25/12/2006

Trekkies : par-delà l'ultime frontière geek


Si j'en crois la hiérarchie des geeks, qui fait référence dans notre microcosme, les trekkies valent assurément les rôlistes sur le plan de la geek attitude. N'étant moi même pas du tout fan des aventures dans l'espace en pyjama, j'ai toujours regardé les trekkies de haut en pensant qu'ils étaient tous d'aimables doux-dingues. Et bien un reportage de deux heures sur le câble traitant du phénomène trekkies et une promenade sur le Web m'ont totalement fait changer d'avis : ces gens sont bons pour l'asile.

Il est difficile de tirer le portrait du trekkie moyen tant leur passion pour Star Trek est protéiforme. Il y a le collectionneur de figurines qui possède TOUT ce qui est sorti en marchandising, celui qui a divorcé après avoir vidé le compte en banque de sa femme pour acheter un script original de la série, celui qui reproduit des modèles 3D de tout ce qui compose le décor d'un épisode (y compris les trucs au second plan que tout le monde ignore du regard), celui qui dessine des scènes érotiques mettant en vedettes ses personnages favoris (et qui bien évidemment les envoi aux acteurs de la série), celui qui fonde un fan-club dans sa ville et se fait appeler Commander Szrak'puk par ses petits camarades... Paradoxalement, ces comportement là m'ont paru presque normaux car proches des us et coutumes rôlistes hardcore.

Non, ceux qui me font peur, ce sont les professeurs de sciences qui expliquent calmement que Star Trek leur permet d'enseigner plus facilement la physique. Ou bien cette enseignante de droit civique qui argumente que la diversité raciale et l'harmonie des peuples dans Star Trek est un exemple qu'elle inculque à ses élèves. Ou ce dentiste qui a transformé son cabinet en réplique d'un vaisseau spatial et qui oblige ses employés à se costumer en personnages de la série pour détendre les patients. Ou bien cet homme obèse qui se déguise régulièrement en ce personnage féminin qui n'est apparue que dans un seul épisode. Ou cette femme qui va au travail dans son éternel costume de membre de l'équipage de l'Entreprise (et dont le collègues ont du mal à ne pas sourire quand la caméra leur demande si c'est pas un peu pénible à la longue). Ou cet auteur de fanzine qui tient à garder l'anonymat car les nouvelles qu'il publie sont tellement contraire au canon de la série qu'il a peur que des fans puristes lui tombent dessus. Ou ce professeur de Klingon qui travaille sur une traduction de la Bible.

A cette parade de freaks, il faut ajouter les témoignages des acteurs de la série qui tout sourire expliquent que les fans sont géniaux. On comprend qu'ils ne peuvent pas les traiter de fous car ça serait scier la branche lucrative sur laquelle ils sont assis, mais ils brillent dans leurs yeux une lueur d'angoisse quand ils vous racontent ce qui se passe dans ces fameuses conventions de trekkies où des femmes déguisées en klingons viennent brailler leur amour, des couples de fans viennent demander à William Shatner de les marier ou de bénir leur voiture et des gens tous plus étranges les uns que les autres qui les remercient car la série a changé leur vie/sauvé du suicide/créé une vocation d'astronaute/permis de renconter l'âme soeur...

Pour terminer voici une petite anecdote racontée par mon MJ et sa femme qui ont vécu à Pittsburgh, Pennsylvanie. Dans un journal local, une offre d'emploi pour un hôpital psychiatrique recherchait une personne bilingue anglais/klingon. Renseignement pris, la situation était la suivante : un patient était atteint d'une lésion au cerveau qui l'empêchait d'utiliser sa langue maternelle. Mais le cerveau étant une machine complexe, les langues secondaires du patient n'étaient pas atteintes par cette aphasie. Or le patient n'avait appris que le klingon comme langue étrangère, donc les médecins cherchaient une personne compétente pour pouvoir communiquer avec lui et lui réapprendre l'usage de l'anglais.

Bref, ça confirme la loi générale de la hiérarchie geek : il y a toujours plus geek que soit. Sur ce, je vous laisse, je dois aller terminer d'écrire une nouvelle érotique mettant en scène Legolas et Gandalf.

8 commentaires:

  1. Anonyme27/12/06

    pour ceusses qui auraient du mal à croire tout ce qui est écrit ci-dessus... je confirme : j'ai vu le même doc ! Et j'ai du avoir à peu près la même réaction... Quoique j'ai trouvé assez hallucinant le dentiste qui a transformé de A à Z son cabinet en paserelle de l'Enterprise et oblige ses 2 secrétaires à s'habiller en costume... Ou encore la joyeuse fêlée du bulbe qui a été jury dans un procès et s'est présentée comme officer de Starfleet et disait "incarner les valeurs de la fédération" dans ce procès...

    RépondreSupprimer
  2. Ce soir était diffusé "Trekkies 2" par le même journaliste qui avait signé le premier reportage. J'ai fait l'impasse car j'avais déjà eu ma dose de connerie en pyjama pour un petit moment. Mais il y a sujet à des thèses de psycho et de socio tellement cette communauté est... différente.

    Et je connais des biclassés trekkies / rôlistes.

    RépondreSupprimer
  3. Des biclassés, y'en a, j'en suis un ^-^ Bon, ma treki's attitude ne va pas loin, elle consiste juste à regarder des épisodes et lire quelques encyclopédies et jdr. Et jouer aux jeux de société et vidéos adapté de la série. Ah tient, je connais aussi le générique d'intro par coeur. Merde, je suis plus geek que je le crois :-/

    RépondreSupprimer
  4. Slawick, tu n'as pas encore totalement basculé du côté obscure de la Force puisque tu n'animes pas un site web pour Trekkies.

    À moins que SoH soit une couverture pour un geek qui ne s'assume pas ?

    RépondreSupprimer
  5. Ce que ne dit pas Slawick, c'est qu'il prépare en secret une version space-op de SoH, où il dévoilera son amour pour Spock et ses photos de cosplay des membres de l'Enterprise. :)

    RépondreSupprimer
  6. Tiens, la chose souvent passée sur Casus NO, même que je suis parmi les pires... :)

    Sympathique, votre blog.

    RépondreSupprimer
  7. En tant que GNiste, je me suis toujours senti insulté par ce schéma. Bon, j'ai pu vérifier sa véracité dans les conventions ricaines, OK.

    RépondreSupprimer