21/11/2013

[Godlike] L'Île de Ludnikov - Episode 2


(Lire l'Episode 1)

Chernov leur dit qu'ils feraient mieux d'attendre un peu que les observateurs Allemands se focalisent sur une autre zone de la ligne de front. Lev a mal, il est de mauvais poil et commence à descendre à grande vitesse de la Vodka. Après de longues minutes d'attente, Stepan se glisse hors du sous-sol, visant directement la rangée suivante de maisons communautaires. Il n'est pas aussi silencieux qu'il le souhaiterait, mais il entend quand même dans l'obscurité un son qui provient des lignes Allemandes. Stepan s'immobilise et active ses pouvoirs. Il perçoit immédiatement, impossibles à rater, la trace de présences humaines. Ils sont 5, à moins de 50 mètres de lui. Lentement, il épaule son fusil et aligne la silhouette la plus proche, celle qui s'avance vers lui.

Derrière lui, Micha qui a décidé de laisser Lev baigner son mal de tête dans la Vodka chuchote un "pourquoi tu t'es arrêté?" Stepan fait un geste en direction des lignes Allemandes. Micha rampe pour se mettre en position et aligne sa mitraillette dans la direction indiquée. Stepan vise la silhouette qu'il perçoit dans l'obscurité, tire, mais rate son coup. Quelques secondes plus tard, il entend un son métallique sur la pierre non loin de lui: une grenade! Il se jette dans un cratère et parvient à se protéger de l'explosion, mais pas assez toutefois pour éviter un éclat qui lui perce le bras gauche. Micha tire à son tour, sur le premier Allemand, puis le second. Il attire du feu en retour, mais les balles rebondissent sur sa peau sans causer de dommages. Il arrose dans l'obscurité vers la direction d'où il a aperçu du mouvement, et entend un cri de douleur. Stepan rampe pour s'éloigner le plus possible juste au moment où une mitrailleuse fait feu sur Micha. Celui-ci se jette au sol, et rampe dans un cratère. Maintenant, les hommes de Chernov ont repéré les Allemands et tirent à leur tour depuis le sous-sol de leur Maison, forçant la patrouille Allemande à une retraite précipitée. Stepan les observe et perçoit qu'ils emportent leurs blessés avec eux.

Micha est maintenant harcelé par une mitrailleuse Allemande, et il reste planqué dans son trou. L'ennemi finit par se lasser, et les tirs s'arrêtent enfin, mais quelques instants plus tard Micha entend le sifflement caractéristique d'un tir de mortier. Il regarde au-dessus de lui et est ébloui par l'explosion d'un obus de signalisation. Stepan a recommencé à ramper mais n'ose pas se diriger vers la Maison qu'ils essaient d'atteindre: elle vient d'être amplement éclairée. Micha quand à lui, baigné dans la lumière rouge, décide de ne pas attendre de voir si sa peau résiste à un obus de mortier. Il court droit vers la Maison, ignorant les balles qui rebondissent sur son corps et les cris qui fusent de partout. Il arrive à bon port quelques instants avant que des obus ne dévastent la zone qu'il occupait quelques instants plus tôt.

Stepan est parvenu à la Maison qu'il visait, celle qui jouxte la 41, et doit répondre à un barrage de questions pendant qu'un gars le panse. Que fait-il ici? Est-il fou? Qui est l'autre gars? Pourquoi cet autre gars n'est-il pas mort?

- "Ici, on aime pas trop les gars qui meurent pas quand on leur tire dessus..."

Un peu plus tard, Micha se glisse à travers l'entrée, arrivant de la Maison précédente. La 41 est la prochaine dans la rangée, et ils apprennent que personne ne donne de signe de vie, mais qu'il y a un Russe mort à l'extérieur. Les hommes de la Maison 45 où ils sont parvenus ne manifestent aucune sympathie pour Micha, l'homme invisible, mais ils compatissent au sort de Stepan, l'homme normal dont les talents sont moins évidents. Ils acceptent de fournir des tirs de couverture quand les deux hommes courront vers la 41.

Après avoir attendu un peu que les choses se calment, Micha sort de la maison, visant directement la Maison 41 à 20 mètres de là. Stepan le voit plonger dans le trou qui mène à la cave de la 41, puis il perçoit que s'y trouvent quatre hommes, dont trois bougent frénétiquement. Il se rue à l'intérieur et aperçoit Miucha au sol, un pistolet pointé sur son front par un homme en uniforme Russe. Après s'être rassuré que Micha et Stepan sont des alliés, l'homme leur dit qu'il est le Caporal Donskoi, et qu'il a peu d'espoir de survivre à l'aube prochaine.


Micha et Stepan remarquent que les deux soldats qui se tiennent près d'eux ont l'air épuisés, et que le troisième est bâillonné et attaché dans un coin. Donskoi leur explique que ce soldat a essayé de se suicider, et que le quatrième homme, lui, y est parvenu. Donskoi et l'autre soldat ont repoussé le dernier assaut Allemand à la volonté pure, mais le prochain sera fatal. Bien que réticent à en parler, Donskoi précise que les Allemands ont un officier qui parle Russe et dont le mépris pour la soi-disant race slave est tel que lorsqu'il parle dans son mégaphone depuis la maison à côté on se sent tellement submergé de honte et de haine pour soi-même que le suicide ou la prostration dans une soumission abjecte semblent les seules options viables.

- "Seuls les hommes forts comme moi, ou les hommes stupides comme ce soldat, peuvent supporter une telle chose. C'est la pire chose que j'ai entendue de ma vie, et croyez-moi on m'a traité de merde plus qu'à mon tour. "

Il est décidé que Stepan, qui est un homme stoïque, va attendre que le propagandiste Allemand fasse son discours pendant que les autres se boucheront les oreilles jusqu'à ne plus rien entendre. Après que le discours soit fini, ils prétendront s'être suicidés collectivement, et trucideront les Allemands qui entreront dans le sous-sol pour vérifier.

Quand le Nazi prend la parole à travers son mégaphone, juste avant l'aube, Stepan se prépare mentalement. Jamais il n'a entendu quelque chose qui s'approche de ce mépris qui dégouline de chaque phrase. L'homme explique que les Rus sont des sous-hommes, que leur place est au pied de leurs maîtres germaniques, et d'autres atrocités du genre. La conviction de l'homme est audible dans sa voix, sa sincérité évidente, et c'est ce qui rend son discours si difficile à entendre, lorsqu'on on se rend compte qu'un autre homme puisse vous considérer comme si peu. Mais quand l'homme finit son laïus xénophobe, Stepan est empli de haine, pas de désespoir. Il fait signe à ses camarades et se prépare à tuer.

Il détecte quelques hommes qui s'approchent par le côté sans issues de la maison, à l'opposé du trou par lequel Michal et lui ont rampé à l'intérieur. Toutes les issues ont été barricadées, et il n'y a pas la place de lancer une grenade ou même de pointer un fusil. Stepan perçoit deux hommes qui se  penchent de l'autre côté du mur puis s'éloignent en courant. Micha, Stepan, Donskoi et le soldat survivant s'éloignent rapidement dudit mur vers la sortie, tirant avec eux le camarade suicidaire pour le protéger au mieux. Quand la charge explosive détonne, elle perce un trou dans la barricade et projette des débris et de la fumée à l'intérieur, mais personne n'est blessé. Micha est sur le qui-vive, et il lance une grenade dans le trou qui blesse les premiers hommes qui s'apprêtaient à passer, et leur fait lâcher leur propre grenade. Le reste des Allemands se carapate, mais Micha continue de viser l'issue nouvellement créée. Stepan lui, sort du sous-sol et se planque près du mur extérieur pour surprendre quiconque voudrait les prendre à revers.

Quelques seconds plus tard, une grenade habilement lancée passé à travers le trou et atterrit aux pieds de Donskoi. Avant que quiconque n'ait le temps de réagir, le soldat survivant se jette dessus, protégeant son caporal et Micha. Il meurt dans un geyser de sang et de tripes qui arrose les survivants. Micha avance vers le trou en tirant au jugé, mais quand une seconde grenade atterrit à l'intérieur, c'en est trop pour Donskoi qui saute dans la tranchée et abandonne la maison. La grenade explose, blessant grièvement le soldat suicidaire qui est toujours baillonné et ficelé dans un coin. Micha lui n'est pas affecté. Les shrapnels déchirent ses habits mais n’entament pas sa peau de surhomme. Il se met en embuscade près du trou, espérant que les Allemands croient maintenant la voie libre.

Pendant ce temps, à l'extérieur, Stepan perçoit que les soldats ennemis, soutenus par l'arrière, avancent le long des murs pour attaquer la maison par la tranchée du côté Russe. Il se redresse au coin de la maison, glisse son bras et sa tête de l'autre côté et tue le premier soldat d'une balle à la tête. Mais avant qu'il ne se soit remis à couvert, une mitrailleuse réglée sur sa position le touche au torse. Les Allemands ralentissent tout de même leur avancée, surtout lorsque la maison 45 commence à arroser leurs positions.

