04/06/2010

À la pointe de l'épée


Saint-Vière est un bretteur. Pas n'importe lequel : c'est un cador. Une épée. Les nobles de sa cité louent ses services pour régler des duels d'honneur ou des querelles intimes. Mais Saint-Vière sait qu'il est le meilleur en ville, alors il se permet de n'accepter que les contrats dont il connait les tenants et les aboutissants. Il a une relation ambivalente avec Alec, un jeune étudiant au passé trouble et au comportement suicidaire. Et tandis que la noblesse tisse des pièges alambiqués, les deux amants dépensent consciencieusement l'argent que Saint-Vière gagne en passant d'autres duellistes au fil de son épée.

Le récit alterne entre la relation ambigue de Saint-Vière et Alec et les manigances des nobles qui luttent en sous-main les uns contre les autres. Autant la liaison des deux hommes est relatée avec intérêt, autant les manoeuvres de la noblesse sont d'une rare platitude. La politique de la cité, qui est censée faire progresser l'intrigue, est au mieux un bruit de fond gênant. Et au final, il se passe bien peu de choses dans ce roman : une trahison par ci, un duel par là... On est très loin du KPDP virevoltant. J'ai plus eu l'impression de lire une romance qu'un livre de fantasy. D'autant que le livre proclame fièrement "Fantasy" sur sa couverture, mais en vérité, la couche de fantasy est bien mince. Les personnages ont tous des prénoms communs (David, Richard...) et le décor urbain est à peine esquissé. On est plus proche de la collection Harlequin que la fantasy.

C'est dommage car la dynamique du couple homosexuel d'À la pointe de l'épée était prometteuse. Ça faisait un bien fou de lire l'histoire d'une relation pas claire entre ces deux hommes que tout sépare. Je ne sais pas si c'est parce que l'auteur est une femme (Ellen Kushner) mais ce traitement de la fantasy fait du bien. Dommage que l'intrigue et le décor ne soient pas à la hauteur.

Cet article d'Actu SF vous démontrera à quel point je n'ai aucun goût puisqu'on y apprend que ce roman est "une fiction interstitielle emblématique du renouveau de la fantasy post-moderne". Rien que ça.

10 commentaires:

  1. J'avais déjà remarqué que tu étais nul en fiction interstitielle.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai tourné autour de ce roman un temps, les critiques étant assez déroutantes.
    Finalement il ne rejoindra pas ma liste.
    J'ai terminé il y a peu Les lames du Cardinal de Pierre Pevel et la suite attend sagement que je termine ma lecture actuelle.

    RépondreSupprimer
  3. Le Juge Ti c'est trèèèèèèèès bien.

    RépondreSupprimer
  4. Ah, bah si ActuSF dit que c'est "post-moderne", ça signifie surement que tu as tort.
    God bless ActuSf's jugements

    RépondreSupprimer
  5. J'en ai apprécié la lecture même si le point que tu soulèves concernant le manque d'action est assez patent.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis assez d'accord avec tout ce que tu dis pour arriver à une conclusion ... tout à fait différente. Mais je suis de ceux que le manque d'action ne dérange pas. Tout le monde sait notamment que je suis un pervers qui aime bien ce que fait Robin Hobb. Irrécupérable. Je suis irrécupérable.

    RépondreSupprimer
  7. Didier7/6/10

    J'ai à peu prés lu toutes les critiques de roman du blog en 2 ou 3 jours au risque de perdre ma job... J'apprecie beaucoup le ton critique de ce blog. Les sites qui ne présentent que des coups de coeur sont d'aucune aide pour le visiteur qui cherche des conseils de lecture.
    Je me remets à la lecture apres une qusi interruption de 10 ans, j'ai peu de temps à consacrer à la lecture, et c'est finalement sur les défauts d'un livre que je vais me faire une opinion, certains défauts étant acceptables à mes yeux et d'autres non.
    J'apprecie que les auteurs de ce blog assument leurs gouts sans se soucier du consensus elitiste qui regne sur le web. Rien que pour ça je vais lire un tome de la série 40k!
    La lecture d'un roman doit etre un plaisir meme quand elle fait réfléchir, c'est trop souvent oublié.
    Bravo à vous, je repars quant à moi avec une petite liste de livre à lire bien allechante:
    Spin
    Kavalier Clay
    Jhreg
    Terreur
    Night watch and day watch
    Locke Maria
    L'ombre du bourreau
    La voie des ombres

    RépondreSupprimer
  8. Hé bien, merci beaucoup Didier pour cette réaction qui nous conforte dans notre "ligne éditoriale". Comme tous les blogueurs, les compliments sont notre seul salaire, et avec celui-ci on peut payer les traites des 2 ou 3 prochains mois ! :)

    Bonne lecture, et reviens-nous dire ce que tu as pensé de ces livres !

    RépondreSupprimer
  9. @ Cédric : l'article sur ActuSF est terrifiant. Et j'ai un brouillon d'article à finir sur Steven Brust (identifié comme un autre scribbly) qui vous confirmera que cette sous-sous-niche littéraire est habitée par des gens plus prétentieux que talentueux.

    RépondreSupprimer
  10. @ Didier : merci pour les fleurs, ça fait toujours plaisir.

    @ Arutha : le manque d'action ne m'aurait pas gêné si le récit avait été plus intéressant. Tout ce qui concerne les personnages nobles m'a profondément emmerdé. L'identité d'Alec était cousue de fil blanc. Et au final, Saint-Vière est une belle coquille vide.

    @ Munin : j'aime les études de texte, ça a toujours été mon exercice de style préféré. C'est comme la scène du Pendule de Foucault où le héros démontre qu'en triturant assez n'importe quelles données chiffrées, on peut trouver un lien mystique entre l'obélisque et la muraille de Chine. On peut tout faire dire à un texte avec un bonne étude de texte.

    RépondreSupprimer