31/03/2009

Greg Keyes - le Prince charnel

J'ai triché, je n'ai pas lu que de la sociologie.

Note du 3 mai 2009 : ce billet a introduit pour la 1e fois le personnage fictif de Bob. Ayant eu l'heur de plaire aux visiteurs du blog, l'agent littéraire anonyme de l'interview a eu l'honneur de recevoir un nom et un avatar.
Nous sommes donc heureux de vous présenter Bob, que vous pourrez suivre via son tag : Bob.








Dialogue imaginaire entre l'auteur et Bob, son agent


- Alors, Greg, ce premier tome, là, c'était génial ! Tu nous as pondu un super truc : des chevaliers, des prophéties, le Mal personnifié qui sort de sa torpeur millénaire, des princesses, de la magie. J'ai adoré tes nonnes-ninja ! Je suis impatient : qu'as-tu prévu, pour la suite ?
- Hé bien, après le climax de la fin de la première partie, la seconde va aller crescendo jusqu'à la conclusion...
- De quoi ? Quelle conclusion ?
- Ben... du diptyque, tu sais, comme mon premier cycle...
- Allons, allons, Greg. Tu es un auteur de Fantasy. Tu peux faire quand même mieux que deux tomes, non ? Regarde un peu la concurrence : Goodkind, Jordan, Martin, Hobb : tu crois qu'ils font des diptyques ridicules, eux ? Non, quand ils pissent de la copie, c'est par mètre cube ! Tu sais pourquoi on appelle ça de la Big Commercial Fantasy ? Parce qu'elle est Big ! Et comme je n'ai pas envie d'être le premier à lancer la Small Commercial Fantasy, tu vas faire plus que deux tomes.
- On pourrait peut-être faire une trilogie ?
- Bordel, non ! Y'en a marre des trilogies ! Tout vient en trilogie, maintenant ! Les films, les livres, les BD, bientôt même la lessive se vendra en trilogie ! On dit plus "ils viennent toujours par deux, comme les couilles", mais "ils viennent toujours par trois, comme une trilogie".
- Même en appelant ça un triptyque ? J'aime bien le Triptyque des Royaumes d'Epines et d'Os...
- Non ! Une trilogie, c'est un diptyque avec une béquille. Laisse tomber.
- Ben, j'imagine que quatre, alors, comme l'Age de la Déraison ?
- Ah ouais, une quadralogie...
- Tétralogie.
- Pinaille pas. Une tétralogie, c'est mieux, ça. Plus carré. Une quincalogie aurait été pas mal, il y en jamais eu, je crois ?
- Je connais au moins le Guide du routard galactique de Douglas Adams.
- C'est pas une trilogie, justement ?
- Oui, mais en cinq tomes.
- ... On laisse tomber l'idée de cinq. Fais quatre. C'est bien, quatre. La Tétralogie des Royaumes d'Epines et d'Os, ça claque.
- Oui mais...
- Quoi ?
- Je sais pas bien quoi dire, dans le deuxième tome, du coup.
- Allons, allons, Greg. Tu écris de la Fantasy, un genre qui recycle les clichés les plus éculés plus efficacement qu'un politique sur un plateau télé. Je vais te donner quelques ficelles, tu as de quoi noter ?
- Oui, je t'écoute.
- D'abord, tu continues dans le mode choral, comme le premier. Mais tu ajoutes un personnage passif, qui te permet d'ajouter des scènes où tu fais plus de descriptions, sans faire beaucoup avancer les choses. Genre quelqu'un à la cour, mais pas un noble ou un chevalier, c'est déjà fait et eux seraient impliqués dans l'histoire. Non, un observateur, comme un bouffon ou un musicien de cour. Ouais, un musicien de cour, c'est bien. Un type naïf qui débarque, comme ça tu peux présenter comme neufs de son point de vue, des éléments déjà exposés dans le premier tome.
- OK.
- Pour les autres, tu me mets plein de combats et de scènes d'action sans véritable enjeu. Ca va vite ajouter des pages, ça, et ça donnera l'impression d'un rythme trépidant. Tu me suis ?
- Oui, oui.
- Des chapitres courts, qui se finissent toujours par un cliffhanger. Tu t'en fous si c'est complètement artificiel. Il faut un cliffhanger. Du genre, à la fin du chapitre, "soudain, il sentit une main s'abattre sur son épaule ! C'en était fait de lui !'", et quand on retrouve le bonhomme, "Heureusement, il ne s'agissait que de son meilleur copain qui lui faisait une farce !". Ca donne envie au lecteur de tourner les pages, et de toutes façons le temps qu'il retrouve le personnage qu'il a laissé en suspend, avec tous les autres personnages dans l'intervalle qui ont chacun leur chapitre, il a oublié ce qui lui était arrivé. Ca, c'est une recette imparable, c'est l'agent de Martin qui m'a l'a donnée.
- Elle n'est pas de lui, les feuilletonnistes ne faisaient pas différemment.
- Oui, maix eux, ils faisaient pas du choral. Bon, on continue. Pour l'intrigue générale, il ne faut pas que tu en dises trop. Il faut en garder pour les tomes suivants. Donc, tu te calmes question révélations, tu n'introduis qu'un ou deux nouveaux éléments, pas plus.
- Comment je fais ça ? Les personnages devraient bien découvrir quelque chose, si je continue ce que j'ai commencé dans le premier tome ?
- Non, laisse-les patauger, tu laisses planer le doute. Du genre, ils surprennent une conversation mystérieuse entre les conspirateurs, mais ils ne peuvent pas voir leur visage, ou ils interceptent un message codé énigmatique. Comme ça tu ne dis que très peu de choses.
- Bon, d'accord...
- Et puis un gros final où tous les personnages se rencontrent, avec une grosse baston !!!
- Comment je les réunis ? Ils sont chacun à un bout différent du continent ?
- La prophétie, coco. La prophétie, c'est l'anti-page blanche. Chaque fois que tu coinces en essayant de résoudre une contradiction ou un noeud de l'intrigue, tu utilises la prophétie ! Et hop ! C'est le destin. Facile, non ?
- Oui, mais... Tout ça, ça va pas faire un bouquin bien original, je le crains.
- Allons, Greg, à quoi ça sert qu'on mette que tu as été anthropologue sur tous les 4e de couverture ? Tu vas bien nous mettre un peu de langues anciennes, de coutumes tribales ou de trucs comme ça, non ? Garde le côté proto-européen, avec les proto-vikings, les proto-italiens, etc. Ca donnera l'impression au lecteur qu'il se cultive, ça le décomplexera un peu de lire de la Fantasy.
- Ouais, super. Je fais ça.
- Et puis une création originale. Comme tes nonnes-ninja, là. Tu mélanges deux trucs ensemble. Tu vas mettre... des chevaliers-zombies. Ouais. Bonne idée. Des zombies en armure, qui continuent à bouger même après avoir été découpés. Super idée. Ca permettra aussi de garder le côté un peu gore, un peu gritty, comme pour le Trône de fer ou la Compagnie noire. Et puis comme ça, ça fait un chouette contraste avec les jolies princesses qui courent pieds nus sur les paquerettes. Faut plaire à tous les publics, Greg.
- Je mets aussi du sexe, alors ?
- Non, faut pas déconner, non plus. Vaut mieux mettre des enfants éventrés qu'un bout de sein, ça choque moins. On fait de la fantasy gritty, pas de la porn-fantasy.
- Et de la porn-fantasy-gritty ?
- Tu te fous de moi ?
- Non, non...
- OK, si t'as tout noté alors, mets-toi tout de suite au boulot. Je voudrais le manuscrit pour le mois prochain.
- QUOI ???
- Oui, ça serait bien, rapport aux salons, à la promo, tout ça.
- Mais comment je fais, pour écrire un bouquin en si peu de temps.
- Facile. Moins de dialogues ! Ils sont très bons, tes dialogues, mais c'est long à écrire. Va au plus facile à écrire. Des descriptions verbeuses, des scènes d'action qui s'étirent au longueur, voilà la clef. Et puis, ne cherche pas la cohérence : tu as une prophétie, sers-t'en ! Ca permet de justifier toutes les incohérences, de faire intervenir des femmes mystérieuses qui poussent les personnages vers leurs destins avec des propos sybillins.
- D'accord. Je m'y mets.
- Et puis fais-moi confiance : si tu fais tout ce que j'ai dit, même le plus con des blogueurs lira quand même la suite, rien que pour savoir ce qui va se passer.

19 commentaires:

  1. Et Cédric n'eut plus rien à dire.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai pris plaisir à lire cette série, mais du coup j'ai moins envie de me taper la lecture d'autres rommans de Keyes. Tiens, Munin, une série de Glen Cook qui semble pas mal du tout et me parait jusqu'ici moins pompeuse que the Emperor of nothing de Scott Bakker : Chronicle of the Dread Empire. Ca a un petit parfum de Compagnie Noire, mais avec des talibans. Et puis TU DOIS IMPERATIVEMENT lire les bouquins de Usher (aka JP Jaworski) : j'ai carrément trippé à la lecture de "Gagner la guerre". C'est sale, vulgaire, violent, et élégant :-)

    RépondreSupprimer
  3. Keyes :
    Je lirai le tome 3 de toutes façons : s'il est comme le tome 1, je pardonnerai volontiers le tome 2.

    Glen Cook :
    OK, je note. Mais jusqu'ici j'ai jamais bcp aimé Cook, que ce soit pour la Compagnie noire (sauf le tout premier) ou pour Garrett détective privé.

    Jaworski :
    Je viens juste de commencer Janua Vera. Ca commence très bien ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Bon alors je fais quoi, moi ? J'allais donner une seconde chance à ces Royaumes d'Epines et d'Os. J'avais même ressorti le Roi de Bruyère de son tiroir.
    Bon, c'est décidé, je ne lis plus que des diptyques, voire des one-shot. Au moins, si on a pas aimé, on a perdu moins de temps.
    A part ça, tu as mis la barre vachement haut pour la rédaction des chroniques. Ce dialogue imaginaire est une trop, trop bonne idée et réalisée avec brio.
    Chapeau !

    RépondreSupprimer
  5. Merci ! :) Pour la forme, j'ai en effet été inspiré : j'ai eu l'idée, et j'ai pondu le billet en 20 mn, alors que j'ai parfois transpiré bien plus pour des critiques moitié moins longues. Je ne sais pas si je recommencerai l'exercice, mais si le thème s'y prête, pourquoi pas ?

    Pour le cycle, en effet, avec des romans stand-alone on a moins de risque de se laisser entraîner dans un truc pas forcément de grande qualité... Mais j'ai un faible depuis longtemps avoué, j'aime les looongs cycles. J'ai donc tendance à essayer à peu près tout ce qui me tombe sous la main.

    Quant à celui-ci en particulier, je continuerai avec le tome 3, et je viendrai dire ici si ça s'améliore ou pas.

    RépondreSupprimer
  6. Dans le style porn-fantasy-gritty, "L'épée de vérité" était pas piqué des vers. Je me suis lassé au bout de 4 ou 5 tomes quand même.

    RépondreSupprimer
  7. Gritty ? Porn ? Si j'avais su, j'aurais été un peu plus loin que 200 pages. :) J'avais plutôt l'impression d'un truc mièvre façon Belgariade-light.

    RépondreSupprimer
  8. Lordsamael31/3/09

    Munin a dit...

    "J'ai donc tendance à essayer à peu près tout ce qui me tombe sous la main."

    c'est aussi valable pour Hugin ? ;)

    RépondreSupprimer
  9. Il est hors d'atteinte, au Québec.

