25/07/2006

Romans Eberron

Ayant été conquis par Eberron, l'univers développé par Keith Baker pour D&D, j'avais décidé de suivre, le temps qu'elles m'intéresseraient, les séries de romans publiées par Wizards dans cet univers. Deux ans plus tard, je continue d'acheter chaque bouquin, et je commence à avoir une bonne vision de l'ensemble. Je vous propose donc une critique de la production, arrêtée à la date où j'écris ce billet. Comme d'habitude (cf. la critique des romans Vampire, par exemple) avec nos critiques de romans rôlistes (rôliques ?...), nous les examinons sous l'angle du plaisir de lecture et des vertus inspiratrices.
Les romans Eberron sont organisés en série, qui possèdent chacune leurs particularités. Chaque série est indépendante du reste, et on peut en lire une et délaisser totalement les autres. Ou lire l'ensemble. Si vous n'avez pas le temps de lire tout l'article, voici le résumé en forme de palmarès :
Meilleurs personnages : Voyage of the Mourning Dawn
Meilleure écriture et dialogues : the Orb of Xoriat
Meilleure utilisation des lieux d'Eberron : the Grieving Tree
Meilleure utilisation de l'histoire d'Eberron : the Shattered Land
Pire roman de la collection : the Crimson Talisman
De futures critiques feront le point sur ce qui reste à lire et les prochaines fournées, qui concerneront les tomes suivants :
  • Blood and Honor (Sep. 2006, ISBN 0-7869-4069-7)
  • Queen of Death (Oct. 2006, ISBN 0-7869-4012-3)
  • the Gates of Night (Nov. 2006, ISBN 0-7869-4013-1)
  • the Killing Song (Dec. 2006, ISBN 0-7869-4243-6)
  • Flight of the Dying Sun (Fev. 2007, ISBN 0-7869-4316-5)
  • Forge of the Mindslayers (Mar. 2007, ISBN 0-7869-4313-0)
War-Torn Books
Cette série propose des récits indépendants mettant en scène des vétérans ou rescapés de la Dernière Guerre (D'où le titre "War-Torn"). Chaque roman est écrit par un auteur différent, et l'ensemble est donc de qualité variable. Heureusement, il n'y a aucun lien entre les histoires qui empêcherait de faire l'impasse d'une lecture. Trois tomes sont parus, le dernier, Blood and Honor, est prévu pour septembre 2006. Pour la petite histoire, Graeme Davis, auteur par ailleurs de la Campagne Impériale de Warahammer a obtenu cette commande lors d'un appel à soumissions lancé par WotC au terme duquel 300 synopsis ont été proposés.

The Crimson Talisman - Adrian Cole
Le bouquin qui faillit bien me faire arrêter net de lire les romans dérivés d'Eberron... Un demi-elfe porteur d'un Dracogramme de Tempête qu'il n'aurait jamais dû, en premier lieu, arborer (au sens propre : dans le background, la Maison Orien est exclusivement humaine), fuit à travers tout Khorvaire, poursuivi par une horde de morts-vivants. Il termine son périple en Aërénal, où, de poursuivi il deviendra poursuivant, pour une séquence finale aussi ratée que le reste du livre. L'historiette d'amour, née d'un coup de foudre au premier regard, est peut-être l'aspect le plus intéressant du bouquin, ce qui en dit long sur le reste. Bref, un mauvais livre qui ne réussit même pas à servir d'inspiration.

The Orb of Xoriat - Edwanrd Bolme
Après The Crimson Talisman, j'abordai The Orb of Xoriat en traînant les pieds. Et en fait, j'ai trouvé que ce roman était le mieux écrit de l'ensemble de la collection. Non que l'histoire soit passionnante - une course après un McGuffin, à la frontière entre Aundair et Thrane - mais les personnages sont hauts en couleurs, leurs caractères tranchés provoquant des dialogues amusants où l'auteur dévoile son sens de la répartie. Loin d'être un énième groupe de PJ comme le laisse croire la couverture, les trois personnages principaux représentent trois groupes d'intérêts différents et leurs chassés-croisés, tout au long d'une histoire sans temps mort, est l'intérêt principal de l'histoire. Par ailleurs, l'auteur utilise à bon escient le background d'Eberron, sans vouloir en faire trop. Apparemment, Bolme doit écrire d'autres récits sur Eberron, et je m'en réjouis : c'est de loin le plus talentueux de l'écurie.

In the Claws of the Tiger - James Wyatt
Je viens à peine de le commencer, j'en dirai plus la prochaine fois.

The Dragon Below
La particularité de la trilogie de Don Bassingthwaite est de mettre en scène des races spécifiques de l'univers d'Eberron, comme, les féraux et les kalashtars, mais aussi les dolgontes et dolgrims, par exemple. The Dragon Below fait référence à Khyber, et ce sont les intrigues des sectes khyberiennes qui sont au centre de l'histoire. Le 3e tome, the Killing Song, paraîtra en décembre 2006.

The Binding Stone
On sent le bouquin de commande, avec sa trame très convenue, mais aussi le soin professionnel avec lequel il a été greffé sur l'univers. Cette fois-ci, ce sont les confins d'Eldyn et les marches de l'Ombre qui sont visitées. Un vétéran de la Dernière Guerre vit tranquillement avec son copain druide, dans les confins d'Eldyn, jusqu'à ce qu'un soldat de l'unité qu'il a déserté le retrouve, et qu'une jeune kalashtar, poursuivie par une tribu barbare, fasse irruption. Tous trois reviennent au point d'origine de sa fuite, pour tenter de trouver de quel maléfice elle a été victime. Les personnages sont contrastés, et leurs relations sonnent un peu plus vraies que pour un groupe lambda dont la constitution, expédiée dans le premier chapitre, fait souvent artificielle. Bref, pour l'auteur, un contrat bien rempli, et pour le lecteur un livre agréable lui faisant visiter des coins peu développés jusqu'ici.

The Grieving Tree
Après un 1er tome solide mais assez conventionnel, les personnages sont campés, le groupe est constitué, et l'intrigue est lancée. Cela permet à l'auter de faire preuve de plus de créativité dans l'intrigue, et de développer les relations entre personnages. Cependant, les effectifs ayant grossi, tous les personnages n'ont pas droit à la même exposition et certains, comme un druide orc adolescent, passent complètement inaperçus. Cela n'empêche pas le roman d'être supérieur au 1er tome, et de développer d'autres aspects des marches de l'Ombre (comme le comptoire de Zharash'ak) et de Droâm. Mine de rien, de nombreux aspects du background sont peu à peu dévoilés, comme l'antique empire hobgobelin et l'invasion daelkyr. Au final, The Grieving Tree est l'une des lectures dérivées d'Eberron les plus intéressantes, et j'aurai plaisir à lire la fin de la série.

The Dreaming Dark
Cette trilogie est l'oeuvre de Keith Baker, le créateur de l'univers, et met en scène des vétérans de la Dernière Guerre que la démobilisation a laissé sur le carreau. The Gates of Night, le troisième et dernier tome, sortira en novembre 2006.

The City of Towers
En 996, un groupe de vétérans, auquel on peut très facilement identifier un groupe de PJ, arrive à Sharn : l'une d'entre eux est une héritière de la Maison Cannith, et ils espèrent pouvoir se réinsérer dans la société grâce à elle. En fait, elle devient proscrite, et ils sont obligés de frayer avec la lie de la mégapole pour tenter de survivre. Le récit propose donc une intrigue urbaine, dont Sharn, comme le titre l'indique, est le héros principal du livre. Nombre de péripéties sont là pour présenter un quartier ou une organisation et ne sont guère justifiés par le récit, lequel passe par des phases très conventionnelles (comptez le nombre de fois où Daine, le personnage principal, perd connaissance...). En dehors de ces tics de narration, il faut reconnaître au récit une qualité : il est parfaitement lisible comme introduction à l'univers, et c'est écrit de façon claire et simple, et ça se lit très facilement. Avec une intrigue mieux maîtrisée (sans pléthores d'intervenants et accumulations de mystères), cela aurait fait un très bon roman rôliste. Malgré cela, le roman reste un très bon point de départ dans l'univers.