Micha reste immobile tandis qu'une nouvelle grenade explose dans le sous-sol, tuant le soldat blessé. Il tire sur un Allemand qui se jette dans le trou, mais le rate. Il tire de nouveau alors que l'homme se relève, cette fois avec succès et le tue. Encore une grenade qui ne l'égratigne même pas, et cette fois-ci un Allemand se glisse prudemment, en rampant. Micha met calmement son pistolet entre les deux yeux de l'homme et tire. Il tire le corps à l'intérieur: un uniforme Allemand propre, ça peut servir… A ce moment là, il entend la voix du propagandiste Nazi qui reprend dans son mégaphone, mais il exerce toute sa volonté pour résister à l'effet mortifère de ses propos, et y parvient tellement bien que rapidement la conviction de la voix faiblit, puis qu'elle s'arrête.

L'assaut s'éteint quelques instants, les deux camps évaluant leurs options. Donskoi a fui vers la maison 45 et Stepan est seul, dégoulinant de sang, mais il lance une grenade à l'aveugle lorsqu'il détecte un mouvement de l'autre côté du mur. Il ne tue personne, et quand une grenade Allemande atterrit à ses pieds, il n'a pas d'autre choix que de sauter dans la tranchée. Quand il lève les yeux, il aperçoit un officier Allemand vêtu d'un manteau de cuir et d'une casquette qui marche calmement vers lui malgré une pluie de balles Russes venant de la maison 45. Les balles semblent s'écraser sur son manteau, et ne lui font aucun mal. Stepan comprend que comme lui, l'homme est un Talent. L'officier a un Lüger à la main, et vise calmement Stepan qui est encore allongé sur le dos dans la tranchée. Stepan tire avant que l'homme n'appuie sur la gâchette, mais le rate. Le Talent Allemand sourit, tire et pulvérise le bras droit de Stepan. Stepan saute et court pour sauver sa peau vers la maison 45, l'Allemand tirant de nouveau mais le ratant. L'homme rigole et crie "cours, petit Rus!"

Micha, pendant ce temps, confiant dans le fait que personne n'osera pénétrer dans le sous-sol, a l'idée de se déguiser en soldat Allemand, utilisant l'uniforme du soldat Allemand qu'il a tué. Il est à moitié nu, vêtu seulement de pantalons Allemands lorsque l'officier qui a allumé Stepan saute négligemment dans la tranchée et entre dans la maison par l'autre côté, enveloppé de son grand manteau. Micha attrape sa pelle et donne un grand coup à l'homme, mais le rate. L'homme quand à lui tente de tirer sur Micha mais échoue également. L'officier grogne, dégoûté: "Ne bouge pas, Rus!" C'est alors que Micha le frappe à travers sa casquette avec la tranche de la pelle, sectionnant son crâne en deux comme avec une hache. L'homme tombe au sol, mais Micha, enragé, le frappe encore et encore, conscient qu'il s'agissait là d'un Talent. Il est couvert de sang et de cervelle lorsqu'il est touché dans le dos par une balle de mitraillette, que sa peau repousse toutefois. Il se retourne, à demi-nu, vision terrifiante pour les trois membres des troupes d'assaut qui viennent d'entrer par le trou dans le mur côté Allemand. Il charge, la pelle au-dessus de la tête en hurlant. L'un des trois homme bondit en dehors de la maison pour s'enfuir, le second esquive un coup de pelle et rentre dans le sous-sol, et le dernier tombe à genoux, tentant de protéger sa tête avec ses mains et ses bras. Micha lui tranche un bras d'un coup de pelle puis le finit.

Quand il émerge du sous-sol, les deux autres ont fui, et les Allemands se replient. L'assaut a été brisé de nouveau. Micha remarque un autre Talent qui est en train d'utiliser ses pouvoirs. Il est en haut d'une immense cheminée de l'usine de munitions prise par les Allemands il y a quelques jours. Micha se jette à l'intérieur de la maison 45 alors qu'un obus de 120 mm tombe exactement à l'endroit où il se tenait il y a quelques secondes, créant un nouveau cratère au milieu de la tranchée.


A l'intérieur de la maison 45, Micha attend, les pensées sombres, écoutant l'artillerie Allemande qui pilonne méthodiquement la tranchée entre les deux maisons. Stepan saigne, étalé près de Donskoi. Les soldats n'ont ni le matériel ni l'expertise pour faire quoi que ce soit à un homme qui a subi de tells blessures. Il saignera à mort s'il n'est pas rapidement ramené à l'arrière, mais c'est l'aube maintenant, et il n'est pas question de le déplacer de jour à moins d'avoir le goût du suicide…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire