29/06/2015

La Lune et Douze Lotus


Je fais partie des gens qui se sont mépris sur la couverture et le titre de ce jeu de rôles. J’imaginais quelque chose d’asiatique car j’avais l’impression de voir un cerisier en fleur tandis que le titre évoquait une œuvre de wuxia. Et en lisant le jeu, badaboum, on tombe assez vite sur des citations de Bernard Lavilliers et des références sans équivoque à Conan et Fritz Leiber. Car les 12 lotus, ce n’est pas une école d’arts martiaux ou une unité d’élite de l’empereur, ce sont vraiment une douzaine de variétés de lotus, des drogues qui circulent sur un réseau de routes commerciales où les PJ vont déambuler à la recherche de bonnes raisons de casser la gueule à des types patibulaires.

L’univers esquissé est celui des nations barbares à l’ancienne, pour qui le fer et l’acier sont tout aussi importants que l’or. Des peuples fiers, mystérieux pour certains, rapidement évoqués par quelques paragraphes inspirés et des illustrations toujours aussi magnifiques du Grümph. Des peuples qui se reniflent mutuellement le cul avant de se jeter à la gorge les uns des autres, ou qui se tournent le dos. C’est court, mais c’est, à mes yeux, bien plus inspirant qu’une encyclopédie de 256 pages. Chaque peuple propose des images mentales claires auxquelles il est aisé de se raccrocher pour jouer.

Le but est de donc de jouer une série de courts scénarios décousus avec peu de PJ afin de retrouver l’esprit des nouvelles pulp d’antan. Un soir, on débute la partie en disant « C’était la fois où vous dirigiez une compagnie de mercenaires… », la semaine suivante on raconte comment les PJ se sont rencontrés, la séance d’après on dit « Cette année-là, vous étiez esclaves dans le désert… » On papillonne dans la vie des PJ sans respect pour la traditionnelle linéarité du récit initiatique du héros. Et ça commence toujours in media res, ça va direct à l’essentiel. Ça se permet même de ne pas proposer un épilogue car l’ellipse est reine. Du coup c’est hyper pratique pour les MJ comme moi qui disposent d’une courte fenêtre de jeu de 2 ou 3h maximum par soirée.

Pas de fil rouge, donc, mais un patchwork de péripéties qui se focalise sur les moments les plus intéressants de la vie des PJ. Un coup les PJ sont au sommet de leur gloire, la semaine suivante ils sont des gueux dans les ruelles sordides d’un cité de voleurs. La roue tourne. La vie est faite de hauts et de bas. Ça permet de surprendre les joueurs et de varier les plaisirs. Il y a d’ailleurs plein de tables aléatoires pour générer des situations de départ permettant de retrouver cette atmosphère si particulière.

Mécaniquement, c’est très simple : un personnage se résume en une ligne de texte et 4 données chiffrées. On n’est pas là pour se faire emmerder, on est venu botter des culs. La magie est simple : elle nécessite de sacrifier des gens, donc elle est essentiellement réservée aux PNJ qui vont invariablement croiser la route des PJ et essayer d’invoquer des créatures indicibles. C’est la loi du genre.

À la lecture, on retrouve beaucoup de l’esprit de Bloodlust. Normal, lui aussi s’abreuvait aux sources de la Sword & Sorcery. Et le fait que le Grümph soit l’illustrateur des deux jeux accentuent le sentiment de déjà-lu. Surtout que les lotus font beaucoup penser aux épices de Bloodlust.

Bref, c’est une chouette lecture accompagnée de dessins magnifiques qui me fait, encore une fois, dire que le Grümph devrait sortir un artbook. Je donnerais de l’argent pour une encyclopédie visuelle d’un monde dédié. Non pas que je n’apprécie pas les mots du Grümph, mais il arrive à faire passer tellement de choses dans son trait qu’il pourrait évoquer un univers pratiquement sans avoir recours au texte.


La Lune et Douze Lotus sur Lulu

L'avis de Benoit:

A la lecture, pas grand chose à ajouter à l'avis de Cédric: La Lune et Douze Lotus est un jeu tout simple qui donne envie d'y jouer. Très inspirant, tellement que deux jours après l'avoir acquis, je me retrouvais à maîtriser une partie pour mes fils et un de mes copains.

Les personnages sont créés en dix minutes, et la "décontextualisation" de l'aventure propre au genre Sword & Sorcery permet de commencer directement sur les chapeaux de roues. Les personnages sont typés mais évocateurs, et leur ligne de vie les caractérise bien.

En jeu, première constatation, l'impression de fluidité mécanique qui se dégage à la lecture se vérifie. L'idée des trois types de jets (combat, prouesse physique et compétence) pour régler toutes les situations fonctionne à merveille, et les joueurs prennent rapidement le pli des réussites mineures qui sont ni plus ni moins que les "oui, mais..." de Wastburg.

Le combat est dynamique et fluide, les points de vie volent grâce aux avantages que peuvent prendre les joueurs sur chaque action. Du moment que les descriptions sanguinolentes suivent, on est à fond dans le genre.

Enfin, la sorcellerie est elle aussi bien évocatrice, sombre et mystérieuse. Aucun de mes joueurs n'a manifesté l'envie de jouer un sorcier, donc elle a été traitée "à la Conan": une chose qui répugne, dont personne ne sait vraiment grand chose sinon qu'on a pas envie de s'y frotter.

Le bilan est très positif. La Lune et Douze Lotus est un jeu parfaitement adapté à une partie sur le pouce, voire une partie courte. J'ai quelques doutes sur le plus long terme, mais c'est essentiellement lié au genre Sword & Sorcery dont les clichés sont peu nombreux. En tous cas, je sais que je prendrais ce petit bouquin et quelques dés avec moi en vacances, c'est juste le jeu parfait pour occuper deux heures de temps ou initier des ados gavés d'hormone au JdR!

3 commentaires:

  1. Outre que tu m'aies grillé sur le billet (tu lis vraiment plus vite que moi...) je ne peux qu'être d'accord avec toi. Je vais peut-être avoir l'occasion de tester au débotté ce soir, ça me donnera éventuellement l'occasion de faire un billet sur la manière dont ça se comporte in-game.

    RépondreSupprimer
  2. Vous me donnez super envie, tous les deux. Mais que fait ce maudit coursier des postes du haut-roi, par les crocs de Set ?

    RépondreSupprimer
  3. Moi je viens de recevoir un mail de Lulu comme quoi ma commande est partie. Réception lundi prochain!

    RépondreSupprimer