04/12/2012

Le Cirque des Rêves de Erin Morgenstern


Un des petits plaisirs les plus agréables dans la vie, c'est la découverte par hasard d'un bouquin qui s'avère excellent. C'est ce qui m'est arrivé pour Le Cirque des Rêves (enfin, The Night Circus, puisque je l'ai lu en VO) d'Erin Morgenstern, acheté dans un aéroport parce que j'avais une heure à tuer et que la couverture m'avait fait de l'oeil. Pourtant, la lecture de la quatrième de couverture a failli me le faire reposer. On a le sentiment, à lire le pitch, qu'il s'agit d'une bluette romantique qui se passe dans un cirque.

C'est vrai, et en même temps c'est complètement à côté de la plaque.

Celia est la fille illégitime de Prospero, un illusionniste de renom dont les spectacles improbables et poétiques enchantent le public. Quand Prospero apprend l'existence de Celia et qu'il découvre ses talents, il va rendre visite à un rival d'antan, le mystériueux A. H. et lui propose un duel de magiciens... par élèves interposés. A. H. déniche un orphelin doué, Marco et les deux rivaux forment leurs pupilles pour ce qui dans leur esprit doit être un affrontement sans merci.

Le cadre de l'affrontement, c'est un cirque particulier, le Cirque des Rêves. Un cirque entièrement en noir et blanc où chaque détail est pensé, chaque attraction unique et déroutante. Celia adulte s'y fait engager comme illusionniste tandis que Marco, intendant discret du cirque tire ses ficelles de plus loin. Ça ne les empêchera pas (on s'en doute dès la première page) de tomber amoureux. Mais comment s'affronter et s'aimer en même temps?

Finalement, ce qui fait la magie de ce bouquin, ce n'est pas tant son histoire, même si je trouve personnellement qu'une belle histoire d'amour bien menée c'est assez irrésistible (mon côté fleur bleue, si vous voulez...) c'est son personnage central, le Cirque des Rêves. Ce cirque fictif est décrit avec une telle minutie, une telle poésie et une telle inventivité qu'on y vit autant que les personnages. Le cirque peut-il survivre au conflit des mages qui l'ont construit pour s'y affronter? C'est tout l'enjeu du roman, et le lecteur (ou en tous cas ce lecteur), plongé qu'il est dans cette atmosphère victorienne et onirique est happé par un bouquin fait de la substance des rêves.

Bon, OK, là vous pensez que j'ai complètement pété les plombs ou que je postule pour écrire les chroniques littéraires de Femme Actuelle. Mais non. Ce bouquin est romantique jusqu'au bout des ongles, c'est clair, mais il est aussi génialement écrit, et pétri d'une atmosphère vraiment unique.

Alors évidemment, si vous êtes un vieux con cynique, c'est probablement à éviter, mais si vous avez encore quelque part au fond de vous un petit bout d'âme d'enfant, je vous mets au défi de ne pas apprécier ce bouquin très différent et merveilleux au bon sens du terme...

7 commentaires:

  1. Anonyme4/12/12

    J'avais découvert l'univers via failbettergames qui ont créé une tentative de jeu narrativiste sur le net (avec Fallen London); ils ont généralisé cette plate-forme pour en faire quelque chose de susceptible d'accueillir plusieurs histoires...

    RépondreSupprimer
  2. "C'est vrai, et en même temps c'est complètement à côté de la plaque." Je trouve cette phrase très vendeuse :)
    Une bien belle chronique... mais j'avais déjà mis ce livre en wish list ;)

    RépondreSupprimer
  3. "Alors évidemment, si vous êtes un vieux con cynique, c'est probablement à éviter, "

    Voila ;)

    RépondreSupprimer
  4. Au moins, on pourra pas dire que je mens sur la marchandise, Gromovar!

    RépondreSupprimer
  5. Bon, ce livre me tentait vaguement, mais si c'est du romantique, peu de chances que ça passe bien avec moi, tant pis !

    RépondreSupprimer
  6. shaya a, attention, romantique ne veut pas dire fleur bleue. C'est romantique comme par exemple La Nuit des Temps de Barjavel est romantique. C'est pas Bridget Jones non plus!!!

    RépondreSupprimer