The Shattered Land
La bonne impression que laisse le 1er tome se dissipe rapidement avec cette suite, qui envoie les PJ visiter Xen'drik. On attendait beaucoup de la présentation de ce continent par Baker en personne, et on est déçu par une intrigue encore plus classique que la précédente, un comportement encore plus "PJ-esque" de Daine et ses potes - dans leur refus de la mission qu'on leur impose, par exemple - et des rebondissements inintéressants. L'empilement de mystères continue, jusqu'à un dénouement final prévisible depuis la page 6. Reste la visite de Xen'drik, mais sur ce point le supplément est plus réussi que le roman. Ces défauts littéraires sont d'autant plus regrettables que Baker est, naturellement, celui qui maîtrise le plus l'univers - et peut-être l'auteur qui a l'autorisation de faire le plus de révélations ? - et que son intrigue semble la plus ambitieuse de toutes. Mais il va falloir attendre le 3e tome pour voir si les promesses sont tenues.

The Lost Mark
Autre trilogie, cette fois-ci écrite Matt Forbeck, The Lost Mark place au coeur de son intrigue l'histoire du 13e Dracogramme, réputée disparue, celle de la mort. La Marque refait surface chez une jeune elfe, que de nombreuses puissances convoitent. Elle est capturée et son beau-père, un vétéran cyrien de la dernière guerre, part à sa recherche avec un groupe d'amis. Deux tomes sont sortis, Queen of Death, le dernier, est prévu pour octobre 2006.

Marked for Death
Le premier roman de la série présente les protagonistes et lance l'intrigue : Esprë, une jeune elfe, vit avec son beau-père humain Kandler dans un petit village construit juste à côté de la limite des terres du Deuil. Une nuit, le village est attaqué par des vampires kaarnathiens et Esprë est enlevée. Kandler, accompagné de son compagnon, le féral Burch, part sur sa trace et s'enfonce dans les terres du Deuil. Le roman prend alors des allures de course-poursuite, pendant laquelle Esprë est capturée, délivrée, recapturée, et ainsi de suite... Les rebondissements (des combats, principalement) se succèdent à un rythme rapide, mais Forbeck réussit quand même à caser une romance un peu fleur bleue entre Kandler, encore endeuillé par son veuvage, et une jeune paladin(e?) de la Flamme d'Argent. Au final, l'histoire est un peu monotone mais pas désagréable, et on tourne les pages assez facilement.
Côté inspiration, on peut mettre au rang des qualités du bouquin un aspect éberronien assez marqué : un des personnages principaux est un féral, les terres du Deuil sont à l'honneur, le côté ancien combattant est assez présent, et le Sang de Vol et la Flamme d'Argent font plus qu'une apparition. En fait, ce roman doit être à peu près illisible pour un non-eberronien, alors que celui de Keith Baker l'était presque. Malheureusement, ces éléments ne sont pas toujours bien exploités : au lieu d'une porteuse du 13e Dracogramme, Esprë pourrait être une chinoise aux yeux verts que l'histoire serait identique. Beaucoup d'éléments apparaissent, mais sont sous-exploités : inutile d'espérer des révélations sur de grands thèmes du background.

Road to Death
Les protagonistes quittent les terres du Deuil pour aborder les plaines de Talente. Esprë geint toujours autant, continue d'être kidnappée/délivrée/kidnappée/etc., et Kandler ose aller plus loin que prendre la main de sa jolie paladine (un peu mégère rouquine sur la couverture, cependant) : ça ne se fera pas en une fois, mais il va arriver à l'embrasser ! A part ça c'est toujours aussi... passionnant, peuplé d'éléments eberroniens faisant couleur locale mais utilisés sans beaucoup d'intensité dramatique. A noter qu'à la fin, Kandler récupère Esprë et envisage de porter l'offensive chez l'ennemi. Ca devrait donc au moins avoir un impact sur la structure du 3e tome. En sera-t-il plus intéressant ?

Heirs of Ash
Rich Wulf, déjà connu des joueurs de L5A, propose une trilogie mettant en valeur les aéronefs d'Eberron. Un façonneur, maître à penser d'un petit groupe de disciples, disparaît dans les terres du Deuil. L'un de ses héritiers tente, des années plus tard, de mettre la main sur un e de ses créations, ce qui le lance dans une course-poursuite avec des inconnus qui semblent liés, d'une façon ou d'une autre, au passé de son mentor. Chaque tome porte le nom de l'un des trois aéronefs de la flotte du façonneur disparu. Flight of the Dying Sun sortira en février 2007 et Rise of the Seventh Moon plus tard dans l'année.

Voyage of the Mourning Dawn
Rich Wulf mérite le prestige dont ses travaux pour L5A l'ont auréolé : le seul reproche que l'on puisse faire à ce 1er tome, c'est une certaine lenteur dans l'action. Mais cela est dû à l'attachement qu'il prend à dépeindre des personnages authentiques et à décrire leurs relations. D'un roman de commande sur Eberron, il fait un vrai roman de fantasy de série B, dont on a hâte de lire la suite. L'intrigue, une course-poursuite au trésor façon Indiana Jones, est entrecoupée de flash-backs qui permettent peu à peu de mesurer la complexité de la situation. Mais Wulf fait aussi de l'aéronef qui donne son titre au livre un véritable personnage du livre, et pour la première fois cet élément typique de l'univers est utilisé comme autre chose qu'un moyen de transport pratique pour faire voir rapidement du pays. J'espère que le reste de la série sera à la hauteur de ce premier tome très réussi.

Blades of the Flame
La trilogie de Tim Waggoner a comme personnage principal un exorciste, ancien assassin ayant retourné sa veste. Archétype du personnage über-cool, Diran Bastian se ballade dans tout Khorvaire à la recherche de démons à exorciser, en compagnie d'un demi-orc digne d'un "buddy movie". Forge of the Mindslayers, la suite, est prévue pour mars 2007.


Thieves of Blood
Je n'en ai lu qu'une demi-douzaine de chapitres, mais pour le moment c'est assez pénible : on dirait une "fanfic" centrée autour du PJ favori de l'auteur : "alors tu vois, mon perso c'est un ancien assassin mais maintenant c'est un exorciste, alors il chasse les démons. Il est habillé tout en noir, tu vois, avec les cheveux longs et noirs, et des bottes noires, mais il a les yeux bleus très clairs, tu vois, et il sourit jamais, il est super froid. Les femmes l'adorent mais lui il est impassible, tu vois, à côté Clint Eastwood c'est Jim Carrey, tu vois, et il est super rapide et agile et il a des dagues partout, tu vois"... L'exact opposé de Daine, la brute antipathique sans finesse de Baker. Bon, je vais quand même le finir, par acquis de conscience.

Autres récits

Tales of the Last War
Cette anthologie éditée par Mark Sehestedt est consacrée aux dernières années de la Dernière Guerre, ou à la période suivant immédiatement l'armistice. On y trouve les nouvelles suivantes :

Death at Whitehearth est une nouvelle de Keith Baker initialement publiée en supplément du scénario Shadows of the Last War. On y a découvre les personnages de la trilogie Dreaming Dark Trilogy pendant la Dernière Guerre, lors d'une visite dans une forge Cannith, sur le territoire cyrien. Une nouvelle efficace et intriguante.

Death Before Dawn de Paul Crilley décrit comment une ambassade de paix de Thrane, convoyée sur l'Argonth, est massacrée. Une Lanterne noire a une journée pour découvrir l'assassin avant que les meurtres n'enterrent tout espoir d'armistice. Intrigue poussive, rebondissements convenus, personnages quelconques, décor sous-exploité.

The Blade of the Flame, de Tim Waggoner, narre la rencontre entre Ghaji et Diran Bastian, les personnages de la trilogie Blades of the Flame. Si cette série a des fans, ils seront comblés.

