28/05/2010

Little brother


Quand le Club des cinq se met enfin à Linux.

M1ck3y a 17 ans. Avec ses amis Darryl, Jolu et Van, ils forment une équipe dynamique dans une chasse au trésor qui se déroule aussi bien en ligne que dans le monde réel. Et justement, alors qu'ils cherchent un indice dans les rues de San Francisco, ne voilà-t-il pas qu'une bombe explose. Comme une réplique du 11 septembre. La poussière n'a pas le temps de retomber que le Department of Homeland Security (DHS) se déploie et emprisonne tout ce qui bouge. Parmi les suspects, nos 4 amis. Ambiance guantanamesque. Cette injustice flagrante va faire naître chez M1ck3y une haine tenace contre le DHS. Dès lors, il va mettre toute sa science du hacking pour contrer la politique ultra-sécuritaire fédérale.

Little brother est un roman pour jeune adulte. Mais même le trentenaire pourra avoir du plaisir à suivre cette révolte civique des gamins 2.0. Car ce qui arrive aux habitants de Frisco est tout sauf impossible. Le Patriot Act, c'est réel. Alors lire les stratégies de résistance d'une bande d'adolescents (toutes basées sur des astuces techniques existantes) est assez jouissif. Ado, j'aurais ADORÉ lire ce genre d'histoire qui profite du scénario pour expliquer des tonnes de trucs sur la sécurité, la technologie et les droits constitutionnels. C'est de la très bonne vulgarisation éclairée. Au passage, j'ai appris plein de choses sur l'importance de Frisco dans les mouvements progressistes des années 60/70.

Le truc génial chez Cory Doctorow, c'est que ses personnages me parlent. Enfin. Ils jouent au grandeur nature, ils connaissent Dungeons & Dragons, ils s'éclatent à la Camarilla... Ça fait un bien fou de lire un roman qui met en scène une partie de ma pop culture. J'y retrouve la fébrilité de mon adolescence, quand nous commencions à phagocyter l'informatique et à sentir un fossé se creuser entre notre monde de disquettes 5"1/4 et nos parents qui ne comprenaient pas que nous passions des heures à balbutier du Basic entre deux parties de Barbarian. Bon, je suis maintenant passé de l'autre côté du fossé. J'ai beau essayer de me tenir à jour, je suis un dinosaure comparé à la scène l33t du webdeuzéro. Mais je retrouve dans leur monde un écho du mien.

Tiens, parlons en, de Cory Doctorow. En fait, je le lis depuis un moment puisque c'est un des auteurs du blog boingboing, un des hauts lieux de la geekitude. Il est canadien d'origine, et Forbes dit de lui que c'est un des blogueurs les plus influant du monde techno-branchouille. Ce qui est agréable avec ce monsieur, c'est qu'il est cohérent avec son discours. Ainsi, Little brother est disponible en téléchargement gratuit, sous licence Creative Commons. Et c'est agréable de voir que ce qu'il met en scène dans son bouquin est en accord avec les valeurs qu'il prône. Ce n'est pas une collection de bonnes intentions et une glorification du hacking : il y a de bonnes raisons à se défier des dérives orwelliennes de nos gouvernements. Contrairement à ce que tente de nous faire croire les marchands de peur, les caméras (pour ne prendre que cet aspect du problème) ne rendent pas nos vies plus sécuritaires.

J'aurais aimé que l'auteur aborde un peu plus les réseaux sociaux et la disparition de la notion de l'intime. J'ai également été un peu déçu du traitement narratif de l'attentat : jusqu'à la dernière page, j'étais persuadé qu'il n'avait pas vraiment eu lieu tellement le récit occulte cet élément déclencheur. Mais les adolescents ont quand même bien de la chance d'avoir des livres aussi bien foutus.

Du coup, je vais lire les autres livres de Doctorow, c'est certain.

C'est Loris de chez-Smith-en-face qui m'a donné envie de lire ce roman. Mais j'ai vu passer quantité d'articles positifs chez plusieurs membres de notre blogroll (et j'ai la flemme de faire les liens). Je sais que Loris a des préoccupations très proches des enjeux de Little brother. Et c'est très légitime quand je vois ce qui circule sur Wikileaks ou comment des gens pas foutus d'écrire un courriel font de la retape pour Hadopi.

4 commentaires:

  1. Totalement d'accord. Ca ne peut que parler aux geeks qui sommeillent en nous.
    Sur le site de Doctorow il y a aussi For the win en téléchargement gratuit, je le lirai vers la fin du mois masi je l'ai déjà DLed. C'est une sorte de version longue de la très bonne nouvelle Anda's Game du recueil Overclocked. Je ne peux que le conseiller.

    RépondreSupprimer
  2. Même un non geek comme moi, l'a trouvé excellent et incontournable. Ca se lit très bien et il est dur de la lâcher en cours de route.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,



    Je me permets de vous contacter en tant qu’animatrice de la communauté de Babelio.



    Babelio (www.babelio.com) est un réseau social dédié à la lecture qui permet aux membres de créer une bibliothèque en ligne, d’échanger des critiques et de partager leurs lectures avec des amis. Ce site, première communauté francophone qui réunit plus de 13 000 lecteurs en France, en Belgique, au Canada et en Suisse, a pour objectif d'encourager la lecture et de suivre l’actualité littéraire en utilisant les outils d’Internet.



    L’opération Masse Critique de Babelio compte huit éditions à ce jour et a eu beaucoup de succès auprès des blogueurs et des éditeurs en France, en Suisse et en Belgique. Son principe est simple : les éditeurs envoient leurs titres gratuitement aux blogueurs en échange d’une critique publiée en ligne sur leur blog et sur Babelio. Pour répondre à la demande de blogueurs québécois qui se sentaient injustement tenus à l’écart de la version française de l’opération, nous sommes en train de monter une édition québécoise.

    Mais pour ça, nous avons besoin de votre aide !

    Pour convaincre les éditeurs québécois de l’intérêt de l’opération, nous devons réunir un panel de blogueurs littéraires québécois. si vous êtes intéressé ou et si vous connaissez des blogueurs littéraires susceptibles de participer, n’hésitez pas à me communiquer leurs adresses email à katia@babelio.com



    Cordialement,

    Katya

    RépondreSupprimer
  4. Hey, iPhone owners ! Tous les livres gratuits de Cory Doctorow sont disponibles via l'application (gratuite) Stanza dans le catalogue "Project Gutenberg". Une petite recherche sur le nom de Doctorow permet de ramener 12 textes. Dont Little Brother. Et hop.

    RépondreSupprimer