02/03/2020

Locke & Key


C'est Gromovar qui a contaminé Munin avec cette BD il y a quelques années, et je ne sais pas trop pourquoi, je n'ai jamais succombé à cette série. J'ai le souvenir d'avoir loué le premier tome à la bibliothèque et d'avoir été rebuté par le graphisme ou l'introduction. Bref, quand j'ai vu débarquer la série télévisée sur Netflix, je ne savais pas trop à quoi m'attendre, si ce n'est que le récit original avait bonne presse. Je savais aussi que c'était la troisième fois qu'une adaptation de la BD était tentée, élément qui m'indiquait que ce n'est jamais une étape évidente.

Et donc les Locke sont une famille qui quitte Seattle suite au meurtre du père (conseiller psychologique dans un lycée) par l'un de ses élèves. Ils s'installent à Matheson, une ville côtière du Massachusetts, pour repartir sur de nouvelles bases. Le manoir Key, la demeure ancestrale des Locke, possède toutefois une particularité de taille : des clés magiques y sont disséminées. Les enfants Locke vont rapidement mettre la main sur quelques-unes de ces clés et tout va rapidement partir en sucette.

Bon, je l'avoue, le premier contact avec la série est rude. Les clichés sont nombreux (la mère ex-alcoolique, la famille blessée qui vend tout pour repartir à zéro à l'autre bout du pays, le manoir inquiétant, la petite ville parfaite...) mais la bonne idée c'est que l'intrigue surnaturelle est rapidement déployée pour harponner le téléspectateur. J'ai vite adopté la famille Locke, en particulier les trois enfants qui sont tous attachant à leur manière.

Reste que les clés m'ont rapidement posé problème : elles sont magiques, certes, mais justement, la série pourrait s'appeler Ta Gueule, C'est Magique tant il faut suspendre son incrédulité pour apprécier cette histoire. J'ai bien conscience que ce n'est que la première saison et que des révélations sont à venir par la suite, mais au bout de 10 épisodes, j'ai eu l'impression que les clés n'existaient que pour faciliter le travail du scénariste. Dès qu'il a besoin d'un rebondissement dans son intrigue, il invente une nouvelle clé et ses effets, mais je ne peux alors m'empêcher de me poser la question : c'était quoi, l'intention du créateur de la clé ?

Autre souci de taille : l'antagoniste à qui la famille Locke s'oppose est dotée d'une limitation de taille : iel ne peut s'attaquer directement à nos héros. Et là encore, c'est du gros TGCM qui tache. Parce que sans cet artifice, l'intrigue serait bouclée en deux minutes.

Pour un récit d'horreur, j'ai trouvé la série vraiment soft et bon enfant. Sans vouloir que ça bascule dans le gore, j'aurais apprécié d'avoir un ton plus adulte, car en l'état, j'ai vraiment regardé une série familiale qui désamorçait systématiquement les éléments horrifiques. Même quand des monstres attaquent, l'immunité scénaristique des héros est telle que la situation perd tout enjeux.

Bon, là j'ai l'air de ne soulever que les défauts, mais à la vérité j'ai apprécié les 10 épisodes. Mais cette adaptation ne m'explique pas l'engouement pour la BD car j'ai trouvé le tout très convenu. Si on confiait ces fameuses clés à des PJ, je peux vous garantir que l'intrigue prendrait une autre tangente.

J'espère que la saison 2 va mieux expliquer le pouvoir des clés et les intentions de son créateur car en l'état, c'est très artificiel.

--------------------- Republié parce que, surprise !------------------

Double feature !

L'avis de Un Lecteur

Locke & Key... Je n'avais pas aimé la BD (j'ai pas fini le premier volume) mais je ne sais plus pourquoi, depuis le temps. Par contre la série se laisse regarder mais, c'est vraiment un vieux railroad de l'Appel de Cthulhu mené par un mauvais MJ :
  • Appel de Cthulhu : les héros ratent systématiquement leurs jets mais j'te donne quand même l'indice parce que sinon j'suis dans la merde (la meuf qui a pas parlé depuis 30 ans et qui donne ZE indice au bon moment)
  • Railroad : épisode n - on trouve une porte. Episode n+1 - on apprend que, en fait, la méchante veut ouvrir la porte. Episode n+2 - on trouve la clef qui ouvre la porte.
  • Mauvais MJ : comme suit.

Bob, MJ de l'Appel de Cthulhu : "Alors vous arrivez tous à la maison dont vous avez hérité de votre père..."
PJ1 : "Hein ? Mais on a tous le même père ?!"
PJ2 : "Ouais, j'allais poser la question."
MJ : "Ben ouais. Vous êtes, euh, frères et sœur."
PJ3 : "Hihi. Moi j'avais dit que je créais un gosse de 8 ans."
PJ1 : "Ouais, t'es relou. Moi j'ai fait un ado qui joue au Hockey, comme ça j'ai pu justifier des compé en athlé et en baston."
PJ2 : "Alors, euh, moi, je fais la sœur, moyenne. Et, heu, artiste."
PJ3 : "Putain, la grosse ficelle scénaristique... gnagnagna, votre oncle est mort, vous allez dans sa maison..."
MJ : "Arrête, ça va, quoi. Bon, alors, votre père et mort et vous vous rendez à sa maison."
PJ1 : "Mais on y va comme ça, tout seuls ?"
MJ : "Ah. Euh. Vous m'avez fait des gamins. Bon, y'a votre mère. Euh. Attends. Euh... J'ai pas prévu. Je sais. Alors c'est un ex-alcoolique et depuis la mort de votre père, elle est complètement paumée." (fais la voix : ) "Allez les enfants, venez dans la maison. Euh. Je sais pas comment elle est. Euh. Votre père m'en avait jamais parlé avant, c'est pour ça"...

Bon, et j'en fais quoi ?
MJ : "Alors, la mère, je vais lui mettre le trait "Ne pinte rien, jamais". Voilààà. (...) Bon, ça fait 6 épisodes qu'elle pinte rien. Mais alors rien de rien. Même quand les autres PNJ lui mettent le nez dessus. Elle a une petite lueur dans les yeux et..."
PJ3 : "Elle devrait pas faire un jet d'idée ?" 
MJ : " Ah merde si. Raté. Non, elle pinte rien. Bon, ok, d'accord.... 6 épisodes c'est long... Au 8ème, on va lui faire pinter des trucs... Je remplace par "Primesautier". Et pis je vais jouer le trait jusqu'à l'absurde comme si c'était un Kender de Dragonlance. Je vous ai dit que j'kiffe mon PNJ ?"
PJ1 : "Euh, t'avais pas dit que les adultes se souviennent jamais de rien ?"
MJ : "Ah, merde, ouais. Attends... En fait, elle a replongé dans la gnole. Ca la rend primesautière ET elle se souvient de trucs. Mais pas assez pour que ça lui serve à quoi que ce soit."
PJ2 : "Mais on lui dit, alors ?"
PJ3 : "Non, laisse tomber. On sait qu'elle sert à rien pour le scénar, de toutes façons."
PJ 1 : "Hé, vous allez rire. J'avais pris le désavantage 'PTSD' mais ça fait 4 épisodes que j'oublie de le jouer. Oups."
Les héros, comme les joueurs de jdr moyens, oublient leurs syndromes traumatiques au bout de trois épisodes parce que le scénariste a une mémoire de poisson rouge (d'où l'aspect railroad).
(...)
PJ2 : "Et ce PNJ, là ?"
MJ : "Il sait des choses, mais il dit rieeeeeen. T'as vu, c'est mystérieux hein ?" 
PJ 1 : "Et celui-là ?"
MJ :  "Il sait aussi des choses, mais il dit rieeeeeeeen. Ta-tsin !" 
PJ1 : "Putain, mais c'est un scénario écrit par Perceval Le Gallois. Y'a un vieux. Et y dit rien. C'est vachement mystérieux."
(...)
MJ : "Alors j'te donne plein d'objets magiques rigolos mais, comme c'est trop puissant et que tu vas me buter mon beau PNJ avant la scène finale avec, je te les reprends sans que tu puisses ne serait-ce que tenter quelque chose avec, faut pas déconner. Fais un jet. Raté. Voilà. Tu perds tous tes objets magiques, c'est le PNJ qui les as. Mais, bon, il va rien en faire non plus parce que je voudrais qu'on arrive au bout du scénar."
(...) 
MJ : "Et alors, épisode 7, en fait, j'introduis un PNJ clef parce que, vous comprenez, c'aurait été con de l'introduire plus tôt. Nan. Je l'introduis épisode 7 comme ça, à l'épisode 8 vous découvrez qu'en fait la méchante et le PNJ que vous aviez jamais vu avant, en fait, c'est la même personne, en utilisant la clef que j'ai montré à l'épisode d'avant sans aucune raison. Si c'était bien pour Tchekov, c'est bien pour moi."
PJ 2 : "Euh, ouais, mais comme on l'a jamais vu avant, on s'en branle, en fait."
(...)
MJ : "Alors, le méchant, il est méchant parce qu'il a eu une enfance malheureuse."
Wow. Je suis soufflé par tant d'audace scénaristique. Sans parler du remplissage avec des amourettes habbaldeux.

2 commentaires:

  1. Hu hu Hu.
    La comparaison a une partie de l'adc m'a bien fait rire.

    Sinon, quels sont les éléments qui t'ont fait regarder jusqu'au bout ?
    Car là, ça donne pas envie de commencer

    RépondreSupprimer
  2. De mon côté, le fait que ma chérie aime bien.
    Et puis c'est proprement fait. Certains acteurs jouent plutôt bien. J'ai envie de voir où ça mène quand même mais tout en trépignant de rage sur mon siège parce que dans ma tête c'est "purée, mais j'aurais pas mené ma partie comme ça !"

    RépondreSupprimer