24/01/2011

L'art invisible


Je l'avoue : je n'aime pas le trait de Scott McCloud. Ça fait des années que je passe devant ce livre sans arriver à dépasser la couverture. L'effet des petits carreaux sur sa chemise, les lunettes rondes qui lui bouffent la moitié du visage, sa main droite qui ne ressemble à rien... Dans le genre moche, cette couverture bat des records. Mais bon, ça fait aussi des années que Philippe insiste pour que je lise L'art invisible, et comme d'habitude, il m'a eu à l'usure.

Donc, Scott McCloud, après avoir publié juste une BD (Zot!) a décidé de donner des leçons sur la BD. Présomptueux, le gamin. Et pourtant, malgré la relative jeunesse de son auteur, le bouquin est super intelligent. McCloud essaye de définir la BD, remonte dans l'Histoire pour voir d'où la BD contemporaine tire ses origines, analyse le découpage, explique le concept de l'ellipse, aborde rapidement la couleur... C'est un voyage hallucinant. D'autant que pour expliquer la BD, McCloud fait une BD. Le lecteur a donc une application directe des principes théoriques évoqués dans les bulles.

Et ce n'est pas un livre uniquement accessible aux dessineux. La preuve, je n'ai jamais dépassé le stade des smileys dans mes portraits et pourtant j'ai savouré les précisions techniques de McCloud. Car comme il a une culture BD très large, il est capable d'aborder aussi bien les auteurs américains que de parler de Hergé ou des mangas pour appuyer son propos. Idem, il fait allusion à des tableaux célèbres (c'est le premier qui a été capable de m'expliquer en une phrase pourquoi La grande vague de Kanagawa est si bien construite), on est très loin du type dont la seule culture s'étend des X-Men à Spiderman.

Des défauts ? Quelques redites. Et surtout, le livre a été écrit en 1992. Oui, presque 20 ans. McCloud aurait sans doute des tas de choses à raconter sur les BD des deux dernières décennies et surtout pourrait aujourd'hui ajouter un chapitre complet sur l'utilisation de l'art pictural dans l'informatique. D'autant que Scott McCloud a bossé pour Google en réalisant une BD de 39 pages pour expliquer son navigateur Chrome (et son trait s'est modifié en 15 ans, je trouve son dessin désormais bien plus efficace).

Je n'avais jamais pensé à ce qui se passait entre deux cases. Depuis que j'ai terminé L'art invisible, je regarde mes BD autrement. C'est comme si Scott McCloud m'avait ouvert les yeux. Et dire qu'il a écrit tout ça à 32 ans. Mais paradoxalement, ce théoricien hors pair n'a aucun succès commercial à son actif. Comme quoi...

5 commentaires:

  1. Ah ah j'ai gagné !

    Mais si, ce type a un succès commercial à son actif : l'Art invisible, justement. :)

    Si tu veux continuer, je te conseille l'update où tu trouveras plein de développements sur les ordinateurs, Internet et la BD dans "Réinventer la bande dessinée", peut-être un peu moins réussi (un peu sentencieux parfois) mais quand même bien ébouriffant. "Faire de la bande dessinée" est dans ma PAL, mais certains le considèrent comme un update de l'Art invisible, mâtiné de conseils pour faire de la bande dessinée. Je t'autorise à attendre mon billet pour le lire aussi, éventuellement.

    RépondreSupprimer
  2. Il existe deux autres livres théoriques de Scott McCloud :
    - "Réinventer la Bande Dessinée" s'intéresse justement aux nouveaux médias, et même s'il date un peu certaine réflexion sont encore d'actualité. Certaines de ses pistes ont même été suivies par l'industrie :)
    - "Faire de la Bande Dessinée" est beaucoup plus récent et essaye de définir des méthodes de conception de BD, en s'intéressant à la narration, et pas au dessin. On est loin des "dessine des mangas/super-héros" qui ne s'intéresse qu'à l'approche graphique.

    Et puis sinon, il y a des bonus sur le site de l'auteur, notamment sur la couleur et sur les perspectives offertes par internet.

    RépondreSupprimer
  3. Zut, Munin a été preums :)

    RépondreSupprimer
  4. Il y a d'autres théoriciens de l'art séquentiel, mais McCloud a le *gros* avantage d'être accessible :-)

    Faudrait plus que qqn fasse un topo de même genre pour le jeu de rôle...

    RépondreSupprimer
  5. Je l'avais entamé sans le finir il y a quelques années (mais ça viendra) et j'avais trouvé ça vraiment intéressant. En effet accessible à tout le monde, c'est très compréhensible et bien illustré.
    C'est vrai qu'en vingt ans le media a bien changé et que le bouquin mériterait une actualisation. En attendant il pose de bonnes bases. :)

    RépondreSupprimer