22/05/2006

Biblio #2 : Lord Darcy

Après Hawk & Fisher, voici notre deuxième source bibliographique. C'est loin d'être une nouveauté, puisque les premières nouvelles de la série datent de 1964. Pourtant, elle est assez peu connue en France, les deux seuls volumes disponibles étant épuisés depuis longtemps - quoique, avec un peu de chance, on puisse encore les trouver (avec leurs couvertures signées Moebius).
Le monde de Lord Darcy est une uchronie. Richard Coeur-de-Lion n'est pas mort en Terre Sainte, et à son retour en Angleterre a consolidé le pouvoir des Plantagenêts, dont l'héritier règne aujourd'hui sur l'Empire anglo-français. La magie qui remplace la science, est devenue une discipline précise, régie par des lois,comme la loi du symbolisme. Lord Darcy, le héros de la série, est le Chef Enquêteur du Duc de Normandie. Il forme avec son compère la maître sorcier irlandais Sean 0 Lochlainn une équipe efficace : spécialiste de la sorcellerie légiste, Sean découvre des faits que Darcy met à l'épreuve de ses brillantes capacités de déduction.
Les histoires de la série sont des "whodunit" classiques, hommages à la littérature policière à laquelle Garrett fait de fréquentes allusions par des jeux de mots et des citations déformées. Darcy emprunte à la fois aux personnages de Sherlock Holmes et James Bond, et aucun mystère ne résiste à son esprit d'analyse. Mais, à la différence des histoires d'Agatha Christie, par exemple, la magie est à la fois un moyen criminel potentiel et une technique de criminalistique : lors d'un meurtre dans une pièce close, Darcy se penchera, avec l'aide de Sean, sur les moyens magiques pour pénétrer et ressortir de la pièce. Sean utilisera ensuite ses sorts de détection pour trouver des indices matériels sur le lieu du crime.
A l'heure où sont publiés des univers medfan prétendant à la crédibilité (Ptolus, Nightprowler 2, etc.), les histoires de Lord Darcy constituent la réflexion la plus aboutie sur le rôle et l'importance de la magie. Bien sûr, la magie de Darcy est bien plus limitée que celle de D&D, mais toutes les questions que se pose Garrett restent pertinentes : quel rôle joue la magie dans l'acte criminel ? Dans la résolution de l'enquête ? Dans la prévention du crime ? Dans le renseignement ? A toutes ces questions, et bien d'autres, Garrett offre sa vision d'une terre alternative cohérente et crédible. Et la variante qu'apporte la magie lui permet des raisonnements obliques savoureux pour le lecteur. Contrairement à Green dans Hawk & Fisher, la magie n'est jamais utilisée comme artifiice dans le récit, mais utilisée logiquement et rationnellement. A ce titre, la série mérite à elle-seule de figurer en tête des inspirations de Blanc-seing, ne serait-ce que dans la réflexion sur les "méta-règles".
Enfin, et c'est assez rare pour le souligner, Garrett apporte un grand soin à l'écriture, et ceux qui apprécient l'ambiance british des livres prendront beaucoup de plaisir à la lecture de la série : dialogues soignés et spirituels, langue soutenue (restant cependant facile à lire), et nombreux jeux de mots.

Tous des magiciens


Bien que publié en premier en français, le seul roman de la série n'est pas le premier texte où apparaît Lord Darcy. Toutefois, il ne nécessite aucune connaissance préalable de l'univers. Au contraire, l'exposition de celui-ci est plus détaillée que dans les nouvelles, plus brèves. Il s'agit en outre de l'histoire la plus développée de Darcy, et, sauf si on est mordu de Darcyphilie ou adepte d'histoires courtes, cette lecture se suffit parfaitement à elle-même.
Le roman commence par la découverte du meurtre dans une pièce close d'un magicien lors d'une convention de magie. Autant dire que ni les suspects, ni les moyens ne manquent. A cela s'ajoute une intrigue d'espionnage, puisque ce magicien était le chef d'un réseau de contre-espionnage sur le point de démasquer des agents à la solde du roi de Pologne, la puissance ennemie de l'Empire Anglo-français. Le rythme est enlevé et les rebondissements nombreux jusqu'à la résolution finale. A défaut d'inspiration pour un univers medfan urbain comme Blanc-seing, la lecture peut aussi servir aux joueurs d'Unknown Armies : beaucoup de sorts ont des effets coïncidentaux proches de ceux de ce jeu. Sean a par exemple lancé sur sa trousse de sorcier un sort faisant en sorte qu'il ne puisse être séparé d'elle. Lorsqu'il est arrêté dans sa chambre d'hôtel et emprisonné à la Tour de Londres, la femme de ménage, passant derrière lui, note la présence incongrue de la mallette, qu'elle dépose devant la porte de la chambre. La mallette reste là jusqu'à ce qu'un employé de l'hôtel la prenne sans réflechir pour la déposer près de l'entrée. Elle reste là intouchée jusqu'à ce qu'un gendarme qui aille à la Tour la prenne avec lui. Elle passe ensuite de mains en mains, jusqu'à celles du gêolier qui inconsciemment la rend à Sean.

