28/02/2015

20 ans à l'ombre

Il y a quelques temps, j'ai chroniqué Ombre de l'ombre de Paco Ignacio Taibo II (PIT2). Ce polar des années 80 est l'un des premiers livres de cet auteur. Peut être le premier, je ne sais plus. Et même si PIT2 a pensé presque immédiatement à une suite, il aura mis plus de vingt ans à écrire ce Nous revenons comme des ombres.


Nous sommes en 1941, le fascisme étend ses ailes noires sur le monde. Le Mexique est, pour l'instant, encore épargné. Pour nos personnages, 20 ans se sont écoulés depuis les événements de Ombre de l'ombre. Le poète est revenu de la Guerre Civile Espagnole avec un bras en moins et est devenu agent secret pour le ministère de l'intérieur mexicain. Il arrondit ses fins de mois en étant aussi auteur de romans pornographiques à succès (mais sous pseudonyme). Le journaliste est toujours le même mais avec une certaine notoriété, due à son ancienneté. Le chinois, lui, après avoir participé à la Longue Marche et fait une longue carrière de marin, aide à construire des routes dans le Chiapas. Enfin, l'avocat, Executor, fuit la réalité au fond d'un asile psychiatrique de Mexico, où il reste de son plein gré.
Si les personnages sont tous séparés et mènent des vie différentes, une série d'événements reliés va les amener à lutter, séparément, pour une même cause et éventuellement, peut-être, se retrouver. Il est très difficile de résumer ce roman. Il est décousu, farci d'éléments improbables comme un taco au bord d'une autoroute paumée. En fait, il est très mexicain, dans le sens où des choses étonnantes, invraisemblables mais participant de l'histoire, avec une touche d'humour à la fois blasé et ironique, résume assez bien ce que j'ai pu voir de l'esprit mexicain. Par exemple, PIT2 se donne un mal fou à faire intervenir Ernest Hemingway dans l'histoire, juste pour le plaisir. Des personnages apparaissent mystérieusement puis disparaissent. On ne saura jamais vraiment quel était le plan des vilains de l'histoire, immanquablement nazis, étant donné la date du roman.

J'ai pourtant énormément aimé. Déjà parce que PIT2 écrit bien et que ses quatre personnages ont tout autant mûri que leur créateur. Ils sont vivants. Au-delà d'écrire bien, l'auteur est un passionné de l'histoire de son pays d'élection et son roman sent la recherche, la visite des archives et l'approfondissement de sujets anecdotiques : le Mexique qu'il décrit, lui aussi, est vivant. Quant à l'intrigue, eh bien disons que c'est une agréable excuse pour se balader aux cotés de ces quatre personnages le temps d'un roman, un verre de téquila El Milagro pas trop loin de la main... Si vous avez aimé le premier, il n'est pas dit que vous aimiez celui-là, cependant.

2 commentaires:

  1. Je connais surtout la série de Héctor Belascoarán Shayne, c'est donc à essayer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, si tu aimes cette série alors ce roman devrait lui aussi te plaire. Mais lis le premier avant (ombre de l'ombre) sinon des choses vont t'échapper.

      Supprimer