28/06/2010

Les séries que je ne finirai jamais

J'ai été bien silencieux, ces derniers mois. Pour une fois, c'était moins dû à ma paresse habituelle qu'à une série de lectures qui soit n'ont pas leur place ici, soit après coup ne méritaient pas vraiment un coup de projecteur. Finalement, j'ai décidé à faire un billet groupé pour parler de ces séries dans lesquelles j'ai trempé un orteil avant de renoncer à plonger, pour aller me baigner ailleurs.

Atticus Kodiak  (Greg Rucka)
Celle-là, je m'y suis intéressé en voyant sur Internet que Greg Rucka écrivait aussi des romans. C'est le scénariste de White Out, un thriller sur la banquise (mal) adapté au ciné avec la frigorifique Kath Beckinsale. Je venais de passer un week-end à lire sa série de BD d'espionnage Queen & Country, et j'ai donc commandé les deux premiers tomes de sa série de polars.

 
Atticus Kodiak est un ex-militaire formé à la protection, reconverti dans le civil garde du corps d'élite. Ce qui m'intéressait, c'était l'espoir de trouver une espèce de déconstruction de la trame du polar habituelle : le héros ne tente pas de reconstituer après coup la suite d'événements ayant conduit à un meurtre, mais essaie de l'anticiper pour l'éviter. Mais les deux premiers tomes ne proposent que très peu de cela : il s'agit en fait des tribulations sentimentales et des tâtonnements moraux d'un type que l'auteur veut faire passer comme super-compétent mais qui paraît d'une incurable bêtise aux yeux du lecteur - autant dans sa vie professionnelle que sentimentale. Ayant lu les résumés des suivants sur Wikipedia, j'ai plutôt l'impression que ça empire, donc malgré l'attachement de l'auteur à dépeindre la vie et les techniques des gardes du corps, j'arrête là.

John Rain (Barry Eisler)
 

Là aussi, je pensais trouver un polar inversé : le héros est un assassin qui prépare méticuleusement ses crimes pour les faire passer pour des accidents. Un peu comme dans Jhereg, mais de nos jours. En fait, il s'agit d'un sirupeux cocktail action - sentiments, tout plein de mièvrerie bien-pensante (le tueur ne tue que des méchants, il a un passé trouble qui justifie ses actions, il est sauvé par l'aaaamouuuur...) dont le héros sait tout faire, en bon petit Mary-Sue. L'intrigue et les scènes d'action sont bien trouvées, mais on est lassé avant d'avoir terminé le premier chapitre. Ici aussi, le livre a donné une catastrophique adaptation au cinéma.

La Flotte Perdue (Jack Campbell)



Du space-opera, oui, mais du lourd. Jack Campbell est un ancien de la marine, et il a conçu son cycle sur une idée simple : une flotte perdue derrière les lignes ennemies qui revient lentement en remportant bataille sur bataille malgré son infériorité numérique et son manque de matériel. De la pure SF militaire (je préfère ce terme plutôt que "militariste" : aucun des romans affublés de cette étiquette que j'aie lu ne fait particulièrement l'apologie de l'armée), pas très intéressante : chaque roman tourne autour de deux ou trois batailles, la description est fait du point du vue du commandant qui regarde son écran de radar, et entre temps les sempiternels problèmes de moral et de discipline occupent toute l'énergie des personnages. L'absence totale de progression de l'intrigue sur les deux premiers tomes laisse penser que l'auteur tient là un filon pour au moins 20 tomes. Il est sûrement coaché par Bob.

Rhapsody, la Symphonie des Siècles (Elizabeth Haydon)


Rhapsody... Je... Argh... Finalement, je laisse la place à Bob.

- L'addition, M. Bob ?
- Oui, s'il vous plaît.
- Ca vous a plu ?
- Comme toujours. C'est un régal, ici, et avec un bon manuscrit, c'est toujours aussi agréable de venir déjeuner.
- Ah bon ? Vous lisez quoi ?
- Un truc pas mal du tout, assez rafraîchissant. C'est une herboriste et musicienne un peu New Age qui a écrit ce truc en pompant tout ce qui lui avait plu dans les auteurs de Fantasy morts depuis plus de 40 ans, et le résultat est pas mal du tout. Je pense publier ça dans la collection "Verveine-Tilleul", pour indiquer aux vieux que le rythme est compatible avec le port d'un pacemaker. Entre la prophétie maniée à coups de cravache plombée et les clichés dans lesquels on se vautre comme un cochon dans sa fange, le livre se lit assez bien même yeux fermés. Idéal quand on est sujet aux somnolences. Evidemment, comme l'auteur est herboriste et muscienne, elle a ajouté sa touche personnelle, à base de magie sur la musique, et de détournement de tout le lexique musical. C'est lent, pompeux et sans originalité aucune, et le lecteur qui s'engage là-dedans en prend pour 6 tomes. Magistral. De point de vue de l'auteur, c'est d'un excellent rapport poids/idées. C'est à Tolkien ce que André Rieu est à Paganini. La moitié du premier tome consiste à simplement suivre les personnages progresser péniblement sous terre, cela faisait longtemps que je n'avais pas eu un auteur si habile à tirer à la ligne. Dommage qu'elle s'emballe un peu trop sur la fin du 2nd tome, mais bon il fallait bien concéder au lecteur quelques péripéties.

7 commentaires:

  1. Pour Rhapsody j'avais prévenu ;o)
    Sinon, entièrement d'accord avec toi sur la distinction à faire militaire/militariste.

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi j'ai abandonne la Flotte perdue, je m'y ennuyais terriblement...

    RépondreSupprimer
  3. http://www.scifi-universe.com/actualites/9517-la-roliste-tv-est-lancee.htm
    pour info ;)

    RépondreSupprimer
  4. @ arutha : j'avais manqué ta chronique, sinon j'aurais fait un lien.

    @ Phooka : en plus les couvs sont d'une laideur à décourager de sortir le bouquin dans les transports en commun.

    @ Atreyou : merci pour le tuyau, j'irai voir de chez moi. Je remets le lien avec les balises pour les autres : http://www.scifi-universe.com/actualites/9517-la-roliste-tv-est-lancee.htm

    RépondreSupprimer
  5. Pour les Atticus Kodiak de Rucka, si ça n'empire pas ça reste dans le même ton que le premier.

    J'en ai lu 4, et ça ne décolle pas. J'avais espéré mieux, connaissant l'auteur par la lorgnette des comic books. Mais non.

    RépondreSupprimer
  6. "La Symphonie des Siècles".
    Ce n'est pas pompeux comme titre de série.

    Vivement ;
    - la sonate des brumes
    - la prophétie du castrat
    - l'oratorio des ténèbres
    - la cantate du chaos...

    RépondreSupprimer
  7. pour info ( après j'arrête de spammer)
    http://www.elbakin.net/12426-Le-nouveau-retour-de-Casus-Belli

    RépondreSupprimer