28/01/2020

Lorn Song of the Bachelor


Cela fait un moment que je lis Zedeck Siew sur twitter et j'apprécie à la fois ses contributions sur la culture de l'Asie du Sud-Est et sur les JDRs. Du coup j'ai commandé les deux bouquins qu'il a commis, dont cette aventure de style OSR dont le titre pourrait être traduit par la Complainte du Gentilhomme (le terme Bachelor signifie célibataire en Anglais, mais Siew explique dans le bouquin que le terme Malais se réfère non pas tant au statut marital qu'au statut social.)

A ce stade il me faut faire un petit aparté. Depuis que je me suis installé en Asie, je suis intrigué et intéressé par le potentiel de contextes de jeu ou même de JDR complets basé sur les cultures régionales. En même temps, je suis soucieux du fait qu'un Européen comme moi écrive quelque chose de culturellement déplacé. J'ai successivement imaginé bosser sur un JDR Maori, un univers pour D&D basé sur le choc des grandes cultures d'Asie du Sud-Est, et plusieurs autres plus petites choses, mais je n'en sais tout simplement pas assez sur ces cultures pour être le bon candidat pour ce genre de projet.

Du coup, quand j'ai entendu parler de Zedeck et que j'ai lu ses billets, je me suis dit "enfin un mec né dans une de ces cultures et qui y vit. S'il y a une personne qui peut rendre justice au sujet, ce devrait être lui. " Peut-être qu'au fond je me pose trop de questions. La courte postface de Zedeck dans Lorn Song of the Bachelor va dans ce sens: bien que l'aventure soit basée sur des éléments de folklore Malais, ce n'est de toute façon pas la région où vit Zedeck.

En tout état de cause, pour moi cette aventure procure à la fois de l'exotisme (selon mes standards Européens) et quelque chose qui sonne authentique, et franchement, que demander de plus? Mais je suppose que l'essentiel est ailleurs: c'est un bac à sable inspirant doublé d'un dungeon crawl atypique. Plein de mysticisme, et plein de combats brutaux contre des créatures surprenantes.

Le livret inclut des stats minimalistes bien qu'il ne spécifie pas de système. Ca ressemble à de l'OSR standard, toutefois. Pour moi, ça collerait parfaitement à Into the Odd, ou une variante du même style. Un tout petit peu de travail d'adaptation nécessaire donc, mais vraiment pas grand chose. C'est quasi prêt à l'emploi.

Clairement, j'ai envie de le faire jouer. La seule question que je me pose c'est de doser les combats. Tel que c'est écrit, tout semble assez mortel, ce qui est logique dans le contexte du scénario. Mais ça veut dire doser la puissance des personnages pour trouver cette ligne de crête entre 'mortel' et 'stimulant'.

Ah, au fait, de quoi ça parle ? J'aurais du commencer par ça. Un gigantesque crocodile blanc long comme 5 hommes rôde sur la rivière. On dit qu'il est immortel : à chaque fois qu'il a été tué, il est revenu. Les locaux ont une relation ambigüe avec ce Gentilhomme, entre adoration et haine. La Compagnie, elle, considère qu'il met en péril ses profits. Envoyez les aventuriers.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire