30/01/2010

Furies déchaînées


J'ai eu comme une impression de déjà-vu en achetant le troisième volume des aventures de Takeshi Kovacs. En rentrant, j'ai fouillé dans ma bibliothèque et j'ai compris pourquoi :


C'était effectivement du recyclage de la couverture d'Ex-Kop, la suite de Kop dont je n'avais pas parlée ici car elle était oubliable. Ce n'est pas illégale de réutiliser la couverture d'un autre livre, mais moi, ça m'a échaudé.

J'avais adoré Carbone modifié, vibrant hommage modernisé au cyberpunk, je n'avais pas aimé sa suite Anges déchus, qui sentait le réchauffé, alors je comptais sur Furies déchaînées pour renouer avec le charme initial du cycle.

Cette fois-ci, Takeshi Kovacs est embarqué dans une mission de nettoyage d'un secteur miné de saloperies technologiques qui évoluent dans leur coin. Il fait ça car il veut échapper à l'attention de son propre double illégal qui a été envoyé pour le descendre. Et comme ça ne suffisait pas, une proche de Kovacs se prend pour la réincarnation littérale de Quell, une passionaria qui est l'écho futuriste d'une Che Guevara anarcho-troskysto-Julien Coupatesque. Bref, Kovacs est bien occupé.

Richard Morgan est toujours fort pour empiler les détails techno-biomécaniques pour donner du volume à son décor. Ses personnages sont obsédés par les dernières innovations nano comme des membres de la secte Apple agenouillés devant Steve Jobs. Le hic, c'est qu'à force de matraquer le lecteur avec des arguties cybertechniques, il est lassant. On ne comprend pas comment tout ça marche, du coup l'étalage de détails fatigue la lecture.

Mais ce qui m'a fait décrocher au bout de 350 pages sur les 650 que comptent le livre, c'est la vacuité de tout ce merdier. Autant Carbone modifié était un polar bien gaulé avec une intrigue tarabiscotée qui mettait intelligemment en scène la technologie du transfert de corps, autant ses suites sont un délayage continu sans réel intérêt. Les personnages défilent, aussi lisse que des prothèses chromées. Et c'est bavard un auteur qui n'a rien à dire : une scène de cul, une baston, des divagations techno-corporelles, des considérations politiques simplistes, des scènes de surf indignes de Point Break...

C'est vraiment dommage qu'après un bon roman cet auteur se soit laissé aller à pisser de la page en série pour continuer sur sa lancée. On dirait un chanteur qui a une bonne chanson et qui compose à la va-vite 9 autres rengaines pour pouvoir faire un disque.

Même si l'autre titre de Richard Morgan, Black Man, ne met pas en scène Kovacs, je ne me sens pas le courage de rempiler. Et en plus, l'auteur s'est lancé dans une trilogie fantasy intitulée A Land Fit For Heroes. Quelqu'un a goûté ?

8 commentaires:

  1. Moi j'ai bien aimé Woken furies alors que Fallen Angles m'avait gonflé. Black man est vraiment sympa et différent. Si tu veux continuer sur Morgan c'est peut-être un meilleur choix que "A land fit for heroes" qui est semble-t-il un roman de fantasy sexuellement explicite et gay. My my...

    RépondreSupprimer
  2. « Et en plus, l'auteur s'est lancé dans une trilogie fantasy intitulée A Land Fit For Heroes. Quelqu'un a goûté ? »

    Oui. Martlet.

    Aux dernières nouvelles, ce sera en mars chez Bragelone sous le titre Terres de héros, tome 1 : rien que l'acier.

    RépondreSupprimer
  3. A ben bravo. Furies Dechainées est arrivé dans ma BAL il y a deux jours et ton avis risque de lui faire passer 6 mois sur l'étagère. Si ce livre commence à se plaindre, je lui donnerai l'adresse de ton blog.

    RépondreSupprimer
  4. En fait, cette trilogie est à l'image de ma relation avec le Cyberpunk en JdR :

    Au début, je m'éclate, l'univers propose tant de possibilités.
    Ensuite, je me rends compte que ce qu'on m'a vendu ne correspond pas à ce à quoi on joue.
    Finalement, le matos s'impose à l'univers et écrase tout.

    RépondreSupprimer
  5. Assez d'accord sur ton avis sur Furies déchaînées, même si je l'ai trouvé un poil plus intéressant qu'Anges déchus. Par contre, je suis aaux environs du 1/4 de Black man et là, ça dépote pas mal. Peut-être le fait de repartir sur un univers (presque) neuf ...

    RépondreSupprimer
  6. Black Man rulez. Aucun doute la dessus :-)

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme5/2/10

    J'ai lu "Steel Remains", le bouquin fantasy de M. Morgan et je pense que le résumé de Gromovar est parfait : "fantasy sexuellement explicite et gay."
    Son livre n'apporte ainsi rien de nouveau au genre. Il a fait du Kovacs version sword & sorcery, c'est tout. L'homosexualité de son héros n'est qu'un outil pour décrire des scènes de sexes assez trash... sans parler du petit penchant pour les jeunes pré-pubères, en plus...
    Au final, le livre est gâché car trop de scènes de culs. Pourtant l'intrigue, les autres personnages et le monde inventé semblaient prometteurs...vraiment dommage.
    Il faudra que de l'eau coule sous les ponts avant que je rachète un autre livre de M. Morgan

    RépondreSupprimer
  8. Anonyme18/2/10

    Ben moi j'ai beaucoup aimé Carbone modifié, beaucoup moins anges déchus, un peu moins furies déchainées, mais alors pas du tout blackman. J'ai vraiment galeré pour le terminer ce bouzin...

    RépondreSupprimer