    RépondreSupprimer
  10. très très bon !
    (Et prochain achat fantasy, au passage :)

    Dans les bonnes découvertes récentes, je conseille "L'ange du Chaos" (Michel Robert) et ses suites, ainsi que "Vlad Taltos" (Steven Brust).
    En ce moment je suis sur "Les artefacts du pouvoir" (Maggie Furey).

    (Et pour Jaworski ... j'ai arrêté au début de la 3ème nouvelle. J'aime pas les nouvelles :) )

    RépondreSupprimer
  11. - 1 sur Vlad Taltos de Steven Brust.
    Pas aimé l'univers.

    + 1000 pour Jaworski. Janua Vera est excellent, je suis actuelement dans Gagner la guerre et je me régale.

    RépondreSupprimer
  12. On a blogué sur Vlad Taltos ici. Pour Janua vera, j'en dirai évidemment ce que j'ai pensé ici. Pour le moment, je n'ai pas eu le temps d'aller très loin, mais je suis accroché.

    RépondreSupprimer
  13. Janua Vera est sans doute très bon pour les adeptes de nouvelles.
    Mais je peux pas. J'aime les cycles complets et cohérents, avec un vrai univers, des héros qui vivent et évoluent...
    Bref, de la fantasy sans doute 'facile' pour bcp, mais très plaisante à suivre.
    (Eddings, Pratchett, Cook, Moorcock, Robert, Barclay...)

    RépondreSupprimer
  14. Ici, on aime la Fantasy facile, tu es tombé sur le bon blog. On la défend, on la recueille quand elle est maltraitée chez les autres, et on la bichonne. Mais si elle monte sur la table ou laisse des traces de boue partout, on hésite pas à lui coller une rouste avec le journal bien serré.

    RépondreSupprimer
  15. Janua Vera te présente un univers tout aussi efficacement qu'une série de roman, les nouvelles étant liées entre elles de manière assez informelles.
    J'aime beaucoup ce style de fantasy légère que l'on retrouve aussi chez Laurent Kloetzer.
    Après c'est selon les goûts de chacun...
    Personnellement le procédé laborieux de la Belgariade m'horripile.

    RépondreSupprimer
  16. @ Munin : Tu n'es pas arrivé à la phase de dressage SM de Richard Rahl par sa dominatrice. Une séquence culte.

    RépondreSupprimer
  17. @Munin : Ah bah on va s'entendre alors :)
    (quoique je dois être plus gentil, même avec la 'très' facile).

    @Efelle : oki, je note. Je vais attendre que la miss (plus friante de nouvelles que moi) et me donne son avis pour voir si je persiste ou pas.
    Pour le moment, je finis le Furey (mignon mais bof ...) puis ça sera retour aux sources avec Eddings. Je conçois sans problème que la Belgariade puisse saouler. Mais l'humour lie la sauce, j'aime bien ^^
    Pi l'avantage c'est qu'Eddings, c'est comme Bordage : 15bouquins, 15fois les mêmes personnages, 1 seul scénar, y a que les noms qui changent : jamais de surprise.

    RépondreSupprimer
  18. @ Gromovar > J'hésite cependant à reprendre le cycle, juste pour ça. J'aurais l'impression de me soumettre moi-même à une domination SM. Et je ne fantasme pas sur Goodkind (même si son genre est bon, ce n'est pas le mien)*

    @ imalipusram > Tu pourras toujours passer nous voir quand tu voudras voir ta Fantasy trop facile se faire fesser.

    *Monsieur, ici la police des calembours. Votre commentaire est en violation des articles 345-12 al. 2 (jeu de mot sur nom propre) et 547-3 (jeu de mot en langue étrangère). Merci de vous présenter au centre de désintagration le plus proche.

    RépondreSupprimer
  19. je ne dirai qu'un mot: sublime !!

    Quelle poilade.

    RépondreSupprimer