29/08/2009

Religulous / Zeitgeist

Oui, aujourd'hui c'est programme double, comme dans Grindhouse. Deux documentaires qui bouffent du cureton.


Pour dire les choses, je n'ai jamais regardé une émission de Bill Maher avant de visionner son film. Je suis le genre d'homme qui regarde Jon Stewart. Un ami qui regarde Maher me disait qu'il était très souvent d'accord avec le journaliste mais qu'il trouvait agaçante la manière qu'il avait d'être systématiquement contre la religion ou d'attaquer ses invités sur cet angle particulier. Du coup, j'ai voulu voir ce que Maher avait à dire sur le sujet.

Bon, premier truc : le réalisateur du film est le même que Borat. Ça partait mal pour moi car j'avais trouvé que Borat avait perdu toute sa puissance en utilisant bêtement le sexe alors que le reste du propos était intéressant. Mais Bill Maher n'est pas Sacha Baron Cohen et il sait être drôle et pertinent sans se mettre tout nu.

Bill Maher fait donc le tour des trois grands monothéismes et rencontrent des croyants (généralement assez extrêmes, il faut bien le reconnaitre). Maher leur explique à quel point il trouve leur religion illogique, le type interviewé est soit désarçonné soit s'entête dans un discours irréel. C'est assez effrayant de rencontrer un sénateur américain qui ne croit pas en l'évolutionnisme, un imam qui ne reconnait pas les messages violent du Coran, un rabbin qui est d'accord avec Mahmoud Ahmadinejad pour raser Israël ou même un ex-gay marié à une ex-lesbienne qui tente de se persuader que l'homosexualité n'existe pas. C'est effrayant car ils adhèrent tous à des dogmes contradictoires mais qu'une fois que Maher leur met le nez dedans, aucun ne reconnait avoir tort ou douter : l'argument ultime est toujours le même, à savoir "j'ai la foi, tu ne peux pas comprendre".

Bon, le talent de Maher n'est pas nécessairement dans sa rhétorique, il sait surtout choisir des gens têtus qui ne changeront pas d'idée, surtout pas devant une caméra. Il avance bien évidemment des arguments avec lesquels je suis d'accord à 100%, mais il faut reconnaître que ce ne fait pas avancer le débat. C'est surtout un documentaire où l'on voit des dingues construire un parc d'attraction biblique avec des dinosaures, des musulmans prier devant un météorite ou un pasteur prétendre être la réincarnation de Jésus (qui a choisi de se réincarner à Puerto Rico).

Le plus drôle, c'est que les entrevues de Maher arrivent assez souvent à un niveau de malaise quand ses sarcasmes ne sont pas compris par son vis-à-vis, ça donne de savoureux moments de silence. Et puis Maher a de la répartie, c'est toujours drôle de le voir s'attaquer à un croyant en pointant les inepties bibliques/coraniques/talmudiques.

Le hic, c'est que le film ne sera vu que par des athées, les autres se douteront bien que Maher débarque avec un gros biais intellectuel dès le départ : il prétend faire ce film pour se donner une idée de l'état de la religion de nos jours, mais on sait très bien qu'il a déjà son idée toute faite en tête. Et puis le montage du film met côte-à-côte les entrevues et des extraits de films, cette juxtaposition contradictoire est souvent amusante.

Ceci dit, je vais regarder son émission car ce monsieur semble avoir des idées assez proches des miennes sur pas mal de points de vue.


Non, vous n'êtes pas sur Lectures libres de l'ami Loris. Mais des fois, sortir son nez de la fantasy, ça fait du bien.

Or donc, Zeitgeist est un documentaire en trois parties qui est disponible en ligne. Ce n'est pas de la fantasy, désolé, mais c'est de la science-fiction. Du moins de mon point de vue, car eux pensent que c'est la vérité. Eux ? C'est le Zeitgeist Movement. Mais nous reviendrons sur cette entité plus tard.

Partie 1 : le christianisme a copié les mythes égyptiens

En fait, c'est cette partie qui m'intéressait dans le pitch du documentaire. Et c'est de loin le plus intéressant des points développé dans le film : la Bible ne fait que recycler des éléments déjà présents dans des mythologies plus anciennes. Mithra, Horus, Gilgamesh... ils sont tous précurseurs de Jésus et partagent des symboliques communes : né d'une vierge, 12 apôtres ou frères, crucifixion, résurrection... (une idée qui était également présente dans Religulous) En juxtaposant les mythes, on se rend effectivement compte que la Bible n'est qu'une éternelle réécriture d'une vieille histoire, une modernisation d'un scénario aussi vieux que l'homme. L'influence du zodiaque sur la symbolique chrétienne est également appréciable : Élisabeth Tessier et les cathos ont finalement beaucoup de choses en commun.

Jusque là c'était un film athéiste intéressant, mais pas non plus bouleversant. Le meilleur restait à venir.

Partie 2 : le 11 septembre est un coup monté par la CIA

Ha... La mort de JFK et la théorie de la balle magique, c'est de la gnognotte face au complot du 11 septembre. Et là, tout y passe : la connexion entre Bush et les Ben Laden, les explosifs cachés dans le World Trade Center, le faux crash sur le Pentagone, la tour 7 qui s'écroule toute seule, le sosie de Ben Laden qui fait des fausses cassettes vidéo, l'attentat d'Oklahoma orchestré par le FBI et qui servait de tour de chauffe, et pourquoi on a entendu une explosion souterraine avant la chute des deux tours... Tout ça est accumulé sans preuve, ce sont juste des affirmations gratuites, basés sur des témoignages expéditifs : on bombarde le spectateur d'éléments troublants et on renforce en lui l'idée ô combien séduisante que tout ça, c'est le produit d'une manipulation de masse, un complot crypto-anarcho-républicain d'obédience texane (mais de la mouvance Carlyle). On se dit que c'est bien sûr, c'est troublant, que quand même, ça fait beaucoup de hasard, d'omissions, de mensonges, de connivence... Alors y voir la main invisible, imaginer un marionnettiste en train de manipuler notre monde, c'est quand même plus plaisant. Ça flatte l'égo : moi je sais la Vérité, les autres ne sont que des moutons. On s'imagine au-dessus du lot, on est pas dupe, on est conscient du théâtre des ombres du nouvel ordre mondial.

Partie 3 : les banques dominent le monde et provoquent les crises quand ça les arrangent

Quitte à vider la pelote du complot, autant y aller à fond : les banques sont encore plus méchantes qu'un nazi qui éviscère des bébés chats en chantant "Le petit bonhomme en mousse" en islandais. Bon, se rendre compte que c'est le pognon qui fait tourner le monde, c'est quand même pas une révélation. Que la spéculation soit une activité amorale et que le capitalisme sauvage un bon moyen pour rendre les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, c'est quand même pas nouveau. Mais alors rendre les banques responsables de tous nos maux (je suis étonné que la mort des abeilles ne soit pas explicitement imputée aux banques dans le film), c'est encore une fois avoir une vision bien étriqué de la réalité. Je le dis avec d'autant plus de facilité que Philippe et moi, bien que séparé par un océan et 6 heures de décalage horaire, nous travaillons tous les deux pour deux banques différentes. Bon, pas en tant que vice-président à la domination mondiale, mais quand même, on voit la boutique tourner. Et les présentations PowerPoint que nous écrivons n'ont pas pour but d'étendre nos tentacules visqueux sur le globe pour dominer le monde comme Fantomas ou Ozymandias (oui, je sais avoir des références de geek quand je veux).

Bref, Zeitgeist dénonce d'un côté la bêtise religieuse (et c'est toujours salutaire) pour ensuite se vautrer dans les théories les plus crapuleuses. Le film affirme "ne croyez pas le mensonge de l'Église" pour ensuite faire avaler des couleuvres tout aussi grosses au spectateur. C'est d'une rare indécence intellectuelle.

Et ce n'est pas le fruit d'un délire isolé : le mouvement Zeitgeist revendique 250 000 membres. Rien qu'à lire le préambule de leur déclaration, je frissonne :
Nous sommes résolus à restaurer les nécessités fondamentales et la conscience environnementale des espèces à travers la préconisation des compréhensions les plus courantes sur ce que nous sommes vraiment, et que la science, la nature et la technologie (plutôt que la religion, la politique et l'argent) détiennent les clés de notre développement personnel, non seulement en tant qu'êtres humains, mais aussi en tant que civilisation, à la fois structurellement et spirituellement.
Pris individuellement, personne ne peut être contre ces vertus. Mais il suffit de regarder les 2 heures de Zeitgeist pour se dire que si leur utopie est à l'image de leur film, ils ne valent pas mieux que ceux qu'ils dénoncent.

3 commentaires:

  1. Ton commentaire a fait résonner de nombreux échos en moi. Je rêve parfois d'un monde, non pas sans religion, après tout, chacun croit ce qu'il veut, mais sans religieux. Ce qui inclus bien entendu les fidèles fanatiques ou fanatisés.
    Concernant la bible, petite précision : ce sont surtout les sumériens (mésopotamiens) qui ont inspiré les récits de la bible. En particulier le récit du déluge. Ce sont eux, notamment, qui sont à l'origine de l'écriture, près de 3000 ans avant J.C. et non les Egyptiens comme on le croit souvent. Rendons à César...
    Ce sont de fait les sumériens qui vont jeter les bases des sciences que vont développer et améliorer les Egyptiens et les Grecs.
    J'ai une passion pour la Mésopotamie faut dire.

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme30/8/09

    Ce sont des écologistes extrèmistes.
    Ils sont arrivés à la conclusion que tout ce qui tue la vie sur Terre, ce sont les activités humaines.
    Il faut donc éliminer l'espèce humaine.
    Peu de gens avec très peu de ressources trouvent le moyen d'y parvenir.
    Il y a deux écoles :
    La première pense qu'il faut forcer l'espèce humaine à changer ou elle meure.
    La deuxième pense qu'il est déjà trop tard et qu'il faut éliminer l'espèce humaine sans lui demander son avis.

    Ce message fait partie de la première école.
    Le nom de code de cette histoire est kokemn.

    RépondreSupprimer
  3. MixeType917/10/09

    Oua tes un poseur de bombe ou koi anonyme mdr.
    moi je di tres bon film documentaire mais il est vrais qu on peux pas croix a tu vent et pffffffff dans leur gueule au religion qui nous soule au info télévision bien sur c'est mon avie personnel .

    RépondreSupprimer