Dans The Weight of Water, Edward Bolme met en scène Teron (le moine de The Orb of Xoriat) face à Cimozjen (personnage du prochain roman de l'auteur, Bound by Iron) dans les dernières années de la guerre. L'un se bat pour Aundair, l'autre pour Kaarnath. La nouvelle se lit avec plaisir, et possède, chose assez rare pour être remarquée, un début, un milieu et une fin.

Call of the Silver Flame de James Wyatt est une sorte de pré-générique de son bouquin, le 3e de la série War-Torn. Pris isolément, c'est une nouvelle dont l'intrigue simplette (une traque de vampire) contraste avec une trame compliquée (tous les personnages se connaissent et partagent un lourd passé fait d'amours, d'amitiés et de trahisons), sans fin satisfaisante. Comme prologue, c'est déjà plus sympa à lire.

La scène d'ouverture de War Machines -- 992 YK de Ian Burton-Oakes est la plus réussie de l'anthologie : dans les dernières années de la guerre, deux forgeliers, leaders d'une expédition vers Xen'drik, discutent de leur avenir. La suite de la nouvelle est sympa, mais c'est surtout la fin qui m'a surpris : le récit lève le voile sur l'origine des forgeliers (déjà sous-entendue çà et là) et la cause du jour du Deuil, la destruction de Cyre. Quelqu'un d'autre que moi a-t-il tiqué sur ces infos ?

Je n'ai par contre pas encore lu Distant Fires de Aaron Rosenberg, The Veiled Charge de David A. Page et Flight of the Righteous Indignation de Ari Marmell. Critiques la prochaine fois.


Dragons: World's Afire
Cette anthologie sur les dragons contient une nouvelle pour chacun des principaux univers de Wizards : Royaumes Oubliés, Dragonlance, Magic et Eberron. Pour celui-ci, le récit, Principles of Fire, est évidemment écrit par Keith Baker, et permet, j'imagine, de souligner le rôle particulier qu'ont les dragons, et leur prophétie, dans l'univers d'Eberron. J'ai pas lu, je suis pas à ce point collectionneur.


Stormreach
Ce récit en six épisodes, écrit par Keith Baker, est publié sur le site du MMORPG Dungeons & Dragons online, ainsi que sur le site de Wizards. Le 1er épisode est disponible ici, et c'est plutôt sympa pour le peu que j'en ai lu à la date où j'écris.

Pour en savoir plus
La fiche Eberron de Wikipedia (VO) est particulièrement à jour, et on y trouve tous les ISBN des titres mentionnés. On y découvre notamment le titre de la prochaine série de romans indépendants, The Inquisitives, consacrée, comme son nom l'indique, aux enquêteurs. Voilà qui promet du "Pulp Noir". Le premier roman, Bound by Iron, sera signé d'Edward Bolme (youpi!) et le second de Paul Crilley (ouais...).

3 commentaires:

  1. Rolapin28/7/06

    Bravo pour ces critiques intéressantes. Je suis loin d'avoir ton rythme de lecture et je suis moins gentil que toi dans l'ensemble sur ceux que j'ai lu (à part le roman de Keith Baker qui me semble plus dans le "ton" Eberron).

    Voyage of the Mourning Dawn semble très sympathique et les secrets de l'anthologie m'intéressent aussi. Je vais faire mon possible pour commander ça rapidement...

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ose pas dire sur les forums ricains que Baker devrait arrêter les romans et se remettre aux suppléments de JdR, j'ai peur de me faire lyncher...

    Pour les secrets, attention aux pétards mouillés : la révélation tient en une page à la fin de la nouvelle, et ne justifie pas à elle seule les nouvelles assez moyennes du reste du bouquin. Et reste à voir si l'info sera confirmée. A la limite, on peut en parler entre balises [GÂCHIS] sur la ML Eberron.

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme28/7/06

    Hu merci pour les critiques qui correspondent à peu près à ce que j'attends d'un compte rendu de lecture et qui me permettront de faire mon choix si jamais j'me lance dans la lecture de romans tirés d'univers de jdrs...

    (signé Ange)

    RépondreSupprimer