19/09/2016

Adventures in Middle Earth



Ceux qui nous lisent savent que je suis un grand fan de la gamme The One Ring et que je ne suis pas le seul sur Hu-Mu (voir ici l'ode au jeu de Philippe). J'ai joué à ce jeu avec grand plaisir, redécouvrant l'univers de Tolkien à travers une expérience ludique bien pensée qui se paye le luxe de rester fidèle à l'oeuvre.

Néanmoins, quand est venu le moment de maîtriser ce jeu, j'ai un peu calé sur l'épaisseur mécanique de la chose. Rien d'insurmontable, mais hors de ma zone de confort. Du coup, je n'ai pas pris autant de plaisir à la chose que je l'anticipais.

Lorsque Cubicle 7 a annoncé la publication d'un supplément permettant de jouer à D&D5 dans les Terres du Milieu, je me suis surpris à être favorablement intrigué. D'abord parce que j'ai plutôt apprécié la 5ème mouture du Grand Ancien qui, sans être exactement un jeu light a une mécanique unifiée qui la rend assez facile de prise en main. Ensuite en raison de la promesse implicite d'une mécanique plus légère sur les parties de sous-système qui me dérangent le plus dans l'Anneau Unique, à savoir les voyages et les interactions.

Adventures in Middle-Earth (AiME) est sorti il y a quelques jours, et je l'ai lu avec un plaisir certain. A noter que le bouquin en l'état n'est doublement pas autonome. Pas vis à vis de D&D5 évidemment puisqu'il nécessite de posséder a minima le Player's Handbook. AiME est un vrai produit issu de la licence semi-ouverte de Wizards of the Coast: il n'essaie pas de reproduire ou compléter les parties de système non ouvertes (comme le font les deux 'traductions' Françaises actuellement en production) mais utilise les mécaniques 'ouvertes' pour reconstruire quelque chose qui correspond à l'univers de Tolkien et à l'ambiance recherchée. Mais AiME n'est pas autonome non plus vis à vis de l'Anneau Unique puisque en l'état il ne propose aucun élément de décor.

A ce titre, on peut voir deux manières d'utiliser AiME: la première c'est de posséder (comme moi) le reste de la gamme Anneau Unique et de se servir de AiME comme d'un système alternatif. Il faut bricoler un peu sur les caractéristiques des monstres, mais rien d'insurmontable. La seconde c'est d'attendre la publication du Loremaster's Guide qui devrait sortir à l'automne. AiME ne comporte pour l'instant aucun lieu, PNJ ou monstre. Je ne sais pas d'ailleurs si Cubicle 7 publiera à l'avenir deux gammes ou si les suppléments Anneau Unique comporteront des aspects mécaniques pour AiME.

En tous cas, sur le fond, AiME me semble réussi (à vérifier en jeu un peu plus tard). Le point essentiel (et la principale inquiétude pour moi) provenait des classes de personnage, et AiME n'a pas cédé à la tentation d'y inclure des lanceurs de sorts. C'est pour le mieux. Les classes proposées (calquées sur les vocations de l'Anneau Unique) sont Scholar (Erudit), Slayer (Pourfendeur), Treasure Hunter (Chasseur de Trésor), Wanderer (Vagabond), Warden (Protecteur) et Warrior (Guerrier). La construction des classes se rapproche des classiques de D&D sans être tout à fait identiques (sauf peut-être pour les classes martiales) mais surtout ont des pouvoirs qui ne choquent pas par rapport à l'univers de Tolkien.

Le jeu propose évidemment des origines culturelles comme l'Anneau Unique, et inclut d'ailleurs deux origines pas encore publiées dans la gamme principale, les Hommes de Minas Tirith et les Hommes de Bree. Le personnage s'étoffe à travers des vertus et récompenses, des backgrounds (façon D&D5 mais plus détaillés) et des compétences.

Au niveau des mécaniques spécifiques, l'adaptation propose des règles de Voyage qui semblent sur le papier un peu plus simples que celles de l'Anneau Unique (mais je demande à voir quand même), des règles d'Ombre, des règles d'Audience qui remplacent les règles d'interaction de l'Anneau Unique et sont nettement plus simples et intuitives à la lecture et enfin une phase de Communauté.

Bref, tout cela est absolument complet sur la partie personnages du jeu et semble tenir ses promesses. On attend évidemment quelques premiers portages de créatures emblématiques de One Ring pour pouvoir jouer sans bricoler, mais je sais que pour ma part la teneur de ce AiME me redonne envie de maîtriser les superbes suppléments d'aventure de l'Anneau Unique. On lui pardonne presque la faute de goût de la couverture, trop classique et vraiment pas inspirante (d'autant qu'elle représente une scène qui n'a pas pu se dérouler dans Bilbo le Hobbit...)

Evidemment, l'ambiance ne sera pas tout à fait la même, indéniablement plus héroïque. On dira que ce sera plus le Seigneur des Anneaux version Peter Jackson que l'original de Tolkien, mais néanmoins il me semble à la lecture que ça promette à ceux que la lourdeur mécanique de l'Anneau Unique rebute de se faire vraiment plaisir. Bien sûr on perdra quelques éléments savoureux à travers cette simplification, mais on y gagnera en fluidité je l'espère.

3 commentaires:

  1. Il n'y a aucune stat pour les antagonistes ? Même pas un petit orc ?

    RépondreSupprimer
  2. Non, Thomas, mais j'ai trouvé ceci qui devrait faire affaire entre temps: http://www.zerohitpoints.com/Middle-Earth-for-DnD-5/Monsters. Je trouve les monstres un peu balaises par rapport à du DD niveau 1, mais je suppose qu'il faudrait tester.

    RépondreSupprimer