21/10/2013

Le Prisonnier de Zenda de Anthony Hope


Je lis au fil de l'eau ces "classiques" Anglais du XXè siècle que j'ai acheté il y a quelques semaines dans un aéroport. Après The Man who was Thursday, j'ai donc récemment lu The Prisoner of Zenda (le Prisonnier de Zenda), à ne pas confondre avec le jeu Nintendo dont le nom est légèrement inspiré du titre de ce bouquin de Anthony Hope.

The Prisoner of Zenda se passe au début du XXè siècle et raconte l'histoire de Rudolf Rassendyll, un jeune aristocrate anglais aussi flegmatique qu'oisif qui, lassé des récriminations de sa belle-soeur sur son manque d'activité décide de se rendre en Ruritanie. La Ruritanie est un petit royaume Européen qu'on imagine entre l'Allemagne et la Pologne, ou peut être la Tchéquie. Toujours est-il que l'histoire familiale des Rassendyll prétend que Rudolf et son frère ont du lointain sang royal Ruritanien puisqu'un lointain souverain aurait séduit leur aïeule. Rudolf décide donc de se rendre au royaume de ses prétendues origines.

Mais aussitôt arrivé et par un hasard heureux, il fait la rencontre du roi, la veille de son couronnement. Or celui-ci est un sosie parfait de Rudolf, et s'appelle également Rudolf. Aussitôt cette découverte faite, notre héros se retrouve embarqué dans des intrigues de cour manigancées par l'infâme Black Michael, le frère du roi. Bien, vite, Rudolf se retrouve à devoir prendre la place du souverain légitime. Temporairement, lui dit-on. Ou pas.

Zenda est un roman sans grande prétention, mais tout à fait plaisant. Pour qui aime Dumas, Féval et les romans de capes et d'épées, on y trouve là le pendant Anglais (le roman a été publié en 1894). Il a le mérite également de mettre en scène avec maestria ce grand classique de la littérature et des films de mystère à savoir la substitution du sosie.

Il y a aussi un petit côté Princess Bride dans le décor du royaume de Ruritanie, et je ne serais pas surpris que Zenda ait été une inspiration pour le Florin de William Goldman, ou alors que ce procédé ait constitué un hommage à Zenda.

Bref, une lecture légère et tout à fait rafraîchissante que je ne peux que recommander à qui cherche un roman d'action et d'intrigue plaisant et délicieusement suranné.

Je n'ai pas trouvé de version papier en Français, mais Zenda est disponible gratuitement pour le Kindle donc j'imagine qu'étant libre de droit on doit pouvoir facilement le trouver en VF en format électronique au moins.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire