12/05/2015

Feng Shui 2


Pendant notre service national, il y avait dans notre chambrée un petit téléviseur et un lecteur VHS.  Je ne vous raconte pas la misère sexuelle que peut représenter le spectacle de 10 gugusses qui regardent ensemble un des nombreux films de cul qui pullulaient dans la caserne. Une fin de semaine, j’ai dû rester dans mon régiment (alors que la majorité de mes petits camarades rentraient chez eux en train) car j’avais fait une blague qui n’avait pas plu à un sous-officier. Je me suis donc retrouvé pendant deux jours avec la clique des appelés qui habitaient trop loin pour rentrer chez eux. Un étrange groupe, ces gars-là. Les engagés n’étaient pas là le samedi et le dimanche, du coup la hiérarchie prenait le large pendant ces deux jours, et l’aspirant calédonien qui paraissait intraitable en semaine devenait soudain un bon compagnon de désœuvrement. Je n’ai jamais autant joué au babyfoot de ma vie. Et dans cette fine brochette de réprouvés, il y en avait un qui avait une collection de cassettes vidéo bien différente de celle qui circulait de chambrée en chambrée. Dessus, on pouvait lire un logo noir et jaune qui annonçait « HK VIDEO ».

Tout ça pour dire que Chow Yun Fat, John Woo et toute la clique, ça fait un bail qu’ils squattent mon imaginaire. Bien avant qu’Hollywood ne les digère, même. Pourtant, je n’ai jamais fait jouer dans cette ambiance débridée. Oh, j’ai un peu flirté avec cet aspect cinématographique dans un début de campagne Qin, mais jamais au point de dire ouvertement « On va faire du HK RPG ». Pourtant les gens me parlaient de Feng Shui avec enthousiasme, au point de me faire acheter le livre de base en français. Hélas, sur la forme, c’est l’un des bouquins les plus moches de ma collection. Je sais qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture, mais même la mise en page de cette traduction fait tout pour ne pas me donner envie de lire ce jeu. Je l’ai feuilleté, j’ai vu des gorilles mutants et des listes d’armes, et j’ai acquis la certitude que ce jeu n’était pas pour moi.

J’ai donc abordé cette nouvelle édition de Feng Shui avec scepticisme. Et surprise, j’ai adoré ma lecture. Pas de création de personnage : on prend un des 36 archétypes proposés, et c’est parti. Les règles de base sont simples : ce qui impressionne, c’est la longue litanie de pouvoirs proposée. Mais une fois qu’on comprend qu’il ne faut pas les connaître tous par cœur et qu’un PJ qui débute en connaît 4 ou 5, c’est finalement pas compliqué. Et à l’instar de Spirit of the Century qui fait dans le pulp grâce à des stunts inspirés, les schticks de Feng Shui aident les joueurs et le MJ à se mettre dans le bain de l’action non-stop. Même le système d’initiative, qui gère plus le temps de présence du personnage à l’écran qu’autre chose, soutient l’ambiance de castagne. Et oui, il y a plusieurs pages d’armes, mais finalement elles se définissent simplement en 3 caractéristiques : les dégâts qu’elles font, leur discrétion quand on les cache sous son manteau à la Highlander et les chances qu’il faille remettre des balles dedans à un moment du combat. Le tout avec des conseils qui ne cessent de répéter que la technique doit se faire oublier pour laisser la place à des descriptions visuelles qui claquent.


Oui, il y a encore et toujours des gorilles mutants. Je trouve toujours ça débile. Mais ce n’est qu’un ingrédient de la recette Feng Shui. Le reste, les combats chorégraphiés, les one-liners moisis, l’humour testostéroné, le plaisir de foutre sur la gueule sur une armée de sbires sans nom, l’impression tenace que le scénario n’est qu’un prétexte à s’amuser… tout ça fait plaisir à lire. Ça swingue. Je veux pouvoir rejouer des fusillades frénétiques comme dans The Killer. Je veux retrouver le nawak d’Histoires de fantômes chinois. J’ai soif de décrire des cabrioles à la Jackie Chan. Pire, ça me me gêne plus autant qu’avant que toutes ces ambiances se mélangent avec des histoires de voyage dans le temps un peu débiles. Jack Burton, merde. Et John Wick. Et Hero. Et Shaolin Soccer. Ça le fait. J’ai enfin compris ce que vous trouviez à ce jeu. Il était temps.

3 commentaires:

  1. Pas mutants. Cybernétiques, les gorilles :)

    RépondreSupprimer
  2. La larme à l'oeil d'entendre parler de HK vidéo. J'avais presque toutes la collection. Tu vends vachement bien ton produit... ça me tenterais presque Feng Shui....Merci pour l'article.

    RépondreSupprimer
  3. C'est parce que maintenant y'a aussi des mutants. C'est compliqué à suivre.

    J'ai aimé ton article Cédric, car du coup je comprends le point de vue de quelqu'un qui n'aime pas Feng Shui. C'est vrai que tant que t'y as pas joué, tu peux facilement trouver ca bordélique et injouable.

    Et la VF avec ses couvertures en 3D dégueulasses n'aide pas :C

    RépondreSupprimer