ISBN : 2-86607-032-1 ou 2-7024-9616-4

C'est dans les yeux



C'est dans les yeux : il s'agit du premier récit consacré à Lord Darcy. Dans celui-ci, Darcy et Sean enquêtent sur l'assassinat du débauché Comte d'Evreux, retrouvé mort par balle, au matin, dans sa chambre : a-t-il été tué par un mari jaloux, une maîtresse délaissée, ou pour une toute autre raison ? Et y-a-t'il eu acte de magie noire ? Heureusement, les yeux de la victime conservent la trace de la dernière vision avant la mort...
Imbroglio pastel, est la troisième nouvelle de Darcy, dans l'ordre chronologique : le corps d'un enquêteur, collègue de Darcy, est retrouvé teint en bleu, dans le cercueil de quelqu'un d'autre. Tout semble indiquer l'implication d'un culte druidique clandestin. Mais quel est leur intérêt dans l'histoire ?
Le Napoli express est un évident hommage à Meurtre dans l'Orient-Express : un meurtre dans un train, un groupe de suspects, et une enveloppe diplomatique disparue. Ecrit en 1979, il s'agit de l'un des derniers récits de Darcy, et il y apparaît d'ailleurs comme un homme mûr.
Des trois nouvelles, la dernière est la plus intéressante. Les deux premières montrent les prémices du concept, mais sont trop brèves pour donner lieu à de véritables développements, et ne permettent pas au lecteur de suivre la résolution du mystère, servi sur un plateau par Darcy dans les dernières pages du récit.


ISBN : 2-86607-040-2

Pour finir
Les nouvelles suivantes sont inédites en français et apparaissent dans plusieurs recueils :
  • A Case of Identity
  • A Stretch of the Imagination
  • A Matter of Gravity
  • The Ipswich Phial
  • The Sixteen Keys
  • The Spell of War
L'ensemble de la série est disponible en omnibus en VO, en grand format (0743435486) ou en poche (0743471849). De plus, Michael Kurland a repris le personnage de Lord Darcy dans deux livres : un recueil de nouvelles, Ten Little Wizards (0441800572) et un roman, A Study in Sorcery (0441790925).

Munin

Le cycle complet sur Noosfere

5 commentaires:

  1. il n'y a que quelques temps, une paire d'années que j'ai posé mes yeux sur des romans de "détectives médiévaux" ou "renaissance" et cela me botte. donc je suis curieux de voir ce que cela peut donner mâtiné de fantastique.
    Et "Blanc-Seing" semble prendre un chemin aussi interessant.

    je donne peut être un coup dans l'eau mais chez l'éditeur "le masque", collection "labyrinthe" , il y a surement des choses qui pourraient vous servir, je pense notemment aux livres de Jean d'Aillon qui mettent en scène un "notaire détective privé" sous Louis XIII puis jusqu'en 1648. Ce sont de plus d'excellentes sources pour ce qui est de la vie quotidienne et du système judiciaire d'alors.
    ou encore la collection grand détectives chez 10/18 et Ellis Peters et les histoires de frêre Cadfaël (12e siècle).
    bon c'est vrai qu'il n'y a rien de fantastique là dedans...

    cordialement
    Xain

    RépondreSupprimer
  2. Ah, un autre amateur de "fantasy policière" ! Peut-être auras-tu des titres à nous soumettre que nous ne connaissons pas. Ceci dit, on est loin d'avoir fait le tour de nos sources bibliographiques, et nous allons les dévoiler progressivement, en disant à chaque fois ce qui nous intéresse ou au contraire ce qui nous plaît moins - d'un point de vue littéraire et/ou ludique.

    En ce qui concerne les polars historiques, toute inspiration est bonne à prendre. Il y a plus de titres à citer (Brussolo, Ellis Peters, etc.), mais l'approche médiévale du crime ne peut que nous intéresser ! Merci pour la référence, xain-phax !

    RépondreSupprimer
  3. Rolapin24/5/06

    Ca donne envie de jeter un oeil à Lord Darcy :)
    Autant la précédente inspiration m'a laissé de marbre, autant celle-ci m'intéresse...

    Blanc-seing semble de plus en plus intéressant même si le nom en anglais me trouble un peu.

    Sur un autre sujet, pourquoi avoir changé de blog ?

    RépondreSupprimer
  4. Sur un autre sujet, pourquoi avoir changé de blog ?

    Nous avions de plus en plus de soucis de connexion avec Over-blog. Ça devenait ridicule, on avait même de la difficulté à poster nos messages.

    Blogger est plus propre, plus rapide, plus mieux.

    Et puis ça nous permet de faire un peu de tri dans les 127 messages pas tous pertinenants que nous avons posté depuis 2004.

    RépondreSupprimer
  5. Blanc-seing semble de plus en plus intéressant même si le nom en anglais me trouble un peu.

    Ce n'est pas un nom anglais. Voici la définition de l'Académie française de "seing" :
    Vieilli, littér. Signature apposée par quelqu'un au bas d'une lettre, d'un écrit, d'un acte.
    On retrouve le mot dans les expressions juridiques "acte sous seing privé", "contreseing", et "blanc-seing".
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Blanc-seing
    Ca se prononce "sein", le g final est muet.

    RépondreSupprimer