20/08/2009

Conan - L'Heure du dragon


Or donc, j'avais découvert avec le premier volume de l'intégrale que je ne connaissais pas Conan. Ou plutôt que je le réduisais à l'image d'Épinal d'un barbare violent avec le QI d'une moule, un archétype très largement répandu dont Kalidor est un exemple frappant (aaah, Kalidor. Il est à Conan ce que le Canada Dry est à la bière.) Mais Bragelonne s'est investi d'une mission : republier les nouvelles originales, sans additifs et sans pastiches. Et cette édition déconstruit peu à peu le cliché du barbare en slip léopard pour remettre sur son piédestal le mythe de Conan le Cimmérien.


Je m'étais promis de ne pas lire la suite des aventures d'une traite pour éviter de me lasser. Et bien, c'est raté puisque ce second volume n'est constitué que de 3 aventures. Deux nouvelles plutôt classiques dans le format et un roman. Du coup, pas d'effet de répétition pour ce volume, ça se lit comme du petit lait. Bon, toujours ces jeunes héroïnes courtes vêtues, ces monstres indicibles (dont une sorte de crapaud géant un peu risible) et ces sorciers plus démoniaques qu'un animateur de talk-show sur Fox News. Mais Conan en roi déchu d'Aquilonie qui tente de reprendre son trône, c'est tragique et héroïque juste comme il faut.

Mais le plus étrange, c'est que le travail de remise en contexte de Patrice Louinet me passionne tout autant que les nouvelles. Il raconte superbement bien la vie de Robert E. Howard, ses petites misères d'écrivain, ses joies à la publication d'une série de nouvelles, ses échecs à répétition... C'est presque aussi tragique que les aventures de son héros barbare. À un tel point que si Patrice Louinet sortait une biographie de l'auteur, je me jetterais dessus volontiers. La vie d'un romancier pulp dans les années 30 semble tellement en dents de scie.

Bref, c'est encore un vrai plaisir de lire de la vieille littérature fantasy, de voir des jalons être posés par ces défricheurs d'imaginaire que sont les pères fondateurs de la fantasy que j'aime. Il reste encore un volume à cette intégrale : Les Clous rouges. Tout semble indiquer que cette troisième partie est le déclin d'Howard, la fin de l'âge d'or. Ce n'est pas grave : j'ai eu tellement de plaisir avec les deux premiers volumes que je vais boire la coupe jusqu'à la lie.

6 commentaires:

  1. Les trois volumes sont dans la LAL et je ne désespère pas de trouver un jour de m'attaquer à cet hommage bienvenu pour un cycle trop souvent maltraité ou bafoué.

    RépondreSupprimer
  2. Ado, j'avais tenté de lire un des recueils de nouvelles et le livre m'est tombé des mains dès la deuxième nouvelle.
    Suis je irrémédiablement perdu ?

    RépondreSupprimer
  3. @ Cédric : le déclin !? Pas du tout. Le troisième volume contient les deux meilleurs récits de la saga : au-delà de la rivière noire et les clous rouges.

    @ Efelle : si tu as lu les volumes J'ai Lu, c'est normal. Sprague De Camp a ****** le travail de Robert Howard. Seul l'intégrale Bragelonne reprend le travail complet de Robert E. Howard, sans ajout, ni modification.

    RépondreSupprimer
  4. @ El Jc : Howard, Leiber, Lovecraft... c'est comme le ZZ Top, AC/DC ou les Stones : ils sont vieux, mais ils rockent.

    @ Efelle : il y a des livres ou des auteurs que l'on croise au mauvais moment de sa vie. Conan m'aurait sans doute ennuyer quand j'étais adolescent. Là, j'ai un regard de trentenaire sur la vie du Cimmérien, je vois sans doute autre chose que ce qu'on y lit à 16 ans.

    Et comme le dit Christopher : Conan a été dénaturé par des maquignons de la prose, l'édition de Bragelonne est une bonne occasion pour retourner aux sources.

    @ Christopher : tant mieux si je me suis trompé. J'ai hâte de lire la suite du cycle.

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme28/8/09

    Je confirme les propos de Christopher : le 3ème volume contient certains des meilleurs récits de Conan/Howard.

    RépondreSupprimer
  6. Cela fait un moment que ces rééditions de Howard par Bragelonne me tentent. J'avoue que j'ai peur de tombé dans un truc un peu éculé, ou gnangnan et mal écrit, voir même emmerdant à lire. Vu ce qu'on en dit, cela semble être un classique Fantasy incontournable. Je vais le rajouter dans ma liste à lire...avec Solomon Kane peut-être?

    RépondreSupprimer