d'une histoire d'amour impossible, repas détaillé sdans les gargottes de Shangaï, citations de poésie, vie quotidienne réaliste... Et ce volume est scrupuleusement identique aux précédents. Chez bien des auteurs, cette reproduction à l'identique me ferait hurler de colère. Pourtant, je n'arrive pas à faire ce reproche à Qiu Xialong. Sans doute parce qu'il nous dépeint un univers trop méconnu. Sa Chine des années 90 est d'une richesse incroyable, il a le don de faire à la fois du polar et une coupe transversale de la société chinoise.

Cette enquête se concentre sur une lignée de femmes au destin tragique. La grand-mère a dansé avec le président Mao. La fille a été persécuté. La petite-fille hante un vieux manoir. C'est l'occasion pour l'auteur de parler du maoïsme et de l'obsession que Mao avait pour les femmes. Car si l'intrigue principale se déroule dans les 90's, les fantômes du communisme d'antan sont toujours là. À un moment, j'ai eu peur qu'il verse dans la facilité de faire un Da Vinci Code à la chinoise avec un secret renversant, une révélation fracassante. Mais Qiu Xialong est trop fin lettré pour jouer la surenchère. Il construit patiemment son petit théâtre des âmes dans un Shangaï en mutation.


L'inconnu de Tien'anmen

10 commentaires:

  1. Cela fait déjà pas mal de temps que je suis tenté par un Qiu Xialong. Ton commentaire est le petit coup de pouce qui aura raison de mes dernières réticences. Me conseilles-tu un titre en particulier ? L'ordre chronologique ou d'édition ?

    Je vois avec plaisir que tu sembles avoir accroché avec l'ami Matt. Huit millions de façons de mourir est considéré comme l'un des meilleurs de la série. C'est en tous cas, si j'ai bonne mémoire, un nouveau départ, à la fois pour le personnage et pour la saga. J'espère que tu nous en diras un mot, voire deux.

    RépondreSupprimer
  2. Tu peux commencer avec "Mort d'une héroïne rouge" qui est le premier de la série. C'est pas que l'ordre ait une grande importance, mais autant lire ça chronologiquement.

    Pour Scudder, oui, je suis accro. J'ai fait les bouquinistes pour trouver de vieilles éditions. Je suis comme lui quand il essaye d'arrêter de boire : je ne décroche pas. C'est certain que je vais en parler dans un prochain billet.

    RépondreSupprimer
  3. OK. C'est enregistré. Et un livre (auteur ?) de plus dans la Liste à Lire, un. Merci.

    RépondreSupprimer
  4. Oui, autant les lires chronologiquement, car :
    - Chen construit son réseau au fur et à mesure des romans
    - On suit également sa carrière
    - Et, surtout, on suit l'évolution récente de la Chine, et les transformations majeures que produit la mondialisation.

    Munin,
    Fan de.

    RépondreSupprimer
  5. Munin, peux-tu arrêter de voter systématiquement "Non" sur mes billets ?

    RépondreSupprimer
  6. C'est pas moi, c'est Loris !

    RépondreSupprimer
  7. Ce n'est pas Loris, il semblerait que ce soit un internaute chinois mandaté par le Parti, un de ces cyber-censeurs qui filtrent le Web. Mon billet a dû être jugé en désaccord avec les valeurs de la République Populaire.

    RépondreSupprimer
  8. Tant que tu ne fais pas le Dalaï-Lama citoyen d'honneur de ce blog, je pense que la répression n'ira pas plus loin que cet unique vote négatif. :)
    Et puis c'est bien, que les gens votent, non ? Sur d'autres sujets, on se plaint de leur taux d'abstention...

    RépondreSupprimer
  9. J'ai entendu le message, et je le partage.
    Je me suis laissé entraîner dans une polémique excessive.

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ce petit billet. Je n'ai pas encore eu l'occasion de découvrir les oeuvres de cet auteur, mais je ne désespère pas. J'aime assez les polars "ethnologiques", comme ceux par exemple de Tony Hillerman quand il prend parti de présenter les Indiens Pueblo dans ces polars. Je note... je note...

    RépondreSupprimer