18/08/2006

Le Cauchemar


L'excellente série policière d'Alexandra Marinina continue de me fasciner par la richesse de ces enquêtes qui sont loins des clichés habituelles du genre. Anastasia Kamenskaïa est une petit bout de femme russe qui utilise sa tête et fait avancer ses enquêtes comme elle le peut, avec beaucoup d'erreur et surtout beaucoup d'entêtement. Elle n'a pas un sens de la déduction à la Sherlock Holmes, elle ne manie pas la dialectique des armes comme l'inspecteur Harry et pourtant son travail minutieux et laborieux à la milice de Moscou est passionnant.

Une secrétaire alcoolique et assez libérée est retrouvée morte. Ses proches disent qu'avant de disparaître, elle prétendait que la radio avait raconté un cauchemar qu'elle faisait souvent. Mais cette enquête débouche sur quelque chose de plus gros que le décès d'une folle qui abuse de la vodka, bien évidemment. Qui plus est, la milice doit se rendre à l'évidence : plusieurs enquêteurs travaillent pour la mafia et font disparaître des preuves pour disculper certaines personnes haut placées. Mais trouver l'identité du ou des traîtres est un travail sournois et complexe qui met les nerfs d'Anastasia Kamenskaïa à vif.

Le complot qui se cache derrière les miliciens corrompus est une excellente idée qui permet à l'auteur de s'amuser avec les personnages récurents de la série. Comme toujours avec Alexandra Marinina, ses protagonistes ne sont ni blanc ni noir et cachent tous des petites victoires et des défaites honteuses. On se surprend à chercher la taupe tout en cherchant à comprendre cette histoire de cauchemar. C'est un roman qui parle beaucoup des couples, des raisons qui poussent les hommes et les femmes moscovites à partager une vie dans quelques mètres carrés de promiscuité.

3 commentaires:

  1. C'est le premier roman de Marinina que j'ai trouvé. J'ai besoin d'en lire d'autres avant, ou je peux attaquer par celui-ci ?

    RépondreSupprimer
  2. En fait, tu as de la chance, Le Cauchemar est le premier de la série. Moi, je les ai lus dans le désordre.

    RépondreSupprimer
  3. Ma femme me l'a volé, elle ne le lâche plus !

    RépondreSupprimer