24/11/2013

La Tectonique des plaques


Je ne connais pas Margaux Motin. Faut dire qu'elle publie dans Muteen, Cosmopolitain, Marie Claire, Têtu, Elle.. et je suis bêtement pas le cœur de cible de ces publications. Pourtant la couverture de sa BD m'a tout de suite accroché l’œil en librairie. Je l'ai ouverte au pif, et je suis tombé sur une blague hyper crue, qui tranchait avec la joliesse du trait et des couleurs. Ça m'a tout de suite séduit, comme mélange.

Et donc, Margaux est une mère trentenaire et monoparentale qui dessine pour la pub et les magazines. Au début de La Tectonique des plaques, elle est de retour dans le célibat, et c'est la réémergence de l'aspect un peut pétasse de sa personnalité après la vie de couple plus contraignante. Elle se lâche. Elle boit, elle fume, elle relâche son autorité sur sa fille. C'est le juste retour du balancier. Et c'est fait avec mauvaise foi et classe. C'est définitivement parisien. Il y a un petit côté Sex in the pity vraiment rigolard et moqueur, si bien que ces anecdotes de vie sont savoureuses d'humour sur soi. Elle s'assume.

Son blog permet de se donner une bonne idée de son univers graphique et de sa douce folie.

Moi, je suis sous le charme.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire