16/09/2021

Occam’s Razor

 




Après une très longue attente, ce recueil de scénarios est enfin disponible (en pdf pour l’instant, en attendant la version papier qui ne devrait pas trop tarder). La qualité Stygian Fox est au rendez-vous : illustrations abondantes, maquette claire, style agréable et un auteur unique, Brian M. Sammons. 




Occam’s Razor contient sept scénarios qui, sans avoir de rapports directs, partagent de nombreux points communs :

 

1)    Ils font tous entre dix et quinze pages. Autrement dit, ils proposent une situation relativement simple et un casting resserré autour d’une poignée de personnages non-joueurs, Tous sont jouables en une ou deux séances et pour donner un point de comparaison, ils sont un peu moins denses qu’un scénario de Casus Belli.

 

2)    Ils se déroulent tous de nos jours, dans le Midwest. Plusieurs tournent autour d’une université, le Windsor College, et de ses institutions satellites. Il y aura zéro effort à faire pour les transposer dans une version moderne de l’université Miskatonic, et pas beaucoup plus de travail pour les changer d’époque si vous avez envie d’enquêtes victoriennes ou Années folles.

 

3)    Presque tous ont un démarrage policier du type « vous êtes engagés pour retrouver Machin qui a disparu ». Cela justifie l’inclusion d’un groupe de prétirés issus d’une agence de détectives en fin de livret, et vous assure un « fil rouge » si vous avez envie de les jouer en campagne. Sinon, vous aurez à faire ce que tous les MJ ont fait avant vous depuis un demi-siècle : adapter l’introduction à votre groupe.

 

4)    Enfin et surtout, tels qu’ils sont rédigés, ce sont tous des scénarios sans monstres cthulhiens, mais si vous tenez à conserver les fondamentaux de L’Appel de Cthulhu, un encadré vous explique comment en ajouter, et les PNJ/entités nécessaires vous attendent en fin de scénario.

 

Maintenant que nous avons fait le tour des généralités, place à la revue de détail :

 

• A Whole Pack of Trouble envoie les investigateurs à la recherche d’un étudiant disparu. Sans surprise, il a eu des problèmes, mais pas exactement les mêmes que d’habitude, même s’il est quand même assez profondément dans la mouise. Ce scénario ravira les joueurs amateurs de donj… d’exploration urbaine. Bien mené, il peut offrir quelques scènes de suspense intéressantes, mais il faudra faire un petit effort de mise en scène pour rendre les adversaires vraiment effrayants.

 

• Eye of the Beholder démarre pratiquement de la même manière que A Whole Pack of Trouble. Cette fois, les investigateurs sont chargés de retrouver une étudiante en histoire de l’art qui n’a plus donné signe de vie depuis plusieurs jours. Sa disparition est-elle liée au sujet de son mémoire ? Ou à autre chose ? L’enquête est vite pliée, mais ce scénario simple et efficace contient un PNJ pas évident à interpréter. Je l’ai bien aimé.

 

• Frozen Footsteps opte pour un changement de décor radical. Exit l’environnement urbain des deux scénarios précédents, place à une virée sur les rives du lac Supérieur, tout là-haut dans le nord du Michigan. Frozen Footsteps s’éloigne du polar pour loucher vers le survival horror, et du coup, il a bizarrement le cul entre deux chaises. On y retrouve des antagonistes qui ne dépareraient pas dans un scénario « normal », mais amputés de l’arrière-plan cthulhien qui les crédibilise d’habitude.

 

• Dark and Deep joue sur le thème très contemporain du Dark Web et toutes les horreurs qu’on y trouve… y compris un court film qui semble mettre en scène l’agression d’une jeune fille par un Pro… un monstre-poisson. Il ne reste plus au groupe qu’à enquêter pour s’assurer qu’il s’agit bien d’effets spéciaux… À la lecture, il m’a fait sourire, et je serais tenté de le pousser vers la comédie noire – il suffirait de rendre les PNJ un poil plus grotesques qu’ils ne le sont pour en faire quelque chose de grinçant à souhait.

 

• Visions from Beyond est une troisième variation sur le thème de l’étudiant disparu, mais cette fois, c’est personnel : il s’agit d’un proche de l’un des investigateurs. Cela ne change pas grand-chose à l’histoire ni à ce qui s’y passe. Ce scénario m’inspire à peu près le même commentaire que Frozen Footsteps : il présente une situation déjà vue très souvent dans L’Appel de Cthulhu, sans l’angle surnaturel. Le scénario est fonctionnel, mais des vétérans risquent de se demander ce qu’ils ont raté… alors qu’en fait, ils auront bel et bien fait le tour de l’histoire.

 

• The Watchers est rédigé dans une optique précise : apprendre à des joueurs encore un peu novices à se méfier de tout et à ne jamais rien considérer comme acquis. C’est donc un petit exercice de paranoïa appliqué, efficace à défaut d’être rigolo – c’est sans doute le scénario le plus sombre du recueil, ou en tout cas celui qui a le mieux fonctionné sur moi.

 

• A Cleansing Flame commence dans une auberge, lorsqu’un vieil homme leur confie une mission… ah non, pardon, mauvaise fiche. Il commence lorsqu’un ami des investigateurs meurt dans des circonstances étranges. Bien sûr, s’ils s’intéressent à ce décès suspect, ils vont s’attirer des ennuis mais ils n’ont pas le choix, sinon, il n’y a pas d’histoire. Une fois ce début un peu convenu avalé, ce scénario louche fortement vers les films de tueur en série type Seven, et propose un méchant pas idiot et qui a les moyens de sa politique, même sans renforts surnaturels. Il est agréable à lire, et si le Gardien des arcanes fait correctement son boulot, les joueurs auront l’impression d’être sur le gril en permanence.

 

Occam’s Razor a le mérite de montrer à quel point L’Appel de Cthulhu est devenu une machine ultra-codifiée, et à quel point il peut être salutaire de casser ces codes, de les remplacer par d’autres, ou de mixer le tout. Certains des scénarios de ce recueil sont de petits polars purs et durs. D’autres contiennent du surnaturel « à la Scoubidou » qui se dégonfle au cours de l’enquête. Trois d’entre eux font des emprunts directs à des branches non-cthulhiennes de l’horreur. Je ne vais pas parler de « bouffée d’air frais », vu qu’il est un peu méphitique quand même, mais ça fait quand même du bien de partir dans des directions légèrement différentes de d’habitude. Mon seul reproche est que justement, elles ne diffèrent que légèrement. J’aurais été client pour au moins un scénario qui aurait divergé plus franchement des standards cthulhiens.

 

À cette petite réserve près, Occam’s Razor est un recueil très homogène et qui fait le job. Aucun de ses scénarios n’est vraiment mémorable à la lecture, mais tous devraient vous garantir une ou deux séances sympas.

 

Il vous rendra particulièrement service si vous voulez initier des débutants sans leur asséner d’entrée de jeu des monstres indiciblement non-euclidiens, ou si vous avez envie, de temps en temps, de tirer le tapis sous les pieds de joueurs blasés.

 

 

Un recueil de scénarios de 156 pages, publié par Stygian Fox.

Prix : 19,95 $ le pdf chez DriveThruRPG.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire