16/03/2015

La Longue Guerre de Terry Pratchett et Stephen Baxter



J'avais beaucoup apprécié La Longue Terre, le premier tome de cette trilogie de Pratchett et Baxter, c'est donc tout naturellement que j'ai acheté La Longue Guerre (The Long War). Mais bizarrement, et pour une raison que j'ai mis un moment à m'expliquer, j'ai eu beaucoup plus de mal à rentrer dans ce second tome que dans le premier.

J'ai fini par comprendre que la raison en était toute simple: les personnages de Pratchett et Baxter sont assez oubliables. Ce qui fait l'intérêt de cette série, c'est l'exploration des implications d'une multitude de terres parallèles et son impact sur la société humaine. Mais il faut reconnaître que les personnages "principaux" sont relativement fades, ou alors tellement caricaturaux qu'ils en deviennent fades.

Heureusement, aux questions posées dans le premier tome s'en rajoutent d'autre qui font qu'on est tenu en haleine non pas par les aventures des personnages mais par la méta-aventure de la Longue Terre. Le point de départ de ce second tome, qui se passe une dizaine d'années après le premier, c'est une sorte de déclaration d'indépendance de communautés d'origine Américaine mais éloignées de la terre principale d'une centaine de milliers de sauts. Les colons en effet, largement autonomes, ne voient pas pourquoi ils devraient payer des taxes et se soumettre à un gouvernement pour lequel ils n'existent pour ainsi dire pas.

Tout au fil du roman, on sent la tension monter, à travers différents protagonistes: Joshua et Sally, héros du voyage exploratoire du premier roman vont tenter de retrouver les Trolls qui fuient massivement les communautés humaines qu'ils ont pourtant aidé à bâtir en raison des mauvais traitements qu'ils subissent. De l'autre côté de la terre principale, une équipe Chinoise effectue des sauts successifs jusqu'à des terres distantes de millions de sauts, où l'évolution a pris des itinéraires méconnaissables. Pendant ce temps, sur la terre principale la Longue Terre devient un sujet éminemment politique.

Le thème de ce second roman, au fond, c'est la guerre (comme le titre laisse l'entendre) non pas au sens d'un conflit que le roman décrirait, mais d'une question récurrente sur la motivation de la guerre: à l'heure où les ressources sont abondantes, peut-on encore se faire la guerre, et si oui, pourquoi le ferait-on (et comment le ferait-on ?)

On continue donc dans la lancée du premier tome, avec toujours cette distance un peu trop grande par rapport aux personnages mais un concept à la fois intriguant et passionnant. Je ne manquerais pas de lire le troisième tome lorsqu'il sortira en poche. Je ne sais pas, avec la disparition de Terry Pratchett, si le quatrième tome prévu pour 2015 verra le jour.

2 commentaires:

  1. Le quatrième tome est annoncé pour juin, je ne serais pas surpris qu'il ait déjà été rédigé (il a même une couverture), la question se pose par contre pour le cinquième (cinq tomes avaient été annoncé).

    Sinon la longue guerre est pour moi le plus faible des trois, au niveau World Building le premier et le troisième sont, je trouve, beaucoup plus intéressants.

    RépondreSupprimer
  2. Y a-t'il des choses que tu ne saches pas, Cédric ???

    Merci pour ces précisions.

    RépondreSupprimer