20/01/2015

La Balade de Yaya de Omont et Zhao



Shanghai, 1937.

Les Japonais attaquent la ville par le fleuve et par les airs.

Yaya, une petite fille riche, prodige du piano, fugue pour ne pas rater le concours du conservatoire alors que ses parents veulent fuir à Hong-Kong.

Tuduo et son petit frère, orphelins, sont exploités par le vil Zhu. Tuduo décide de s'enfuir. Il confie son frère aux bonnes soeurs pour que Zhu ne le retrouve pas.

Dans les décombres, Tuduo et Yaya se retrouvent et s'entraident. Tuduo décide d'emmener Yaya à Hong-Kong pour qu'elle retrouve ses parents. Mais Zhu a flairé une occasion de s'enrichir, et il est à leurs trousses.

La Balade de Yaya c'est une sorte de road movie Chinois d'apparence enfantine. En fait, la magie opère entre autres parce que le récit n'élude pas la dureté de la vie, surtout de la vie en temps de guerre, et ce malgré le fait que les personnages soient de jeunes enfants. La plupart des adultes qui semblent spontanément aider Tuduo et Yaya ont une idée derrière la tête, on croise des villageois vénaux, des brigands esclavagistes et... des soldats japonais.

Le graphisme Manhua et le fait que le voyage se passe fréquemment dans de magnifiques paysages confèrent une grande fraîcheur à cette histoire qui est vraiment très bien menée: les personnages sont attachants, il y a juste assez de drôlerie pour que le pathos ne l'emporte pas, mais si les personnages sont parfois naïfs, le récit ne l'est pas. Les amateurs de Miyazaki s'y retrouveront, même si la comparaison est très imparfaite.

Bref, c'est une belle découverte que je vous conseille vivement. Vos enfants pourront le lire dès qu'ils seront en âge de le faire, mais ça ne vous empêchera pas (au contraire) d'apprécier vous même cette Balade en Chine.

(La Balade de Yaya sort en petits fascicules, mais les intégrales sont en format Européen. Il y a huit fascicules de sortis, réunis pour le moment en deux intégrales de trois fascicules.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire