04/04/2014

Progenitor de Greg Stolze


Greg Stolze n'est jamais aussi bon que quand il manie des concepts. Comme Kenneth Hite, c'est une fontaine à bonnes idées, et lorsqu'elles sont bien mises en musique ça donne des choses vraiment exceptionnelles. Progenitor, c'est un contexte de jeu alternatif pour le JdR de Super-Héros Wild Talent, et c'est également un des univers de super-héros les plus étonnants et puissants qu'il m'ait été donné de lire.

Un mot sur Wild Talents: c'est (à mon avis) un bon système pour faire du super-héros, peut-être un peu trop crunchy à mon goût, mais qui donne vraiment envie de créer des persos intéressants, et qui repose sur le principe que les pouvoirs sont soit limités en puissance, soit ont au moins autant de défauts que de puissance. C'est un parti pris intéressant, et si l'ambiance du jeu n'est pas aussi 'jusqu'à l'os' que son ancêtre Godlike, c'est une bonne base systémique. Par contre, il faut reconnaître que le contexte par défaut du jeu n'a pas grand intérêt, et c'est là que Progenitor apporte quelque chose de vraiment chouette.

Le principe de Progenitor est simple à la base, mais il a des conséquences énormes à la fois sur l'univers lui-même et sur les thématiques du jeu. Le concept qui apporte le sel à cet univers est le suivant: ceux qui sont confrontés à des pouvoirs de super-héros deviennent des super-héros eux-mêmes, bien qu'un peu moins puissants. On pourrait comparer ça à une maladie virale, d'une certaine manière.

L'uchronie de Progenitor commence pendant la guerre du Vietnam: le premier super-héros (le Progeniteur), une américaine du middle west décide d'intervenir, et renverse le conflit... jusqu'à ce qu'elle se rende compte de certaines atrocités commises par les Américains. A ce moment là elle se retire du conflit... sauf que certains des militaires vietnamiens qui ont survécu à ses assauts développent des super-pouvoirs à leur tour.

Voilà le point de départ d'un univers de jeu qui est proposé clé en main, sans scénarios mais avec une trame complète qui s'étale sur 30 ans, un nombre presque invraisemblable de PNJs, du plus puissant aux personnages secondaires qui affectent la trame d'ensemble. Le MJ a tout ce qu'il faut pour mettre en scène une campagne épique, soit en marge de la trame d'ensemble soit en leur donnant l'opportunité de l'altérer.

Tant au niveau du concept qu'au niveau du matériel mis à disposition, Progenitor c'est le tout haut du panier des suppléments de contexte. Pour ce qui concerne les univers de super-héros, Progenitor est de plus fermement original et néanmoins jouable. A la lecture on est enthousiasmé par les possibilités, et par un concept non seulement intéressant, mais de plus avec un véritable impact sur le jeu: l'utilisation de ses pouvoirs risquant de créer d'autres supers, chaque héros doit se poser des questions sur la pertinence de s'en servir. Une variante du "with great powers come great responsability" où les conséquences des pouvoirs sont directement tangibles.

Le principal défaut de forme, c'est un pavé de presque 400 pages écrites tout petit. Autant la trame historique est facile à lire, presque comme on lirait un roman, autant le catalogue de PNJs est à mon avis à décortiquer uniquement si l'on a l'intention de jouer dans cet univers, tant il est indigeste passé les 10-12 personnages essentiels.

Néanmoins, je recommande chaudement la lecture de ce pavé, et ça tombe bien, parce que pendant les 24 heures qui viennent il est gratuit. Il fait partie du Free Bundle de Drivethru offert dans le cadre du Tabletop Day. Mais si vous lisez cela trop tard pour bénéficier de l'offre gratuite, ne passez pas à côté pour autant: Progenitor vaut largement ses $23 même si vous n'êtes pas sûrs de vous en servir ou que vous ne possédez pas Wild Talents: c'est bourré d'idées et de concepts susceptibles de resservir ailleurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire